25 Sep

OSLO

Il y a huit ans, une des escales de ma première croisière fut la capitale norvégienne. Et malgré le peu de temps passé dans cette superbe ville, j’avais décidé d’y revenir pour pouvoir l’explorer un peu plus. Et c’est maintenant fait, car j’ai passé un week-end à rallonge  à (re)visiter Oslo, et ce avec grand plaisir. 

OsloEight years ago, one of the stops on my first cruise was the Norwegian capital. And despite the lack of time spent in this superb city, I had decided to come back there in order to explore it a little bit more. And that’s now a done thing, as I have spent a long weekend (re)visiting Oslo, and this with great pleasure. 

Arrivé le jeudi en début d’après-midi, j’ai visité la citadelle d’Akershus et le musée de la résistance, où j’ai beaucoup appris sur la force d’âme du peuple norvégien. La citadelle offre de plus une vue imprenable sur le centre ville: sa mairie imposante, et tous les nouveaux bâtiments qui font face à la baie. Je n’ai bien sûr pas manqué de marcher sur le toit de l’opéra, une expérience toujours intéressante. 

After arriving early afternoon on Thursday, I visited the Akershus fortress and the resistance museum, where I learnt a lot on the fortitude of the Norwegian people. The citadel also offers an impregnable view over the city centre: its imposing town hall, and all the new buildings facing the fjord. Of course, I didn’t miss the opportunity to walk on the roof of the opera house, an ever interesting experience.

La journée de vendredi était consacrée aux musées. Grâce au bus numéro 30, je me suis facilement rendu sur la péninsule de Bygdøy, où se trouvent les musées de l’histoire maritime, des navires vikings, du Kon-Tiki, du Fram et le musée folklorique norvégien. Une journée pleine de savoir et de beauté. Une journée comme je les aime.

The whole of Friday was dedicated to museums. Thanks to bus line 30, I easily reached the Bygdøy peninsula, where you can find the maritime, viking ship, Kon-Tiki, Fram and Norwegian folk museums. A day full of knowledge and beauty. The perfect day for me.

La journée de samedi a été consacrée à un peu plus d’art avec une visite au musée Munch, qui déménagera bientôt en face de l’opéra, et du quartier d’Aker Brygge, à la pointe duquel se trouve le musée Astrup Fearnley, qui abrite une collection d’art moderne. Après une glace bien méritée, j’ai terminé la journée au Centre Nobel. Saviez-vous que le Prix Nobel de la Paix est le seul decerné en Norvège, les autres étant distribués par le comité suédois?

On Saturday, there was a little bit more art with a visit to the Munch museum, which will soon move opposite the opera house, and to the Aker Brygge area, at the end of which lies the Astrup Fearnley museum, which houses a modern art collection. After a well deserved ice cream, I ended the day at the Nobel Centre. Did you know that the Nobel Peace Prize is the only one given out in Norway, the others being awarded by the Swedish committee?

Enfin, malgré la pluie, j’ai passé mon dimanche matin au parc de sculptures Vigeland, où j’ai notemment admiré le célèbre petit garçon en colère, avant de me rendre au musée qui abrite beaucoup d’autres de ses créations. Je me rends compte que j’ai passé beaucoup de temps dans les musées, qui sont tous superbes, mais j’ai aussi beaucoup marché, et je vous recommande de faire la même chose afin de découvrir tous les secrets de cette belle ville. Une chose est sûre: j’y retournerai un jour. 

Finally, despite the rain, I spent Sunday morning in the Vigeland sculpture park, where I admired, amongst others, the famous angry little boy, before going to the museum that houses many more of his creations. I notice that I spent a lot of time in museums, which are all superb, but I also walked a lot, and I recommend you do the same in order to discover all the secrets of this beautiful city. One thing is certain: I will be back one day.

