19 Feb

SOL EN SI

Chers amis et lecteurs, vous qui lisez cette colonne avec régularité (merci!!) saurez que je travaille souvent, la plupart du temps même, en musique, car le silence ne fait rien pour m’aider à me concentrer. Alors que j’étais à la recherche d’un sujet digne de vous intéresser, mes pensées se sont tournées vers l’album qui en ce moment même me fait me dandiner dans mon siège.

Sol En Si Dear friends and readers, you who read this column regularly (thank you!!) will know that I often work, most of the time even, with some music on, as silence does nothing to help me concentrate. As I was searching for a topic worthy of your interest, my thoughts turned towards the album that at this very moment makes me wriggle in my chair.

Sol En Si est un album enregistré live en 1993, pendant un concert d’un groupe d’artistes français très connus (du moins en France), dont les profits ont été reversés à l’association Solidarité Enfants SIDA, qui s’occupe de petits affectés par la maladie. Belle idée, et belle occasion pour un jeu de mots sur les initiales du nom de l’association caritative et des notes de musiques. 

Sol En Si is a a live album, recorded in 1993, during a concert by a group of well known French arists (at least in France), the profits of which were given to an association called Solidarité Enfants SIDA, which takes care of litles ones affected by AIDS. Beautiful idea, and a beautiful occasion for a play on words on the initials of the charity and the musical notes. 

Ces artistes, purs représentants de la chanson française (un thème déjà abordé dans ce blog), ne sont pas très connus en dehors de France, mais méritent de l’être. C’est pourquoi je vous parle de cet album, qui recueille de très bons examples de leur art, tous chantés en duos inédits, ou ensemble. Et quels artistes: Alain Souchon, Maurane, Maxime le Forestier, Catherine Lara, Michel Jonasz, et Francis Cabrel. 

These artists, perfect representatives of the ‘chanson française’ (a theme already mentioned in this blog), are not very well known outside France, but deserve to be. It is why I am telling you about this album, which gathers very good examples of their craft, all sung as never heard before duets, or ensembles. And what artists: Alain Souchon, Maurane, Maxime le Forestier, Catherine Lara, Michel Jonasz, and Francis Cabrel.

Franchement, rares sont les occasions où tant d’artistes se réunissent pour allier leur(s) talent(s) (Catherine Lara, par exemple, est aussi excellente violoniste) et créer quelque chose d’aussi harmonieux, pour une bonne cause, en plus. J’adore aussi le fait que sur cet album, ils chantent tous une de leurs chansons phares avec l’aide de l’un(e) de leurs collègues.

Honestly, rare are the occasions when so many artists are seen together, mixing their talent(s) (Catherine Lara, for example, is also a talented violinist) and creating something this harmonious, for a good cause on top of that. I also love the fact that on this album, they all sing one of their star songs with the help of one of their colleagues. 

Je vous conseille alors d’essayer de trouver cet album et de le découvrir par vous-mêmes, si vous aimez la chanson française et connaissez ces chanteurs et chanteuses, mais surtout si les deux clauses précédentes sont négatives. Je ne vois pas meilleur moyen de partir à la decouverte de talents dont vous ignoriez l’existence. Et bien sûr, j’espère qu’en retour vous me parlerez de votre album préféré, afin que je puisse l’écouter pendant que je travaille. 

I can only advise to find this album and to discover it for yourself, if you like ‘chanson française’ and knew these singers, but especially if the previous two clauses are a negative for you. I cannot see a best way to discover some talents you didn’t know about. And of course, I hope that in return you will tell me about your favourite album, so that I can listen to it while I work. 

11 Feb

UN SENTIMENT BIZARRE

Même si j’habite et travaille au Royaume-Uni depuis plus de vingt ans, je retourne régulièrement en France, principalement pour rendre visite à ma famille, pas vraiment disséminée aux six coins du pays (puis-je vous rappeller que la France métropolitaine est parfois appelée l’Hexagone?), mais néanmoins distribuée dans trois régions bien distinctes. 

