01 Jul

C’ÉTAIT UN RENDEZ-VOUS

Paris, très tôt par une belle journée du mois d’août. Les rues sont presque désertes, à part quelques pigeons et deux ou trois piéton.ne.s, ce qui est une bonne chose, pour une raison qui devient vite évidente: un voiture fonce à toute allure vers une destination inconnue, au son d’un moteur puissant et de pneus crissants.

Rendez-vous Paris, very early on a beautiful August day. The streets are almost empty, apart from a few pigeons and two or three pedestrians, which is a good thing, for a reason that soon becomes clear: a car speeds towards an unknown destination, to the sound of a powerful engine and squealing tyres. 

Une amie m’a récemment envoyé ce film de Claude Lelouch, qui dure à peine plus de huit minutes, et que je n’avais pas vu depuis très longtemps. Mais encore une fois, j’ai été complètement tour à tour émerveillé, fasciné et terrifié par cette course éperdue à travers la capitale. Je dis terrifié, car à cause de la vitesse de la voiture, les pigeons réussissent à peine à s’envoler à temps, et, ce qui est plus important, au moins une piétonne se fait presque tailler un short!

A friend recently sent me this film by Claude Lelouch, which lasts barely eight minutes, and that I hadn’t seen for a long while. But once again I was completely flabbergasted, fascinated and terrified, in that order, by this crazy ride through the capital. I say terrified, because due to the speed of the car, the pigeons barely have time to fly away, and, which is more important, at least one pedestrian is almost run over! 

Tout d’abord roulant à tombeau ouvert sur les grandes artères comme l’Avenue Foch et les Champs Elysées, cette voiture se faufile ensuite entre les pigeons et les camions, passant devant l’Arc de Triomphe, l’obélisque de la place de la Concorde, l’opéra Garnier et le Louvre, avant de s’enfoncer dans les petites rues de Montmartre. Le tout à une vitesse folle, et sans compter les feux rouges grillés au passage.

Going at breakneck speed first of all on the big arteries like Avenue Foch and the Champs Elysées, this car then threads its way through the pigeons and the lorries, going past the Arc de Triomphe, the obelisk on the Place de la Concorde, the Garnier opera and the Louvre, before disappearing in the small streets of Montmartre. All of this at great speed, and without counting the red lights completely ignored on the way. 

Après quelques recherches, j’ai appris plus de détails sur ce court métrage de Claude Lelouch, qui dit par exemple avoir atteint 200km/h le long du kilomètre de l’Avenue Foch. On peut également le voir devoir abandonner un tournant à droite, la rue Lépic étant bloquée par un camion de livraison. Quant au passage sous les arcades aux guichets du Louvre… 

After doing a little bit of research, I learnt a few details on this short film by Claude Lelouch, who says for example that he reached 200km/h along the kilometre-long Avenie Foch. You can aso see him having to abandon a righthand turn, Rue Lépic being blocked by a delivery truck. And as far as the drive through the arcades at the entrance of the Louvre is concerned… 

Je ne veux pas tout vous dévoiler sur ce fabuleux petit chef-d’oeuvre de cinéma (et d’inconscience: pensez aux dangers courus!), et surtout pas comment il se termine (je ne veux rien divulgâcher!), alors je vous laisse le trouver et le savourer. Je serai comme d’habitude très intéressé de savoir ce que vous en pensez. Serez-vous comme moi impressionné, ou plutôt inquiets et outrés des risques que prit Lelouch. Laissez-moi un commentaire! 

I do not want to reveal all about this fabulous masterpiece of French cinema (and a masterpiece of foolhardiness: think about the danger!), and especially not how it ends (I don’t want to spoil anything!), so I will leave it for you to find and appreciate. I will, as always, be very interested to know what you think about it. Will you be, like me, impressed, or rather worried and shocked by the risks Lelouch took. Leave me a comment!   

23 Jun

#PARTAGETAVOIX

Tout à commencé par un message de Pascal, qui m’avait contacté pour me parler de son projet @Avecmavoix. J’ai tout de suite été accroché par la simplicité de son concept, et je suis 100% derrière lui. Même s’il ne fait que commencer, j’espère sincèrement qu’il fera boule de neige. Déjà les abonné.e.s de Pascal lui envoient des message vocaux sur Instagram pour qu’il partage les mots qu’ils aiment et leurs expressions préférées. Des entretiens avec les apprenants et les éducateurs font également partie du projet.