21 Aug

UN PETIT PEU FIER

Je ne sais pas si lisez le Sunday Telegraph, mais si c’est le cas, vous aurez peut–être remarqué que Jane Gordon, qui écrit une colonne dominicale dans le magazine Stella, parle de ses leçons de français, qu’elle prend afin d’écrire un livre détaillant ses efforts pour garder son cerveau actif. Dans son article, Jane décrit son prof de français comme ‘brillant’ et ‘inspirant’. Et ce prof, c’est moi! 

Just a little proud I don’t know if you read the Sunday Telegraph, but if it is the case, you might have noticed that Jane Gordon, who writes a Sunday column in Stella magazine, talks about her French lessons, which she is taking so as to write a book detailing her efforts to keep her brain active. In her article, Jane describes her French teacher as ‘brilliant’ and ‘inspiring’. And this teacher is me!

Depuis plusieurs semaines, Jane prend des cours avec moi, pas forcément pour apprendre assez de français pour converser couramment, mais suffisamment pour compléter le défi qu’elle s’est lancé. L’article en question explique qu’enfant, elle n’était pas très bonne élève, pour faute d’inattention, mais que devenue adulte, elle voudrait pouvoir se débrouiller un peu pendant ses prochaines vacances en France. 

Jane started taking lessons with me several weeks ago, not necessarily to learn enough French to be able to chat easily, but enough to complete the challenge she set herself. The article I am writing about explains that, as a child, she was not a very good student, because of a lack of attention, but that now she is an adult, she would love to be able to cope better during her next holidays in France.

Alors on étudie ensemble, en travaillant pas mal sur des exercices de mémoire, pour prouver qu’il n’est jamais trop tard pour apprendre une langue étrangère. Etudier le français n’est qu’une étape pour Jane, qui cumule les expériences pour voir leur(s) effet(s) sur son cerveau, et qu’elle nous expliquera très bientôt dans un livre.

So we are studying together, working a lot on memory exercises, to prove that it is never too late to learn a foreign language. Learninf French is but a stop for Jane, who is accumulating experiences to study their effect(s) on her brain, and that she will tell us about very soon in her book.

Je suis bien sûr très reconnaissant à Jane de mentionner mon nom dans sa colonne, car c’est la meilleure publicité que j’ai jamais reçue. Cela dit, depuis environ deux ans, grâce au bouche-à-oreille, la liste des étudiants qui viennent au QG d’ALK pour prendre des leçons grandit. 

I am of course very thankful to Jane to mention my name in her column, because it is the best publicity I have ever received. That being said, for the past two or so years, thanks to word-of-mouth, the list of students who come to ALK HQ to take lessons is growing. 

Je suis aussi bien sûr très reconnaissant à mes élèves qui parlent de moi à leurs amis de leurs leçons en termes si élogieux que lesdits amis viennent à leur tour prendre des leçons. Alors je ne peux qu’espérer voir cette liste grandir encore plus, et encore plus vite avec cet excellent article. Merci Jane!

I am also thankful to my students, of course, who talk about me and their lessons to their friends, is such glowing terms that said friends come in turn to take lessons. So I can only hope to see this list grow even more, and even faster with this excellent article. Thank you Jane!

24 Jul

LE KITSCH A LA FRANÇAISE

La chanson française. Ce genre bien particulier, tant aimé en France et pourtant si méconnu hors des frontières de l’Héxagone. De grands noms, encore une fois inconnus ici en Grande-Bretagne, chantent en français depuis des décennies, et rencontrent un énorme succès. 

French kitschFrench ‘chanson’. This very particular genre, so beloved in France and totally unknown outside the borders of the country. Big names, once more unknown here in Great-Britain, have been singing in French for decades, and have been hugely successful.