A funny feeling  Even if I have lived and worked in Great-Britain for more than 20 years, I go back to France regularly, chiefly to pay visit to my family, not really scattered to the six corners of the country (may I remind you that mainland France is sometimes called the Hexagone?), but certainly distributed in three very distinct regions.

Et c’est quand je passe par la France lors de ces visites que me vient ce sentiment bizarre. Bien sûr, je sais toujours d’instinct comment fonctionner dans mon pays, où tout m’est familier, et je ne commets jamais de ces faux-pas si faciles à faire quand on ne connaît pas à fond la culture d’un autre pays. Et pourtant, c’est très bizarre d’être touriste dans son propre pays. 

And it is during these trips to France that this funny feeling visits me. Of course, I still instinctively know how to function in my country, where everything is familiar to me, and I never fall into these faux-pas so easily committed when you don’t intimately know another country’s culture. And yet, it is a very funny feeling to be a tourist in one’s own country. 

J’adore arriver dans une ville que je ne connais pas, ou dans une autre où je ne suis pas venu depuis des lustres, et partir à la découverte de ses trésors, cachés ou pas. Pour moi, tous les détais sont importants et intéressants: où est la statue de Jeanne d’Arc (généralement à l’église, où la Sainte est souvent vénérée), quelle forme a le monument aux soldats morts pour la France, quelle boulangerie est ouverte le lundi? 

I adore arriving in a city I don’t know, or in another where I haven’t been in years, and discovering all its treasures, hidden or not. For me, all the details are so important and interesting: where is the statue of Joan of Arc (usually in the church, where the Saint is often prayed to), what shape will the monument to the soldiers who died for France take, which bakery is open on a Monday?

Je ressens un autre sentiment bizarre quand je rentre dans un magasin ou à l’office de tourisme alors que je parle à mon bien-aimé en anglais, et quand je m’entends dire que je parle très bien le français par ceux et celles à qui je m’adresse ensuite dans ma langue maternelle! Dans ce cas, j’avoue toujours mes origines, et c’est là qu’on me dit que je parle bien anglais, alors! Un sentiment bizarre, mais très agréable. 

I feel another funny feeling when I go into a shop or into the tourist office while speaking in English with my beloved, and when I’m told that I speak French very well from those with whom I then use my mother tongue! In that case, I always admit to my origins, and that it is when I am told that I speak very good English, then! A funny feeling, but a very agreeable one. 

Et vous, chers amis et lecteurs? Devenez-vous jamais touristes dans votre propre pays? Si vous habitez à l’étranger, qu’éprouvez-vous quand vous revenez au bercail pour une visite, ou en touriste? Est-ce là pour vous un sentiment étrange, agréable, déconcertant? Je suis très curieux de savoir si je suis le seul à éprouver ce sentiment tellement bizarre. 

And you, dear friends and readers? Do you ever become tourists in your own country? And if you live abroad, what do you feel when you come back to the nest for a visit, or as a tourist? Is this a weird, nice or disconcerting feeling? I am very curious to know if I am the only one to experience this funny feeling. 

05 Feb

REGARDEZ EN L’AIR!

Lors de ma dernière visite à New York, je me souviens avoir publié une petite série de photos sur mon compte Instagram, intitulée ‘Look up!’ (‘Regardez en l’air!’). Ces images montraient pour la plupart des gratte-ciel, vus du trottoir, et donc prises le nez en l’air. Une pose pas très confortable, je vous le concède, mais qui a donné naissance à quelques photos assez réussies, même si c’est moi qui vous le dit! 

Look up! During my latest trip to New York, I remember publishing a little series of photos on my Instagram account, called ‘Look up!’. These images showed for the most part skyscrapers, seen from the pavement, and therefore taken with my nose in the air. Not a very comfortable pose, I grant you, but which gave birth to a few shots that were quite successful, even if I say so myself!

C’est ainsi que pendant une croisière en Méditerrannée, durant les escales en Italie, en France et en Espagne, je n’ai pas manqué de me balader le nez en l’air encore une fois, afin de ne manquer aucun point de vue qui pourrait mener à une photo non pas parfaite (je n’ai pas ce talent), mais au moins intéressante. Et si l’on risque une collision avec une personne le nez collé à leur téléphone, c’est là un risque qui vaut le coup.