#ShareYourVoice It all started with a message from Pascal, who had contacted me to tell me about his @Avecmavoix project. I was immediately hooked by the simplicity of its concept, and I am 100% behind it. Even if it is only in its infancy, I sincerely hope that it will snow ball. Pascal’s followers are already sending him voice messages on Instagram to share the words they like and their favourite phrases. His interviews with learners and educators are also part of the project.

La semaine dernière, ce fut mon tour de causer avec Pascal, et nous avons tout d’abord parlé de nos origines. J’ai découvert que lui est originaire de l’île Maurice, mais qu’il vit actuellement en Australie. Mon parcours paraît bien provincial à côté du sien, puisque ce que je sais de mes ancêtres me ramène en Bourgogne et en Bretagne… C’est vrai que j’ai traversé la Manche en 1997, mais ça n’est vraiment pas un voyage pour l’autre bout du monde, hein?!

Last week was my turn to have a chat with Pascal, and we started by talking about our origins. I found out that he originates from Mauritius, but currently lives in Australia. My journey appears very provincial compared to his, since what I know of my ancestors takes me back to Burgundy and Brittany… It is true that I crossed the Channel in 1997, but that is not really a voyage to the other side of the world, is it?!

Nous avons également parlé de mon parcours professionnel. De mes études d’anglais à Orléans en passant par l’Ecosse, avant mon service militaire et mon arrivée à Glasgow le triste week-end d’août qui vit le décès de la Princesse de Galles à Paris. Pascal a aussi découvert l’origine de mon entreprise, ALK, après 15 ans passés à enseigner en collège-lycée. A ce sujet, je tiens à préciser que je n’étais pas complètement saoul ce soir-là…

We also talked about my professional journey. From my English studies in Orléans via Scotland, before my military service and my arrival in Glasgow on the sad August weekend which witnessed the death of the Princess of Wales in Paris. Pascal also discovered the origin of my company, ALK, after 15 years spent teaching in high school. On that topic, I must point out that I was not completely drunk that night…

Pascal a également été très sympa en me laissant parler des livres de la collection tALK French, des trois volumes de cahiers d’exercices à Tête à tête. Ils complètent bien sûr les cours que je donne en ligne, toujours en sur mesure, ou en cuisine. Il a beaucoup aimé le concept de la cuisine en français, avec des groupes assez petits pour que tout le monde puisse profiter de mon expertise! Je dois dire que j’aime également ces sessions! 

Pascal was also kind enough to have me mention the tALK French collection of books, from the three volumes of exercise books to Tête à tête. Of course, they complement the lessons I offer online, always tailor-made, or in the kitchen. He really liked the concept of cooking in French, with groups small enough that everybody can take full advantage of my expertise! I must say that I do like these sessions, too! 

Alors si vous aussi, chers amis et lecteurs, souhaiter partager votre parcours linguistique, aussi humble qu’il soit, n’hésitez pas à contacter Pascal à travers sa page Twitter ou Instagram, car je sais qu’il sera toujours très intéressé de vous rencontrer. Que vous vouliez lui parler d’un mot que vous adorez ou de vos expériences d’apprenant, Pascal fera tout pour vous mettre à l’aise pour une bonne conversation en français. N’hésitez pas ! 

So if you too, dear friends and readers, wish to share your language journey, however humble, do not hesitate to contact Pascal through his Twitter page or Instagram feed, as I know he will always be interested in meeting you. Whether you want to talk to him about a word you love or about your experience as a learner, Pascal will do his utmost to put you at ease for a good natter in French. Do not hesitate ! 

Ecoutez l’entretien ici. / Listen to the interview here.

16 Jun

DES PLAISIRS INATTENDUS

Twitter est un drôle d’endroit. Comme beaucoup d’entre vous, chers amis et lecteurs, le sauront, ma présence sur cette plateforme particulière est entièrement professionnelle. Pas de politique, pas de religion, très peu sur les événements d’actualité, pourtant très importants. Et surtout pas d’avis personnels sur les trois sujets que je viens d’évoquer.

Unexpected pleasures Twitter is a funny place. As many of you, dear friends and readers, will know, my presence on that particular platform is entirely professional. No politics, no religion, very little on current affairs, all important that they are. And especially no personal opinions on the three topics I have just mentionned. 