Mais malgré tout ce talent, un usage de la langue française sans parallèle, de la poésie à foison, certains artistes insistent pour donner à ce genre bien français une réputation totalement diabolique, à travers des chansons, si on peut les appeler comme ça, que le mot ‘kitsch’ ne commence même pas à décrire: David et Jonathan, Hélène et les garçons, Licence IV, Bézu, Jordy, Début de Soirée, Sheila et beaucoup, beaucoup d’autres…

But despite all this talent, an unparalleled use of the French language, more poetry than you can shake a stick at, some artists insist on giving to this very French genre a completely diabolical reputation, through songs, if you can call them that, that the word ‘kitsch’ doesn’t even begin to describe: David and Jonathan, Hélène et les garçons, Licence IV, Bézu, Jordy, Début de Soirée, Sheila and so many others…

Depuis la fin des années 80, ce mouvement a heureusement ralenti, mais pas avant d’avoir fait beaucoup rire. Je n’ai cité ici que quelques noms,  que vous pourrez aller voir sur votre chaîne vidéo préférée, mais il y en a tant d’autres. Et avant que vous m’accusiez d’être méchant avec ces pauvres artistes, laissez-moi vous rassurer: comme tout le monde, j’ai beaucoup dansé sur leurs chansons très entraînantes. 

Since the end of the 80s, this movement has slowed down, thankfully, but not before creating a certain amount of mirth. I have only given you a few names, that you will be able to look up on your favourite video channel, but there are so many more. And before you accuse me of being nasty to these poor artists, let me reassure you: just like everybody else, I danced a lot on their very entertaining songs.

Vous connaissez le genre, il existe aussi en anglais: le genre de chansons que tout le monde dit détester, mais qui remplit la piste de danse dès les premières notes. Je suis sûr que vous pourrez trouver des tonnes d’équivalents, et j’espère que vous viendrez tous les partager avec nous en commentaires.

You know the type, it exists in English, too: the kind of songs that everyone say they hate, but that fill the dance floor from the first notes. I am sure that you will be able to find hundreds of equivalent songs, and I hope that you will all come share them with us in a comment.

16 Jul

UN VRAI GAMIN

Si vous parlez à un(e) Français(e) qui a à peu près mon âge (la quarantaine bien tassée), et que vous lui demandez le nom d’une émission qui a marqué sa jeunesse, je peux vous parier cher qu’au moins sept ou huit fois sur dix, le nom Récré A2 leur viendra aux lèvres. Et quand j’y pense, je suis de nouveau gamin, assis devant la télé le mercredi, journée sans école à l’époque. 

A kid at heartIf you talk to a French person who is roughly my age (way on the wrong side of forty), and you ask them the name of a show which had an impact on their youth, I can bet you that at least seven or eight out of ten will utter the words Récré A2. And when I think about it, I’m a kid again, sitting in front of the TV on a Wednesday morning, a day without school at the time. 

Cette émission culte, pleine de dessins animés (la plupart japonais ou d’origine japonaise), résume en elle-même ma jeunesse. Et c’est là l’essence de la nostalgie, non? Ce petit quelque chose qui vous rappelle de bons souvenirs, des expériences spéciales ou de tous les jours, et qui vous marquent. Et puisque je m’en souviens comme si c’etait hier, il est bien évident que ces dessins animés m’ont marqué. 

This show had cult symbol, and was crammed full of cartoons (Japanese for the most part, or of Japanese origin), and sums up my youth. And isn’t it the essence of nostalgia, right there? This little something that brings back good memories, special or everyday experiences, and that affect you. And as I remember them as if it were yesterday, it is obvious that they had an effect on me. 

Il y en avait tellement: Albator, Goldorak, Candy, Ulysse 31, les Mystérieuses Cités d’Or et surtout Capitaine Flam. Ces séries ont bercé mon enfance et j’avais hâte d’être à mercredi pour toutes les retrouver. Que ce soit voyager avec les conquistadores en Amérique du Sud ou à travers l’espace avec le capitaine, c’était là de belles aventures qui me faisaient rêver.

There were so many of them: Captain Harlock, UFO Robot Grendizer, Candy Candy, Ulysses 31, The Mysterious Cities of Gold, and above all, Captain Future. These series rocked my childhood, and I couldn’t wait for Wednesdays to watch them all. Whether it was travelling with the conquistadores in South America or through space with the Captain, there were beautiful adventures that let me dream. 