And it is so that during a cruise on the Mediterranean, as I was on shore leave in Italy, France and Spain, I didn’t miss the opportunity to walk around looking up once again, so as not to miss any points of view that could lead to a photo not quite perfect (I don’t have that talent), but at least interesting. And if you risk colliding with someone with their nose glued to their phone, it is a risk worth running. 

Cette fois-ci, j’ai réussi à récolter de majestueux clochers, des mouettes dans des positions cocasses, des palmiers sur fond de ciel super bleu, des volets entrouverts contre des murs aux teintes pastel et de superbes bougainvillées en fleurs. Et j’espère que vous, chers amis et lecteurs, serez contents d’apprendre que je n’ai heureusement pas trébuché sur les pavés ou une marche traitre: du nez en l’air au nez dans le caniveau en un seul pas! 

This time, I managed to gather majestic clock towers, some gulls in quite funny poses, palm trees on a super blue sky background, window shutters ajar against pastel walls and superb flowering bougainvillea. And I hope you, dear friends and readers, will be pleased to learn that, luckily, I didn’t trip on the cobblestones or on a teacherous step: from my nose in the air to my nose in the gutter in one step!

J’hésite un peu à vous recommander de vous promener dans les rues comme moi, sans regarder où vous allez, car j’ai bien conscience que c’est là une occupation qui a ses dangers, mais je dois aussi vous dire que c’est fou ce qu’on remarque quand on regarde un peu plus haut que son propre nez. Le linge qui sèche, les antennes de télé, les petits balcons, tout devient un peu plus poétique vu d’en bas. 

I hesitate to recommend that you walk around the streets as I do, without looking where you are going, as I know that it is an occupation fraught with dangers , but I must also tell you that it is quite amazing what you notice when you look a little bit higher than at nose level. Laundry drying on the line, TV arials, little balconies, everything becomes quite poetic seen from below. 

Si moi j’aime prendre des photos en regardant vers le ciel, je me demande quel(s) genre(s) de photos vous aimez prendre. Etes-vous comme moi attirés vers et par les nuages, ou préférez-vous documenter en images les petits détails plus proches du sol. Etes-vous plutôt portraits ou paysages? J’espère qu’après avoir lu ces quelques lignes, vous me ferez le plaisir de vous lire en commentaires. A très bientôt! 

If I love taking photos looking up towards the sky, I am wondering what genre(s) of photos you like to take. Are you like me drawn towards and to the clouds, or do you prefer documenting in pictures little details closer to the ground. Are you more portraits or landscapes? I hope that after reading these lines, you will delight me with your comments. See you very soon!

28 Jan

UNE RÉCOMPENSE

En parlant d’être égoïste (voir ‘Une journée rien qu’à moi’), j’aime parfois me récompenser moi-même pour mes efforts et tout mon travail pour mes élèves, et pour vous, chers amis et lecteurs. Et cette récompense prend (trop?) souvent la forme d’une gourmandise, ce qui explique pourquoi tous mes efforts ne sont pas toujours récompensés. Même si je ne consomme pas toujours cette récompense, cela dit, rien ne m’empêche d’y penser! 

A reward Talking about being selfish (see ‘A day to myself’), sometimes I like to reward myself for my efforts and all my work for my students, but also for you, dear friends and readers. And this reward takes (too?) often the shape of a treat, which explains why all my efforts are not always rewarded. Even if I don’t even eat this reward, though, nothing will prevent me from thinking about it! 

J’essaye toujours de ne pas avoir trop de biscuits, de bonbons ou autres sucreries à la maison, car je me sais très faible. Quand on travaille à partir de chez soi, il est bien trop facile d’attaquer les placards et de les vider de tout ce qui est facile à manger. Du moins, c’est mon excuse, et je m’y tiens. La force de ma volonté est légendaire. Par son absence. 

I always try not to have too many biscuits, sweets and other sugary treats at home because I know I am weak. When you work from home, it is too easy to raid the cupboards and to empty them of all that’s easy to eat. At least, that’s my excuse, and I’ll stand by it. My strong will is legendary. By its absence.

