I need a change!

When a man is tired of London, … You know the line. I have been living in London for the past fifteen years and I have to say that at the moment, its delights do not make up for its greyness, the leaden skies and let’s face it, the mass of people. I know it is silly to complain about things that are totally out of your control, but it is all getting to me right now.

If I really think about it, I realise that I need to see the sun, blue skies and less people. A bit of an unrealistic expectation right now, in the capital, in early March, but a man can dream, can’t he? Honestly, I think it is slightly more than a bit of winter sun I need. I feel that a move ‘to the country’ would be a start.

I know how this sounds: another Londoner, jaded and bored, who dreams of green fields and a (not so) little cottage somewhere remote, away from it all. But I’m not a Londoner, I live in London, and that makes all the difference. Most of the nearly twenty years since I arrived in Britain have been spent in towns and cities: Glasgow, Winchester and London. But I am more of a small village type of person.

Since I teach most of my students via Skype these days, I can do this from almost anywhere, so that not so little cottage would be great right now, surrounded by trees and some other green things. You know, shrubs, flowers, grass, that sort of thing. Throw in a dog or two, for daily walks and company, and we’re there, I think. Even without the sun and blue skies. Now is that really too much to ask?

 

J’AI BESOIN DE CHANGEMENT!

Quand un homme est fatigué de Londres, … Vous connaissez la suite. Je vis à Londres depuis quinze ans et je dois dire qu’en ce moment, ses délices ne suffisent pas à faire passer sa grisaille, le ciel de plomb et, pour être clair, la foule. Je sais bien qu’il est stupide de se plaindre de choses qui sont totalement de dehors de votre contrôle, mais j’ai du mal avec tout ça ces temps-ci.

Si je réfléchis vraiment au problème, je réalise que j’ai besoin de voir le soleil, le ciel bleu et moins de gens. Pas très réaliste, tout ça, en ce moment, dans la capitale, en début mars, mais on peut toujours rêver, n’est-ce pas? Honnêtement, je pense que j’ai besoin d’un peu plus que de soleil en hiver. J’ai l’impression qu’un déménagement ‘à la campagne’ serait un bon début.

Je sais bien ce que vous pensez: un autre Londonien, blasé et qui s’ennuie, qui rêve de champs verts et d’une (pas si petite) chaumière (que ça), au milieu de nulle part, loin de tout. Mais je ne suis pas Londonien, j’habite à Londres, et ça fait un monde de différence. J’ai passé la plupart des vingt ans depuis mon arrivée an Grande-Bretagne dans des villes: Glasgow, Winchester et Londres. Mais je suis plus du genre ‘village’, en fait.

Puisque j’enseigne la plupart du temps par Skype ces jours-ci, je peux le faire à partir de presque n’importe où, alors cette pas si petite chaumière serait idéale maintenant, entourée d’arbres et autres choses vertes. Du genre arbustes, fleurs, herbe, vous voyez, quoi. Ajoutez-y un chien ou deux, pour des promenades quotidiennes et un peu de compagnie, et c’est bon, je crois. Alors, est-ce vraiment trop demander?