Je vois mon rôle sur les médias sociaux comme une extension de mon activité professionnelle, ce qui fait que je me contente d’aider le plus de gens possible à apprendre le français, et à pratiquer ses complications à travers les petits exercices que je propose chaque jour de la semaine. J’adore bien sûr être en contact avec vous toutes et tous, et recevoir vos réponses et y répondre à mon tour me remplit de joie.

I see my role on social media as an extension of my professional activity, which means that it is enough for me to help as many people as possible to learn French, and to practise its intricacies through the little exercises that I offer every day of the week. Of course, I love to be in touch with you all, and to receive your answers and respond to them in return feels me with joy. 

Il m’arrive aussi de tomber sous le charme de personalités connues (je n’utiliserai pas le terme “célébrités”, que je n’apprécie pas particulièrement). Tenez, par exemple, les quelques échanges tenus avec Dr Janina Ramirez, au sujet de #ArtHelps. Après une rencontre fortuite dans un restaurant à Oxford, nous avons échangé quelques tweets, et je dois dire que j’aime beaucoup son style et la façon dont sa personalité brille dans tous les programmes qu’elle présente. 

Sometimes I fall prey to the charm of well known personalities (I will not use the term “celebrities”, which I don’t particuarly like). Take, for example, my exchange of words with Dr Janina Ramirez, about #ArtHelps. After a chance meeting in a restaurant in Oxford, we exchanged a few tweets, and I must say I very much like her style and the way her personality shines in all the programmes that she presents.

Afin de donner à mes abonné.e.s l’occasion d’écouter un peu de français, je recommande quelquefois des morceaux de musique que j’aime particulièrement. Mais je n’écoute pas que de la musique française. La dernière fois que j’ai partagé une de ses chansons, j’ai été remarqué par Karen Matheson, grande dame de la chanson écossaise, qui m’a fait l’honneur de mettre un coeur à deux de mes tweets.

In order to give my followers the opportunity to listen to some French, I sometimes recommend pieces of music I particularly like. But I don’t listen to French music only. The last time I shared one of her songs, I was noticed by Karen Matheson, a true lady of Scottish music, who honoured me with a ‘like’ on two of my tweets. 

La cerise fut récemment posée sur le gâteau par la seule et unique Nigella Lawson, avec non seulement un coeur, mais aussi une très gentille remarque sur un article de mon blog qui la concernait, et qu’elle avait pris le temps de lire. Je dois avouer avoir été super flatté, alors j’espère que vous me pardonnerez cet élan de fierté. Après tout, ça n’est pas si souvent que je rencontre ces plaisirs inattendus.

The cherry was recently planted on the cake by the one and only Nigella Lawson with not only a like, but also a very nice comment on one of my blog posts which was about her, and that she had taken the time to read. I must admit to being truly flattered, so I hope you will forgive me this little gush of pride. After all, it’s not that often that I encounter these unexpected pleasures. 

09 Jun

TOUT CE QUI SE TERMINE EN E…

OK, les gens, souhaitez-moi bonne chance, car une expérience intéressante m’attend, maintenant que mon cher et tendre, depuis qu’il a un peu plus de temps, a décidé de travailler son français. Je dis que ces leçons devraient être intéressantes, car elle seront avec moi. Je vous entends déjà me dire que je suis la personne la mieux placée pour lui donner des cours, mais je ne suis pas si sûr que ça soit le cas. Voyez-vous, tout comme beaucoup d’étudiants autour du monde, il a certaines idées bien calées en tête. 

All that ends in e… OK people, wish me luck, because an interesting experience is waiting for me, now that my beloved, since he found some free time, has decided to work on his French. I am saying that these lessons should be interesting, because they will be with me. I can already hear you say that I am the best placed person to give him lessons, but I am not that convinced that this is the case. You see, just like many other students around the world, he has certain ideas firmly lodged in his head. 

Tenez, par exemple, son idée que les noms communs se terminant en “e” en français sont féminins. Je vous l’accorde, beaucoup le sont, mais pas tous. Quid du musée et du lycée, ou même du squelette, seul mot en -ette qui est masculin. De même avec les adjectifs qui se terminent en -e qu’ils soient masculins ou féminins, comme tranquille ou féroce. Encore plus ennuyants pour lui sont les adjectifs dont la terminaison change avec le genre, comme paresseux.euse ou actif.ive par exemple.