Si jamais je me permets une gourmandise, c’est souvent à travers le chocolat. Je n’y suis pas accro, comme certain(e)s, mais il est vrai que je l’aime bien. Si c’est une tablette, c’est du chocolat noir, ou s’il est au lait, c’est avec des noisettes. Je ne veux pas leur faire de pub, mais vous connaissez les cacahuètes enrobées de chocolat et recouvertes de sucre joliment coloré? Oui, celles-là. Si jamais je mets le nez dans un paquet, vous pouvez être sûr qu’il n’y aura pas de survivant. 

If I ever allow myself a treat, it is often through chocolate. I’m not addicted to it, contrary to some, but it is true I am partial to it. If it is a tablet, it has to be dark, or if it is milk chocolate, it’s with hazelnuts. I don’t want to advertise them, but do you know the peanuts covered in chocolate and coated in colorful sugar? Yes, those. If ever I stick my nose in a packet, you can be sure that there will be no survivor. 

Pour certains, la récompense viendra d’une toute autre direction, comme par exemple une journée dans un centre de thalassothérapie, un spa, comme on dit en anglais. Là, vous serez aux petits soins de toute une équipe qui vous recouvrira de boue, d’algues ou de trucs et machins encore plus bizarres, avant de vous malaxer férocement. Je vous la laisse, cette gourmandise! A part peut-être un passage par le sauna, très peu pour moi. 

For some, the reward will come from a totally different direction, for example a day at the spa. There, you will suffer the ministrations of a whole team, who will cover you in mud and seaweed or other things, all weirder than the next, before kneading you ferociously. I’ll leave that treat to you! Apart maybe from a trip to the sauna, that’s not my thing.

Je me demande quelle gourmandise récompense votre ardeur au travail? Une journée tranquille au bord de la mer, ou, encore mieux, au fin fond de la campagne, à regarder les arbres et le ciel, voilà qui est suffisant pour recharger mes batteries et me relancer dans mon travail. Remarquez, une balade autour du QG d’ALK avec mon cher et tendre a le même effet, alors je m’en vais le distraire et l’emmener marcher. Il me remerciera plus tard…

I wonder what treat rewards your arduous work? A quiet day by the sea, or even better, in deepest, darkest countryside is enough to recharge my batteries and send me back hard to work. Mind you, a walk around ALK HQ with my beloved has the same effect, so I’m off to distract him and take him with me. He’ll thank me later… 

22 Jan

MES ANIMAUX PRÉFÉRÉS

Suivant mon article sur ma volonté d’adopter un chien, j’ai pensé vous parler de mes animaux préférés. Si vous lisez cette colonne assez régulièrement, vous saurez que les chiens occupent une grande place dans mon coeur, mais que les chats y passent aussi, quand ça leur chante, bien sûr. Annabel, qui a passé 21 ans avec nous, reste le chat à déloger. 

My favourite animals Following on my post on my willingness to adopt a dog, I thought I’d talk to you about my favourite animals. If you read this column quite regularly, you will know that dogs have a special place in my heart, but that cats drop in there too, whenever they feel like it, of course. Annabel, who spent 21 years with us, remains the cat to topple. 

Mais si l’on veut parler des animaux dits sauvages, il y a bien sûr des espèces qui sont elles aussi importantes. Les martinets, vous le savez, sont mes amis car j’adore les voir pirouetter et crier haut dans le ciel. Et qui n’aime pas les éléphants, majestueux, intelligents, conscients de leur existence et pourtant pourchassés et massacrés pour leur ivoire. J’espère les voir dans leur élément un jour. 

But if one wants to talk about wild animals, so to speak, there are of course some species that are just as important to me. Swifts, as you know, are my friends as I love to see them perform their pirouettes and screech high in the sky. And who doesn’t love elephants, majestic, intelligent and self-aware, and yet relentlessly hunted and massacred for their ivory. I hope to see them in their element one day.

Le lamantin. Personne n’y pense beaucoup, et pourtant ils sont aussi en danger, car leur habitat disparaît, et leur population diminue sous l’assaut des touristes et des hélices de leurs bateaux. Cette créature, qui aurait donné naissance au mythe de la sirène, est d’une douceur et d’une sérénité extrême. Encore une fois, les voir dans leur domaine serait un honneur et un moment très spécial. 