Alors en écrivant cet article, je me suis posé une seule question: est-ce au fond une mauvaise chose que de se laisser retomber en enfance de temps en temps? Je crois vraiment que non, et c’est avec grand plaisir que je regarde quelquefois un ou deux épisodes de mes séries préférées, la plupart disponibles de nos jours sur Internet. Vous vous joindrez bien à moi pour regarder les Chevaliers du Zodiaque?

So, while writing this post, I asked myself just one question: deep down, is it a bad thing that to let oneself fall back into one’s childhood world from time to time? I truly believe that it isn’t, and it is with great pleasure that I sometimes watch a few episodes of my favourite series, most of them available on the Internet nowadays. Why not join me to watch Saint Seiya?

09 Jul

DES RECETTES

Certains d’entre vous sauront qu’il y a deux semaines environ, mon amie Julia et moi, habilement aidés de nos partenaires respectifs, étions responsables de la cuisson et de la vente de gâteaux pour les goûters de l’église à Hambleden, mon petit village. Si vous ne le saviez pas, je vous le dis pour que vous ne manquiez pas de passer par l’église un de ces dimanches. 

Recipes       Some of you will know that a couple of weeks ago, my friend Julia and I, ably assisted by our respective partners, were in charge of the baking and sale of cakes for the church teas in Hambleden, my little village. If you didn’t know, I am telling you so that you don’t fail to drop by the church one Sunday soon. 

Je vous en parle également car je voudrais vous poser quelques questions au sujet des recettes que vous aimez préparer, pour les vôtres, vos amis, pour la fête de l’école ou du village, ou pour une autre occasion spéciale. Vous repliez-vous sur des recettes que vous connaissez par coeur, de vielles recettes de famille, par exemple, ou essayez-vous de nouvelles recettes pour la première fois? 

I am also telling you this because I would like to ask you a few questions on the topic of the recipes that you like to prepare, for your loved ones, your friends, for the school or the village fête, or for another special occasion. Do you fall back on recipes that you can do with your eyes closed, old family recipes, for example, or do you try new recipes for the first time? 

Et ces nouvelles recettes, où les trouvez-vous? Faites-vous confiance aux magazines, aux recettes trouvées dans l’édition du week-end de votre journal préféré? Récupérez-vous ces fiches cuisine dans les supermarchés, comme ça, un peu au hasard? Et comment décidez-vous de mettre main à la pâte, si je puis m’exprimer ainsi? 

And these new recipes, where do you find them? Do you trust magazines, recipes found in the weekend edition of your favourite newspaper? Do you collect the recipe cards from supermarkets, just like that, a bit at random? And how do you decide to get elbow-deep in flour, if I may coin a phrase? 

En ce beau dimanche dont je vous parle plus haut, j’avais décidé d’essayer de nouvelles recettes trouvées dans un journal, dont un gâteau au chocolat vegan, et un autre au citron avec des myrtilles, mais aussi un far breton comme en faisait ma grand-mère, et un cake parisien au jambon, que ma mère fait très bien. Comme vous le voyez, un menu assez éclectique, que mes cobayes humains ont adoré, ce qui tendrait à prouver que ces recettes sont bonnes! 

On this delightful Sunday mentioned above, I had decided to try new recipes found in a paper, including a vegan chocolate cake, and another flavoured with lemon and blueberries, but also a far breton just like my grandmother used to make, and a cake parisien with ham, which my mum does very well. As you can see, quite an eclectic menu, that my human guinea pigs adored, which tends to prove that these recipes are good ones! 

Alors chers amis et lecteurs, dites-moi tout: d’où vous viennent les recettes que vous aimez cuisiner? Et qui sont vos cobayes préférés? Osez-vous essayer quelque chose de nouveau pour la première fois ou préférez-vous servir des recettes de famille, que vous connaissez sur le bout des doigts? Je vous écoute.