Take, for exemple, his idea that all common names ending in “e” in French are feminine. I grant you that this is the case with many, but not with all. What of “le musée” and “le lycée”, or even of “le squelette”, unique word in -ette to be masculine. The same thing applies to the adjectives that end in -e whether they are masculine or feminine, like ‘tranquille’ or ‘féroce’. Even more annoying for him are the adjectives that see their endings change with their gender, like ‘paresseux.euse’ or ‘actif.ive’, for example.

Bien sûr, il y a certaines terminaisons sur lesquelles on peut un peu plus compter, surtout avec les noms communs. A part le squelette, tous les noms en -ette sont féminins, comme le sont ceux qui se terminent en -tion, -té, -ance, -ie ou -ude, -ade et -ode. Par contre, les terminaisons en -age, -eau, isme, -ment, -phone ou -scope sont masculines. Vous voyez, c’est facile, quand on sait comment!

Of course, there are some endings on which you can rely a little bit more, especially as far as common nouns are concerned. Apart from the skeleton, all nouns ending in -ette are feminine, as are those in -tion, -té, -ance, -ie or -ude, -ade and -ode. On the other hand, -age, -eau, isme, -ment, -phone or -scope endings are for masculine nouns. You see, it’s easy, once you know how! 

Les bizarreries de la langue française abondent et il est difficile de les expliquer ou de les ignorer. Tenez, par exemple, les trois mots masculins qui deviennent féminins au pluriel. Et oui, allez comprendre… Ou les quatre mots féminins (pas trois, pas cinq) qui se terminent en -u. Aucune autre combinaison de voyelles, juste -u. J’ai dû chercher longtemps quand on m’a posé la question la première fois. Et que dire des cinq pays masculins se terminant en -e quand orthographiés en français? 

The oddities of the French language are legions and it is difficult to explain them away or ignore them. Consider, for example, the three masculine nouns that become feminine in the plural. Yes, go figure… Or the four feminine nouns (not three, not five) which ends in -u. No other vowel combination, just a ‘u’. I had to think long and hard the first time someone asked me that question. And what is there to say about the five countries that are masculine despite their ‘e’ ending when spelt in French?

Vous voyez, avoir des idées un tantinet préconçues n’est pas forcément une bonne chose quand on veut apprendre le français, et même si vous pouvez vous fier à certaines règles, les exceptions sont nombreuses. D’où mon hésitation à accepter le défi de mon cher et tendre. Et au fait, si vous voulez la réponse aux deux petites énigmes ci-dessus, pourquoi ne pas passer me voir sur Instagram ou Twitter?

You see, to have somewhat preconcieved ideas is not necessarily a good thing wen you want to learn French, and even if you can rely on some rules, there are numerous exceptions. Hence my hesitation in accepting my beloved’s challenge. And by the way, if you want the answer to my two little riddles above, why not drop me a line on Twitter or Instagram?

02 Jun

AÏE!

Voilà que ça m’est arrivé encore une fois. Un mal de dos insupportable, les muscles du bas du dos tellement crispés que je ne pouvais plus bouger. Cela ne m’était jamais arrivé, et je dois dire que j’ai eu très peur. Heureusement, ma copine Jess a de très bons contacts et une demi-heure plus tard, je parlais à Angela au téléphone. Kinésithérapeute très professionnelle, elle m’a si rapidement aidé à apaiser ma peur que dix minutes plus tard, j’étais déjà debout. 

Ouch! There you go, it happened to me once more. An unbearable back pain, muscles in the small of my back so tight that I could not move. That had never happened to me before, and I have to say that I was very scared. Luckily, my friend Jess has very good contacts and half an hour later, I was speaking to Angela on the phone. A very professional physiotherapist , she helped me to get rid of my fear so quickly that ten minutes later, I was already back on my feet.

J’écris aujourd’hui ces lignes debout à mon bureau, mon ordinateur portable tout en haut d’une pile de gros livres de cuisine. Je sais, ça n’est pas là l’idéal, car si mon clavier est à la bonne hauteur, mon écran, lui, ne l’est pas. Mais c’est déjà un début. Quelques jours après ma crise de panique, mon mal de dos a quasiment disparu, grâce aux exercices recommandés par Angela, que j’exécute avec la ferveur du converti.

Today, I am writing these lines standing at my desk, my laptop perched on top of a pile of huge cookery books. I know, it is not ideal, because if my keyboard is at the right height, my screen isn’t. But it is a start. A few days after my panic attack, my back pain is almost gone, thanks to the exercises recommended by Angela, that I execute with the fervour of the converted.