The manatee. Nobody thinks about it a lot, and yet they are also in danger, because their habitat is disappearing, and their numbers are diminishing under the threat of tourists and the blades of their boats. This creature, which would have given birth to the myth of the mermaid, is extremely sweet and serene. Once more, to see them in their domain would be an honour and a very special moment. 

Mais il est un animal dont le sort me fait mal au coeur tant il est menacé, et que j’aimerais rencontrer et aider plus que tout autre. L’orang outang, l’homme de la forêt, si proche de nous et pourtant si persécuté. Je garde dans un cadre sur mon bureau une photo d’une brouettée d’orphelins, chacun montrant une émotion différente, du défi à la mélancolie. J’espère que cette espèce fera partie de celles que les hommes n’anéantiront pas. 

But there is an animal whose fate breaks my heart, threatened as it is, and that I would love to meet and help more than any other. The orang utang, the man of the forest, so close to us and yet so persecuted. I keep in a frame on my desk a photo of a wheelbarrow full of orphans, each displaying a different emotion, from challenge to melancholy. I hope this species will be one that men won’t annihilate. 

Et vous, chers amis et lecteurs, partagez-vous mon avis sur nos amis domestiques? Je suis curieux de savoir si les chats, les chiens, les lapins ou autres chinchillas sont pour vous des amis. J’espère que vous m’écrirez pour me raconter l’histoire d’un compagnon fidèle. Et que vous me direz aussi quelles espèces ont trouvé une place très spéciale dans votre coeur. A vos claviers! 

And you, dear friends and readers, do you share my opinion on our domestic friends? I am curious to learn whether cats, dogs, rabbits or other chinchillas are friends of yours. I hope you will write to me to tell me the story of a faithful companion. And that you will also tell me which species have found a way into your heart. To your keyboards! 

14 Jan

JE VEUX UN CHIEN

Après l’adoption récente par une de mes élèves d’une charmante petite vizsla, dont je vous ai parlé dans cette colonne, mon envie d’un compagnon à quatre pattes, déjà très présente, ne fait que grandir. Il faut dire aussi que rester de marbre devant un chiot révèlerait en quiconque un coeur de glace. Et le mien a fondu, comme il tend à le faire devant la plupart des chiens, rares étant les espèces qui ne me font aucun effet. 

I want a dog After the recent adoption by one of my students of a charming little vizsla, a topic I addressed in this column, my need for a four-legged companion, already well established, is growing anew. I have to say that staying very stoic in front of a puppy is a sure sign of a heart of ice in anybody. And mine melts, as it is wont to do in front of almost any dog, as the breeds that leave me unmoved are are.

Pour moi, la question la plus vexante, à part bien sûr le dressage et comment empêcher le pipi partout et le machouillement des meubles, est comment trouver un nom à ce compagnon potentiel. Personnellement, comme beaucoup de famille le font avec leurs ‘vrais’ bébés, je pense qu’il est plus prudent d’attendre de voir la petite créature face à face avant de la nommer. Après tout, Vera deviendra peut-être Sophie, ou l’inverse. 

For me, the most vexing question, apart of course from the training and how to prevent wee everywhere and the gnawing of furniture, is how to find a name to this potential companion. Personally, as many families do with their ‘real’ babies, I think it is rather more prudent to see the little creature face to face before naming it. After all, Vera might become Sophie, or the other way round. 

J’ai de très bons souvenirs d’Onyx (un nom utile pour le Scrabble), un magnifique boxer qui fut mon compagnon partout pendant six courtes années, mais ce nom ne sera pas répété. Pour l’instant, Ralph est en tête de liste, car il est court et convient très bien, du moins je le pense, à la race de chiens que j’ai en tête. Quelle que soit la race, la compagnie d’un canidé me ferait très plaisir. 