So dear friends and readers, tell me everything: where do the recipes come, that you like to bake and cook? And who are your favourite guinea pigs? Do you dare try something new for the first time or do you prefer to serve family recipes, that you always have at your fingertips? I’m listening. 

03 Jul

UN ROMAN

Maintenant que l’été est là (enfin presque, on est toujours loin des grosses chaleurs subies par certains pays d’Europe, mais au moins j’ai pris le petit déjeuner sur ma terrasse ce matin), mes élèves et clients sont en vacances. Cela veut dire que j’ai un peu plus de temps pour penser aux choses que j’aimerais faire.

A novel        Now that summer is here (well, almost, we’re still far from the heatwave suffered by some European countries, but at least I had breakfast on my terrace this morning), my students and clients are on holidays. This means that I have a little bit more time to think about things that I would love to do.

Et une de ces choses est écrire un roman. Vous comprendrez bien sûr que ça n’est qu’un rêve, car je ne possède ni le talent, ni les pouvoirs de concentration, ni l’assiduité pour le faire. Mais si je pouvais le faire, je pense que mon esprit se tournerait vers la science-fiction.

And one of those things is writing a novel. You will understand of course that it is only a dream, as I have neither the talent, concentration powers nor drive to do so. But if I could do it, I think that my mind would turn towards science-fiction.

J’ai toujours apprécié ce genre, depuis que je suis gamin. Je me souviens d’avoir acheté beaucoup de bouquins d’une collection appelée Anticipation, pendant mes vacances d’été à la plage. Pas vraiment de la grande littérature, mais ils étaient très distayants.

I have always appreciated this genre, since I was a lad. I remember buying a lot of cheap books from a collection called Anticipation, during my summer holidays at the beach. Not exactly high literature, but they were very entertaining.

Tout aussi distrayant, mais d’une bien meilleure qualité, sont les ouvrages de mon auteur de SF préféré, Peter F. Hamilton. J’aime toute sa production, et surtout sa Night’s Dawn Trilogy. Il y a inventé tout un univers, auquel on croit totalement, grâce à son talent à nous faire voir et ressentir toutes sortes de merveilles et technologies. Je ne vous en dirai pas plus, car je ne veux pas gâcher votre plaisir, mais je vous préviens: une fois commencés, vous devrez terminer ces trois immenses volumes. 

Just as entertaining, but of a much higher quality, are the works of my favourite science-fiction author, Peter F. Hamilton. I love his whole oeuvre, and especially his Night’s Dawn Trilogy. He invented a whole universe, in which you can totally believe, thanks to his talents helping us see and feel all sorts of wonders and technologies. I will not say any more, as I don’t want to spoil your pleasure, but let me warn you: once started, you will have to finish these three huge tomes.

Bon, je vais devoir vous laisser, parce que si je veux avoir une chance de finish, voire même de commencer ce roman, je dois réfléchir à ce qu’il racontera. Personnages, lieux, époque, tout reste à être défini. Une idée?

Right, I have to leave you here, because if I want to stand a chance of finishing, let alone starting this novel, I must think about what it will say. Characters, locations, time line, everything is to be defined. Any ideas?

26 Jun

SUR MON BUREAU

Je crois me souvenir avoir lu quelque part qu’un bureau bien ordonné est le signe d’un esprit en désordre, et je dois dire qu’en ce moment, c’est bel et bien le cas. Mon bureau est un modèle d’organisation, et est toujours en bon ordre, car je déteste travailler avec des piles de trucs et machins divers autour de moi.

On my desk      I seem to remember reading somewhere that a tidy desk is the sign of a messy mind, and I have to say that at the moment, it is well and truly the case. My desk is the epitome of organisation, and is always in good order, as I hate to work with piles of things and various whatsits around me.  