Je sais que beaucoup d’entre vous comprendront ma panique et la douleur ressentie, et que les autres veuillent bien accepter mes conseils: finies les journées passées assis à mon bureau, sans suffisamment bouger, et dans une posture pour laquelle, selon Angela, l’être humain n’est pas fait. Dorénavant, je travaillerai debout, mais pas assis. Mes élèves devront se faire au drôle d’angle que je leur offre!

I know that many of you will understand my panic and the pain I felt, and let the others please accept this piece of advice: gone are the days spent sitting down at my desk, not moving enough, and in a posture for which, according to Angela, we humans are not made. From now on, I will work standing, but not sitting down. My students will have to get used to me appearing to them at a weird angle! 

Pour remplacer ma pile de livres, j’ai demandé à mes abonné.e.s sur les médias sociaux, dont vous faites peut-être partie, de me conseiller un stand à poser sur mon bureau pour y mettre mon ordi, afin de pouvoir travailler debout dans le confort, de manière assez ergonomique. Je me tourne donc également vers vous toutes et tous, qui lisez ces lignes: si vous avez une recommandation, je la recevrai bien volontiers. 

In order to replace the pile of books, I have asked my followers on social media, to whom you may belong, to recommend a stand I can place on my desk, on which to place my laptop, so that I can work standing comfortably, in quite an ergonomic way. I am therefore coming to you all who are reading these lines: if you do have a recommendation, I will be very pleased to receive it.

Je vous demande aussi, chers amis et lecteurs, à travers ces quelques lignes, de prendre soin de vous et d’écouter votre corps. Après avoir ignoré les signes qu’il me lançait, le mien m’a fait comprendre que je devais changer ma façon d’opérer. Alors voilà qui est fait: moins de chaise, plus de marche, et des exercices réguliers pour essayer de faire plaisir à mon dos. J’espère d’ailleurs que le vôtre va bien, et que vous l’écouterez pour qu’il n’ait pas à se plaindre. A bientôt!

I will also ask of you, dear friends and readers, through these lines, to take care of yourselves and to listen to your body. After ignoring the signs that mine was sending me, it made me understand that I had to change the way I operate. So here I am: less of the chair, more walking, and regular exercises to try to please my back. By the way, I hope that yours is in fine shape, and that you will listen to it, so that it doesn’t have to grumble. Chat soon!

27 May

UN MONDE MATÉRIEL

Comme le dit Madonna dans sa célèbre chanson, nous vivons dans un monde matériel, et je pense qu’il est très difficile de ne jamais s’attacher à certains objets, qu’ils soient neufs ou anciens. Par contre, je ne pense pas que l’on puisse me comparer à la ‘material girl’ elle-même, car même s’il existe des objets auxquels je suis attaché, ils ne sont pas forcément d’une extrême valeur. 

A material world As Madonna says in her famous song, we’re living in a material world, and I think that it is very difficult never to get attached to some objects, whether they are new or old. On the other hand, I don’t think you could compare me to the material girl herself, because even if there exist objects of which I am fond, they are not necessarily of extreme value. 

Tenez, par exemple, le vase de verre vert acheté lors du vide-greniers dont je vous ai récemment parlé ne m’a coûté que la somme princière de €10. Et pourtant, j’y suis attaché, principalement pour sa couleur: posé sur le rebord de la fenêtre de mon bureau, il jette mille feux au soleil. J’y ai même mis un joli bouquet de pivoines aujourd’hui, qui m’aide à ne pas m’attarder sur la grisaille qui règne dehors. 

Take, for example, the green glass vase bought at the car-boot sale I recently told you about only cost me the princely sum of €10. And yet, it is very dear to me, mainly for its colour: standing on the windowsill by my desk, it shines brightly in the sun. I even filled it with peonies today, which help me not to concentrate on the ambient grey reigning outside.

Un autre petit objet qui me tient à coeur est un porte-plume dont le manche est taillé dans un petit bout de bois. Rien de spectaculaire, me direz-vous. Et pourtant, sa provenance et son âge lui assurent un place sur mon bureau et dans mon coeur. Gravés sur le manche, les mots “Souvenir du Bois Le Prêtre – 1914 à 1915” disent son origine. Ce que cet exemple d’art des tranchées ne dit pas sont les horreurs de cette bataille, mais sa présence chez moi assure que jamais nous n’oublierons les sacrifices des soldats.