I have very fond memories of Onyx (a very useful name in Scrabble), a magnificent boxer, who went everywhere with me for six short years, but this name will not be repeated. For the moment, Ralph is on top of the list, because it is short and suits, as far as I am concerned, the breed of dogs I have in mind. Whatever the breed, the companionship of a dog would be a great pleasure.

Sans compter qu’elle me ferait également le plus grand bien, mentalement et physiquement. Savoir Ralph couché près de moi quand je travaille serait un grand réconfort, et ses trois ou quatre promenades quotidiennes obligatoires feraient en sorte que j’atteindrais mes dix mille pas sans avoir à y penser. J’aimerais bien aussi lui préparer des petites gourmandises (j’ai déjà trouvé des recettes!). 

On top of everything, it would do me a lot of good, mentally and physically. Knowing that Ralph is curled up near me when I work would be a great comfort, and his three or four compulsory daily walks would mean I would reach my ten thousand steps without even thinking about it. I would also love to prepare some little treats for him (I have already found recipes!).

Il ne me reste plus, chers amis et lecteurs, qu’à vous révéler que j’aimerais bien adopter un petit border terrier, mais aussi à vous demander, surtout à vous qui habitez en Grande-Bretagne, et peut-être même pas très loin du QG d’ALK, si vous connaissez personnellement quelqu’un qui élève cette race. Et si c’est le cas, seriez-vous assez gentils pour me le dire?  A bientôt! 

All that is left for me to do, dear friends and readers, is to reveal that I would love to adopt a little border terrier, but also to ask you, especially to those living in the UK, and maybe even close to ALK HQ, if you personally know someone who breeds them. And if this is the case, would you be kind enough to tell me? Speak soon!

07 Jan

UNE JOURNÉE RIEN QU’A MOI

Ces jours-ci, elles sont plutôt rares, les journées rien qu’à moi. Je ne me plains pas du tout, bien au contraire: j’aime les jours où mes élèves passent à la maison ou sur mon écran pour leur leçon. Mais les journées où je peux vraiment être égoïste sont rares. Remarquez, ça n’est peut-être pas plus mal, l’égoïsme n’étant pas une qualité bien admirable. 

A day to myself      These days, they are rather rare, those days I have to myself. I am not complaining at all, quite the opposite: I love days when my students drop by the house or on my screen for their lesson. But the days when I can truly be selfish are rare. Mind you, that’s not a bad thing, as selfishness is not a quality to be admired.

Quand j’utilise cet adjectif précis, je pense surtout aux petits riens de la vie quotidienne qui prennent du temps, comme toutes les petites corvées: faire le lit, la poussière, la cuisine, les courses, ou même faire la queue à la poste ou à la station essence. Alors une journée en mer pendant une croisière, ou un week-end dans un bon petit hôtel sont pour moi des moments très précieux. 

When I use this precise adjective, I mostly think about these little nothings of everyday life that take time, like all the little chores: making the bed, doing the dusting, the cooking, going shopping or even queueing at the post office or the petrol station. So a day at sea during a cruise, or a weekend in a little hotel are for me very precious moments. 

Bien sûr, pendant ces rares journées, je pense beaucoup à ce qui me ferait plaisir, et c’est en ce sens qu’elles sont égoïstes. Mais je pense aussi beaucoup aux autres! Tenez, par exemple, je pense à vous, chers amis et lecteurs, en ce moment même, en pleine mer quelque part entre Palma de Majorque et La Spezia, alors que j’écris ces lignes. Mais quand je suis chez moi, et que toutes les petites tâches ménagères sont terminées, j’aime penser à moi. 

Of course, during these rare days, I think a lot about what makes me happy, and it is in that sense that they are selfish. But I also think about others a lot! Here, for example, I am thinking about you, dear friends and readers, at this precise moment, at sea somewhere between Palma de Mallorqua and La Spezia, as I write these lines. But when I am at home, and that all the little domestic chores are done, I like to think about myself. 

Et ce, encore une fois, dans le sens où j’ai le temps de réfléchir, de cogiter et de penser à toutes les autres choses dont je dois m’occuper, à savoir mes élèves. J’ai tellement de chance que mon travail soit un tel plaisir! J’adore passer du temps à créer tout les exercices que j’offre à ceux et celles qui viennent me voir pour pratiquer leur français: faire du sur-mesure est très important pour moi. 