Quant à mon esprit, il est très certainement très loin de ce qu’il devrait être, comme vous pouvez le voir avec cet article publié en retard cette semaine. Je ne vous donnerai aucune excuse, vu que je ne veux pas vous embêter, mais bon, la semaine n’a pas été des plus tranquilles. Avec le beau temps (je dis bien beau temps, car on sera loin de la canicule européenne!) promis vers la fin de la semaine, tout devrait revenir à la normale pour moi, qui ne me sens jamais bien à l’aise sous la grisaille ambiante. 

And as for my mind, it is certainly very far from where it should be, as you can see from this post being published late this week. I will give you no excuse, as I don’t want to bother you, but still, this week has not been one of the quietest. With the nice weather (I am saying nice, because we will be far from the European heatwave!) promised towards the end of the week, everything should be back to normal for me, who never feel quite right in the ambient grey.

Mais bon, faisons le tour de mon bureau. A gauche, mon gros ordinateur, où je peux voir mes étudiants lors de nos leçons sur Skype. Et le petit chien, qui les regarde et garde mes stylos et autres crayons en place, est bien sage et me tient compagnie quand je travaille sur mes leçons et autres projets. Mon ordinateur portable est mon vrai trésor, car il contient toute ma vie professionnelle, des devoirs aux comptes sociaux dont je me sers pour entrer et rester en contact avec mes clients. 

So let’s go for a tour of my desk. On the left, my big computer, where I can see my students during our Skype lessons. And the little dog, who watches them and keeps my pens and other pencils in place, is very well-behaved and keeps me company when I work on my lessons and other projects. My laptop is my real treasured possession, because it holds the whole of my professional life, from homework to social media accounts I use to get and stay in touch with my clients.

Enfin, à droite, le petit pot de bois réunit mes stylos verts, ma couleur fétiche. Le classeur, vert lui aussi, m’est très utile pour y garder tous mes contacts et les détails dont j’ai besoin, et le cahier en dessous contient les notes que je prends lors de mes leçons. 

Finally, to the right, the little wooden pot gathers my green pens, my mascot colour, as it were. The ring binder, green too, is very iseful to me to keep all my contacts and the details I need, and the notebook underneath contains the notes I take during my lessons.

Et voilà. Maintenant que vous savez tout sur mon bureau, je dois y retourner pour continuer à travailler et produire tous les petits exercices dont j’ai le secret, et auxquels j’espère vous participez tous. A bientôt sur Instagram et Twitter!

So, there you are. Now that you know everything about my desk, I must go back to it in order to work and produce all the little exercises I excel at, and in which you are all taking part, I hope. See you soon on Instagram and Twitter!

18 Jun

RESTONS PHILOSOPHES

Je ne savais que faire. J’étais comme qui dirait perdu. Et pas très content. Mardi dernier, comme ça, d’une minute à l’autre, et sans prévenir, mon ordinateur refuse de recevoir ou d’envoyer mes courriels. Oui, je sais, l’horreur complète. Comment communiquer avec mes clients et élèves? Comment envoyer et recevoir leurs devoirs et autres documents? La panique totale. 

Let’s stay philosophical  I didn’t know what to do. I was, so to speak, lost. And not very happy. Last Tuesday, just like that, from one minute to the next, and without warning, my computer refused to receive and send emails, or courrielsin French. Yes, I know, total horror. How to communicate with my clients and students? How to send and receive their homework and other documents? Total panic.

Courriel. Un mot que je n’aime pas beaucoup, mais bon, il faut bien faire français, pour faire plaisir à l’Académie Française. Quel que soit le nom que vous leur donniez, l’officiel courriel (courrier électronique) ou le franglais email, ces messages électroniques sont très importants pour moi, car c’est le moyen que mes clients et étudiants préfèrent pour rester en contact avec moi. 

Courriel. A word I’m not very fond of, but hey, you have to be French, to please the Académie Française. Whatever the name you give them, the official courriel (courrier électronique) or the Franglish version, email, these electronic messages are very important for me, because it is my clients’ and students’ favourite way to keep in touch with me.