Another little object that has a place in my heart is a nib-pen, which handle was whittled from a little bit of wood. Nothing spectacular, I hear you say. And yet, its provenance and age guarantee it a place on my desk and in my heart. Sculpted on the handle, the words “Souvenir du Bois Le Prêtre – 1914 to 1915” tell of its origins. What this example of trench art doesn’t say are the horrors of this battle, but its presence at home means that we will never forget the sacrifices these soldiers made. 

Henri, lui, me fait sourire à chaque fois que je le regarde. Cette petite sculpture en bronze, créée par la talentueuse Rosamond Lloyd, représente en éléphanteau chassant un oiseau. Ce fut un véritable coup de foudre au Festival de Henley, et sa présence m’apporte tellement de joie qu’un petit hérisson de bronze, déjà baptisé Napoléon, naîtra bientôt à la fonderie pour nous rejoindre.

Henri, for his part, makes me smile each time I look at him. This little bronze sculture, created by the talented Rosamond Lloyd, represents a baby elephant chasing a bird. It was love at firt sight at the Henley Festival, and his presence brings me such joy that a little bronze hedgehog, already christened Napoléon, will soon be born at the foundry before joining us. 

Comme vous le comprendrez, ces objets me sont chers plus pour ce qu’ils repésentent que pour leur valeur intrinsèque, mais je suis si heureux de les voir tous les jours. Je sais que vous me conprendrez, chers amis et lecteurs, et viendrez me montrer vos objets chers sur Twitter, Facebook ou Instagram. A bientôt.

As you will understand, these objects are dear to me more for what they represent than for their intrinsic value, but I am so happy to see them every day. I know you will understand, dear friends and readers, and that you will come to show me your valued treasures on Twitter, Facebook or Instagram. See you soon. 

19 May

J’AI VRAIMENT 47 ANS?

Je vous pose cette question parce qu’à l’heure où j’écris ces lignes, je viens de compléter un marathon télé plutôt étonnant. Pas pour moi les séries scandinaves noires: j’ai regardé tous les épisodes d’un dessin animé qui a rythmé ma jeunesse, et qui s’appelle Les Mystérieuses Cités d’Or. C’est une série qui a fait école, s’il en est, et j’irais jusqu’à affirmer que n’importe quel.le français.e de ma génération la connait. 

Am I really 47? I am asking you this question because at the time of writing these lines, I have just completed a rather surprising  TV marathon. Not for me all these Scandi noirs: I watched every episode of a cartoon that beat the rhythm of my youth, called The Mysterious Cities of Gold. It was a seminal series, if there ever was one, and I would go as far as maintaining that there isn’t a French person of my generation who doesn’t know it. 

Et il y en a beaucoup d’autres: Albator, Goldorak, Capitaine Flam, Il était une fois l’homme, Candy, Maya l’abeille, pour n’en citer que quelques unes. Bien sûr, l’animation et la qualité générale de ces séries ont assez mal veilli, mais j’ai été à nouveau entraîné par une vague de nostalgie, malgré le fait que je me suis rappelé de l’histoire comme si j’avais de nouveau dix ans. 

And there are many more: Albator, Goldorak, Capitaine Flam, Once Upon A Time Man, Candy, Maya the Bee, to mention only a few. Of course the animation and general quality of these series haven’t necessarily aged well, but I was once more swept away on a wave of nostalgia, despite the fact that I remembered the story like I was ten years old again. 

Je ne sais pas vraiment ce qu’il y a de plus attrayant dans les souvenirs qui nous ramènent à nos jeunes années, mais pour moi, ce temps est une époque plus simple, sans complications. Une époque de cueillette de mûres, de longues soirées d’été passées à jouer aux billes, de mercredis après-midi à regarder mes dessins animés préférés. Alors en fait, il n’est peut-être pas si étonnant que bien des années plus tard je les regarde toujours. 

I don’t really know what is the most attractive about these memories that take us back to our youthful years, but for me, that time is a simpler era, without any complications. An era of blackberry picking, of long evenings spent playing marbles, of Wednesday afternoons watching my favourite cartoons. So in fact, maybe it isn’t that surprising that I’m still watching them all these years later. 