And this, one more time, in the sense that I have time to reflect, cogitate and think about every other thing that I must take care of, to wit my students. I am so lucky that my job is such a joy! I love spending time creating resources that I offer to those who come to see me to practise their French: that everything I do is tailor-made is for me very important.

J’espère bien sûr que mes élèves se sentent chouchoutés pour cette raison même, et prennent plaisir à passer me voir chaque semaine. J’ose espérer aussi que ces moments sont pour eux et elles des petits plaisirs qui ne sont rien que pour eux. Comme ça, je me sentirais moins seul et moins coupable à me sentir égoïste de temps en temps… 

I hope of course that my students feel pampered for this very reason, and take great pleasure to come and see me every week. I dare hope too that these moments are for them little pleasures that are just for them. As such, I would feel less alone and less guilty to feel selfish from time to time… 

04 Dec

L’ÉLÉGANCE VESTIMENTAIRE

Je ne sais pas si c’est le cas pour vous, chers amis et lecteurs, mais j’aime assez me faire beau pour une occasion spéciale. Je veux dire par là que j’aime bien fouiller dans mes armoires et en sortir une tenue convenable pour ladite occasion. Où même sans occasion, je suis toujours content de m’habiller du mieux possible. Sauf à la maison, où je suis souvent ‘en confortable’. 

Sartorial elegance I do not know if it the case for you, dear friends and readers, but I quite like to beautify for a special occasion. What I mean to say is that I like to rummage through my wardrobes and get an outfit out, suitable for said occasion. Or even without any occasion, I am always happy to dress up as best I can. Apart from when I am at home, where I am often found in my ‘comfies’.

Il faut dire aussi qu’à Henley-on-Thames, surtout l’été, on a de quoi sortir les costumes et autres smokings. Entre la Régatte (veste et cravate obligatoires) et le Festival (tenue de soirée exigée), il ne se passe pas une semaine sans la chance de porter sa tenue préférée. Sans compter que quand je sors ou suis invité chez des amis, je porte également une tenue soignée. Parce que c’est comme ça. Parce que je suis comme ça. 

It has to be said that in Henley-on-Thames, especially in the summer, one has reasons to get one’s suits and dinner jackets out. Between the Regatta (jacket and tie compulsory) and the Festival (evening wear demanded), one week doesn’t go by without the opportunity to wear one’s favourite attire. And that’s without mentioning that when I go out or am invited by friends, I also dress up. It’s like that. I’m like that.

Je dois aussi avouer une certaine dose de vanité, bien sûr, qui s’affiche très clairement quand je pars en croisière sur une des trois reines de la compagnie Cunard. Même si pendant la journée votre tenue peut être décontractée, le soir venu, les tenues plus soignées sont de rigueur. Et j’aime ça aussi, me transformer en pingouin.

I must also admit a certain dose of vanity, of course, very prominently displayed when I go on a cruise on one of the three Cunard queens. Even if during the day your outfit can be a very casual one, come the evening, grander outfits rule the day. And I love it too, turning into a penguin.

Mon goût du déguismement m’a récemment conduit à une nouvelle obsession: les noeuds papillons. Je portais bien sûr le traditionnel costume-cravate durant ma carrière de prof, mais c’est maintenant le cousin de la cravate qui me fascine. Je n’en ai que quatre pour le moment, mais je compte bien ne pas m’arrêter là. J’ai appris à les nouer en regardant des vidéos sur YouTube (bien sûr!), et maintenant je ne peux plus me contrôler. 

My taste for costumes recently revealed in me a new obsession: bow ties. I was of course wearing the traditional suit and tie during my teaching career, but it is now the tie’s cousin that fascinates me. I only have four of them right now, but I know I will not stop there. I learnt to tie them watching videos on YouTube (where else!), and now I can’t control myself.