La technologie me permet de donner des cours n’importe où, n’importe quand, comme à un de mes derniers étudiants, qui habite à Helsinki. Mais ces jours-ci, elle est aussi si capricieuse, et nous sommes si impatients avec elle, que quand elle a le hoquet, nous perdons toute perspective. Ou du moins, je perds toute perspective. 

Technology enables me to give lessons anywhere, anytime, as shown by one of my latest students, who lives in Helsinki. But these days, it is just too capricious, and we are so impatient with it, that when it has the hiccough, we lose all perspective. Or at least, I lose all perspective.

Mais grâce à un des genies du magasin Apple à Reading, tout est revenu à la normale, après une demi-heure de recherches. La coupable? Une petite boîte qui s’était cochée elle-même, et qui empêchait tout mouvement de courriels.

But thanks to one of the geniuses at the Apple store in Reading, everything came back to normal, after half an hour of searching. The guilty party? A little box that had self-ticked, and who was preventing all email movement. 

Alors, maintenant que j’ai poussé un soupir de soulagement et que tout va à nouveau comme sur des roulettes, pourquoi ne pas m’envoyer un petit bonjour en français? 

So, now that I was able to sigh with relief, and that everything is running smoothly, why not send me a little hello in French?

11 Jun

LE JOUR J

Le week-end dernier, j’avais les yeux humides en regardant ces hommes, droits comme des ‘i’ malgré leur âge, avancer lentement sur cette scène, devant un fond montrant des images du plus grand débarquement aérien et maritime de tous les temps. Il y a soixante-quinze ans, dans un effort surhumain, des milliers d’hommes prenaient part à l’assaut des plages normandes, pour libérer la France et le reste de l’Europe, occupés par les forces allemandes.

D-Day      Last weekend, my eyes were distinctively moist as I watched these men, straight as a pole despite their age, slowly walk towards the front of that stage, in front of screens displaying pictures of the largest air and sea operation of all times. Seventy-five years ago, in a superhuman effort, thousands of men took part in the assault of the Normandy beaches, to free France and the rest of Europe, occupied by German forces.

Même si les blessures ont cicatrisé, si les peuples sont maintenant amis, il est important de ne pas oublier, de se souvenir de ce qui s’est passé, et de célébrer les efforts de tous ceux qui se sont sacrifiés pour l’idée de la Liberté. L’anniversaire du débarquement des troupes américaines, canadiennes et britanniques sur les cinq plages de Normandie a réuni les anciens combattants. 

Even if the wounds healed, if the peoples are now friends, it is important not to forget, to remember what happened, and to celebrate the efforts of all those who sacrificed themselves for the ideal of Freedom. The anniversary of the landing of the American, Canadian and British troops on the five beaches of Normandy got the veterans together. 

Certains reviennent en France pour la première fois depuis 1944. D’autres n’ont jamais parlé de leur expérience à qui que ce soit, pour ne pas revivre les horreurs auxquelles ils ont été confrontés. Et pourtant ils sont là, leurs médailles brillant fièrement sur leur poitrine. Ils posent une couronne de coquelicots au pied des tombes de leurs camarades tombés au combat. Ils disent fort et haut qu’ils ne sont pas des héros: les vrais héros reposent là depuis 75 ans. 

Some are coming back to France for the first time since 1944. Others have never talked about their experience so as not to relive the horrors they witnessed. But they are here all the same, their medals proudly glinting on their chests. They lay a wreath of poppies on their comrades’ tombs, those who fell fighting. They say, clearly and proudly that they are not the heroes: the real heroes have been lying here for 75 years. 

Alors s’il vous plaît, laissez-moi me joindre à tout le monde, des dignitaires à vos arrières-petits-enfants, pour simplement vous dire: ‘Merci.’

So please, let me join everybody, from the dignitaries to your great-grandchildren, to simply say: ‘Thank you.’