Bien sûr, il n’y avait pas que les dessins animés pour captiver mon imagination. Je me souviens d’un feuilleton franco-germano-roumain, Deux Ans de Vacances, une ré-imagination du roman éponyme de Jules Verne. Six épisodes pleins d’aventures, tous très intéressants, même s’il semble me souvenir que Doniphan, un des personnages principaux, était vraiment très énervant! 

Of course, the cartoons were not the only things to capture my imagination. I remember a French, German and Romanian series, Deux Ans de Vacances, a re-imagining of the eponymous Jules Verne novel. Six action-packed episodes, all very interesting, even if I seem to remember that Doniphan, one of the main characters, was really very annoying!

Je suis sûr que vous aussi, chers amis et lecteurs, vous sentirez tout nostalgiques en pensant à certains programmes que vous aimiez dans votre jeunesse, alors n’hésitez pas à venir nous en faire part. Je suis toujours super content de voir vos photos et de lire vos histoires quand vous passer me voir sur Twitter et Instagram. A très bientôt! 

I am sure that you too, dear friends and readers, will feel all nostalgic when thinking of certain programmes that you liked when you were younger, so don’t hesitate to come tell us about it. I am always super happy to see your pictures and to read your stories when you drop by Twitter and Instagram. See you very soon! 

12 May

COMMENT NE PAS DEVENIR VIEUX

Jeudi dernier, un super bouquin est arrivé sur les étagères de votre librairie préférée. Vous savez, celle où vous aimiez flâner une heure ou deux avant le confinement… Ce livre est par Jane Gordon, qui, bien qu’elle refuse de nous donner son âge exact, a écrit un super manuel pour nous apprendre Comment Ne Pas Devenir Vieux. 

How Not To Get Old Last Thursday, a great book arrived on the shelves of your favourite book store. You know, the one where you used to spend an hour or two before lockdown… This book is by Jane Gordon, who, although she refuses to give us her exact age, has written a great manual to teach us How Not To Get Old.

Comme vous pourrez le lire, une des techniques que Jane a essayées afin de garder son corps et son esprit jeunes est apprendre une langue étrangère. Et plutôt que d’entreprendre une tâche de titan comme l’apprentissage du grec ou du mandarin, elle a décidé d’étudier l’effet du français, dont elle avaient quelques restes de l’école, sur sa mémoire. Pour résumer: étudier le lien entre mémorisation à court terme et à long terme, en plus de l’effet positif de la répétition.

As you will be able to read, one of the techniques that Jane tried in order to keep her body and her mind young is to learn a foreign language. And rather than undertaking a Herculean task, such as learning Greek or Mandarin, she decided to study the effect of French, a little of which she remembered from her school days, on her memory. To cut a long story short: to study the link between short term and long term memory, on top of the positive effects of repetition. 

Jane, en partie grâce à ses leçons de français, qu’elle décrit de façon très amusante, s’est vite rendue compte qu’elle pouvait tirer beaucoup de bénéfices d’autres leçons qui, tout en lui apprenant de nouvelles bases, prenaient en compte des connaissances plus profondément enfouies. Impression confirmée par le professeur Jon Simmons, de l’Institut des Neurosciences de l’Université de Cambridge, qui croit fermement aux ‘réserves cognitives’, qui aident à stimuler notre matière grise, surtout vers la deuxième moitié de notre vie.

Jane, partly thanks to her French lessons, which she describes in a very funny way, rapidly realised that she could draw a lot of benefits from other lessons that, while teaching her new bases, took into account rather more deeply buried knowledge. An impression confirmed by professor Jon Simmons, from the Behavioural and Clinical Neuroscience Institute at Cambridge University, who firmly believes in ‘cognitive reserves’, which help to stimulate our grey matter, especially towards the second part of our lives.

Alors pendant plusieurs semaines, Jane a travaillé dur pour construire ces réserves de français, qui ont aussi été augmentées par diverses autres leçons: danse, conduite avancée, nage, dessin et méditation, pour n’en citer que quelques unes. Une chose est sûre: Jane a beaucoup appris sur tout ce qui peut décourager le vieillissement, et nous régale de ses efforts en douze chapitres remplis d’action.

So, for several weeks, Jane worked hard on building these French reserves, which were also bolstered by various other lessons: dance, advanced driving, swimming, drawing and meditation, to mention only a few. One thing is for certain: Jane learned a lot about what can discourage the ageing process and regales us with her various efforts in twelve action-packed chapters.