Alors bien sûr, je dois vous demander si vous aussi, les amis, vous aimer vous ‘déguiser’? Quelle place occupe l’élégance vestimentaire dans votre vie, et à quoi ressemble-t-elle? Quelles sont les occasions bonnes à porter une tenue un peu plus soignée? Voire même un noeud papillon? Dites-moi tout… 

So of course, I have to ask you, dear friends and readers, if you also like to ‘dress up’? How important is sartorial elegance in your life, and what form does it take? What are the propitious occasions to wearing a rather elaborate outfit? Dare I say a bow tie? Tell me everything…

28 Nov

UN NOM DE CHIEN

Non, non, le titre de cet article n’est pas une insulte, je vous le jure! A peine un jeu de mot sur l’expression française qui décrit une météo peu clémente comme un temps de chien. Mais c’est bien de nos amis à quatre pattes dont je veux vous parler aujourd’hui. Car voyez-vous, une de mes élèves m’a envoyé une photo de la petite chienne qu’elle vient d’adopter, et elle cherche un nom. 

A dog’s name      No, no, I swear to you that the title of this article is not an insult! Barely a play on words on the French expression describing inclement weather as ‘a weather for a dog’. But it is of our four-legged friends that I want to talk to you today. Because you see, one of my students has sent me a picture of the little bitch that she has just adopted, and she is looking for a name.

Comme tous les chiots, elle est adorable, avec ses beaux yeux gris-bleu. Je dis ‘chiots’ au masculin, car la grammaire française veut presque tous les noms génériques des bébés animaux masculins. Mais cette petite femelle est bel et bien féminine, et s’appelle pour l’instant Daphnée. Pour l’instant, car on me demande de proposer un autre nom.

As with all puppies, she is adorable, with her blue-green eyes. The word ‘puppies’ is masculine in French, as grammar wants almost all baby animals’ names to be masculine. But this little female is definitely feminine, and answers for the moment to the name of Daphne. For the moment, as I have been asked to offer an alternative name.

Ce qui me pose un léger dilemme, car je désire moi-même un chien. Mais vu que je suis plutôt loin du moment où les petits petons de mon ami canidé viendront résonner sur mon carrelage, je me sens un peu coupable de garder les noms auxquels j’avais pensé pour moi-même. De plus, je pense que mon compagnon sera mâle, alors je pense pouvoir sans aucun problème me désinvestir des prénom féminins qui me trottent dans la tête. 

Which leaves me in a bit of a quandary, as I also want a dog. But as I am rather far at present from the moment when the little paws of my canine friend will sound on my tiled floor, I feel a little bit guilty to keep for myself the names which I had found. On top of that, I think that my companion will be male, so I believe I am able to give up without worrying too much the feminine names going through my head.

Onyx, un superbe boxer à la santé malheureusement fragile, a veillé sur mon petit frère et moi pendant six ans, et je crois que j’aurais du mal à en voir une deuxième incarnation. Cachou, le petit lhasa apso noir de ma maman nous a aussi quitté, mais son nom lui allait très bien: les cachous sont de petits bonbons noirs à la réglisse. Enfin, le seul chien qui vient en ce moment régulièrement chez moi quand ses humains viennent pour leurs leçons est un bel exemple de labrador qui s’appelle Oz. 

Onyx, a superb but tragically fragile boxer, looked after my little brother and me for six years, and I think I would struggle to see a second incarnation of the name. Cachou, the little black lhasa apso belonging to my mother has also left us, but his name suited him well: ‘cachous’ are little black liquorice sweets. Finally, the only dog currently coming into my home when his humans come for their lessons is a beautiful labrador specimen called Oz.

Mais revenons-en à ce qui nous préoccupe là maintenant tout de suite: Daphnée restera-t-elle Daphnée? Ou allez-vous, chers amis et lecteurs, lui trouver un autre prénom? La seule règle, dans cette petite compétition où il n’y a aucun prix à gagner, c’est de s’assurer que ledit nom peut être utilisé en toutes circonstances, et dans le grand monde. Alors à vos claviers, j’attends vos recommandations! 

But let’s come back to what preoccupies us right here and now: will Daphne remain Daphne? Or will you, dear friends and readers find another name for her? The only rule, in this little competition with no prizes, is to make sure that said name can be used in all circumstances, and in polite company. To your keyboards, I await your recommendations!