Alors bien sûr, chers amis et lecteurs, je vous encourage à lire Comment Ne Pas Devenir Vieux, pour que vous aussi vous puissiez apprendre à rester actifs et actives, d’esprit et de corps, le plus longtemps possible. Je suis très curieux d’apprendre combien des défis de Jane vous relèverez afin de rester jeunes. Et si votre but est de travailler (à nouveau) votre français et faire de bons progrès, comme Jane, n’hésitez pas à entrer en contact avec son tuteur: moi! 

So of course, dear friends and readers, I encourage you to read How Not To Get Old, so that you too can learn how to keep active, in mind and in body, for as long as possible. I am very curious to know how many of Jane’s challenges you will undertake in order to stay young. And if your aim is to take up French (again) and make great progress, as Jane did, why not get in touch with her tutor: me! 

How Not To Get Old, of which Jane kindly gave me a copy, is published by Trapeze.

05 May

QUAND ON POURRA…

Voilà maintenant plusieurs semaines que nous restons toutes et tous chez nous, presque partout dans le monde, et je suis sûr que mon esprit n’est pas le seul à se laisser aller, à se donner presque complètement à la rêverie plusieurs fois par jour. Dans ces cas-là, mes souvenirs les plus clairs sont ceux qui me rappellent mes voyages.

When we can… It has been several weeks since we started staying at home, almost everywhere in the world, and I am certain that my mind is not the only one to let itself go, to abandon itself almost completely to daydreams several times a day. During these times, my clearest memories are those that bring my travels back to life.

J’ai déjà eu la chance de visiter la plupart des pays qui me faisaient rêver: le Japon et Hong Kong à l’est, les Etats-Unis et le Canada à l’ouest, la Norvège et la Finlande au nord, et l’Espagne et la Grêce un peu plus au sud. Il me reste bien sûr tellement de pays et de villes à visiter que je ne commencerai même pas de liste ici, mais croyez-moi, cette liste existe bel et bien dans ma tête. 

I have been lucky enough to visit most of the countries I dreamt of seeing: Japan and Hong Kong in the East, the United States and Canada in the West, Norway and Finland in the North, Spain and Greece slightly more South. I have of course so many more cities and countries to visit that I will not even begin a list here, but believe me, this list does well and truly exist in my head.

Les beaux jours une fois revenus, et libérés de notre isolement, nous serons je le sais légion à vouloir voyager à nouveau. Mais en ce qui me concerne, je ne pense pas vouloir aller bien loin. Pour ma première extravagance, je pense passer quelques nuits dans un bel hôtel quelque part en Grande-Bretagne. Il y a tellement d’établissements où l’on peut passer un séjour de rêve dans nos îles qu’il serait dommage de passer à côté.

Once the fine weather is back, and we are freed from our isolation, I know thousands of us will want to travel again. But as far as I am concerned, I don’t think I will want to go far away. For my first extravaganza, I think I’ll spend a few nights in a beautiful hotel somewhere in the UK. There are so many establishments where you can sojourn in luxury on our islands that it would be a shame to let the chance go. 

L’Europe est bien sûr tout aussi séduisante, et offre tant de diversité que je pense ne pas m’en éloigner pendant les deux ou trois prochaines années. Mais avant de visiter les quelques capitales européennes qu’il me reste à découvrir, je retournerai bien sûr en France. Un retour aux sources ne fait jamais de mal, et la Bourgogne, la Bretagne, la Provence et l’Auvergne m’appellent. 

Europe is of course just as seductive as before, and offers so much diversity that I think I won’t go too far from it for the next couple of years. But before I visit the several European capitals I have still to discover, I will of course go back to France. Going back to your roots never hurts anyone, and Burgundy, Brittany, Provence and the Auvergne are calling me. 

Je veux également prévenir, et ce très publiquement, ma copine Laure. Véritable sirène, la voix de l’Ecosse, où elle réside, se fait entendre très clairement, et une visite s’impose avant longtemps, avec un peu de chance à l’automne. Et vous, chers amis et lecteurs, où irez-vous dès que vous aurez recouvré votre liberté?

I also want to forewarn, and this very publicly, my friend Laure. Veritable siren, the lure of Scotland, where she resides, is getting stronger, and a visit is inevitable before long, in the Autumn with a bit of luck. But what about you, dear friends and readers, where will you go, you freedom once regained?