26 Jul

#RÉCOLTEAUMARCHÉ

Depuis que j’utilise les plateformes sociales comme Twitter et Instagram, j’ai appris à me servir des mots-dièse, comme on les appelle en France. Du moins, c’est comme ça que l’Académie Française veut les voir utilisés, mais on entend très souvent parler des hashtags, alors pourquoi pas ! En tout cas, ils sont bien utiles, parce qu’ils permettent de se faire un peu plus remarquer, et de mettre en évidence les aspects importants de nos messages. Alors moi, je suis tout à fait en faveur des mots-dièse. D’ailleurs, il y en a un qui me plaît bien en ce moment, et je viens vous en parler cette semaine. 

#markethaul Since I started using social sites like Twitter and Instagram, I have learnt to use “mots-dièse”, as we call them in France. At least, that’s how the Académie Française wants to see them used, but we very ofter hear hashtags mentioned, so why not use that! In any case, they are very useful, because they allow us to be noticed a little bit more, and to highlight the more important aspects of our messages. So I am totally for hashtags. Indeed, there’s one that I really like at the moment, and I want to tell you about it this week. 

En plus, ça tombe bien, parce que ce hashtag en particulier (“hashtag” parce qu’il est généralement employé en anglais) devient important le mardi. Vous qui lisez ces lignes régulièrement saurez que j’essaye de publier un nouvel article le même jour, et ce toutes les semaines ; mais pas forcément que le mardi, c’est aussi jour de marché à Marseillan, un charmant village où vit Debora Robertson, qui écrit une colonne pour le Telegraph du samedi. Ce mot-dièse que je guette, c’est #markethaul, #récolteaumarché, pour faire plus français.

On top of it all, it’s quite fortuitous, because this particular hashtag (in English because it is generaly used in English messages) becomes popular on Tuesdays. You who read these lines regularly will know that I try to publish a new post on that very same day, every week; but not necessarily that Tuesdays are market days in Marseillan, a charming village where Debora Robertson lives, who writes a column for the Saturday Telegraph. This hashtag I always look for is #markethaul, #récolteaumarché if I want to sound more French.

Comme j’aimerais me joindre à Debora pour faire mes achats, prendre un café en terrasse, et papoter avec le maraîcher, le poissonnier, le vendeur d’olives et d’autres produits frais, locaux, et saisonniers. Du nord au sud, d’est en ouest, je n’ai jamais trouvé de marché français que je n’ai pas aimé, et je suis sûr que celui de Marseillan ne ferait pas exception à la règle. Et après le marché, on rentrerait chez Debora pour un déjeuner composé de ce #markethaul. Elle nous présente généralement sa récolte très joliment, sur un torchon de lin que j’aime beaucoup, une jolie toile pour cette nature-morte. Sans oublier les recettes qui accompagnent ses récoltes, que Debora publie sur Substack. Miam miam !

How I would like to join Debora to do my shopping, have a coffee on the terrace, and chat with the fruit and veg man, the fishmonger, the olive guy, and those who sell other fresh, local and seasonal produce. From the North to the South, from East to West, I have never found a French market that I didn’t like, and I am sure that Marseillan market would not be an exception. After the market, we would go back to Debora’s to lunch on this #markethaul. She usually offers it to us very prettily, on a linen tablecloth that I like very much, a pretty canvas for this still-life. Without forgetting the recipes that accompany them, which Debora published on Substack. Yum yum!

Tous les suspects principaux sont là : baguettes croustillantes, madeleines moelleuses, gariguettes rutilantes, poulet rôti et ses pommes de terre bronzées, olives parfumées… Pour moi, comme pour beaucoup d’entre vous, je le sais, c’est le plaisir des choses simples qui compte. Apprécier des produits sains et frais entre amis, sans se presser, par une belle journée où rien d’autre n’importe. Voilà un mardi comme je les aime, tout simple, tranquille, un mardi qui fait du bien à l’âme. J’aimerais que tous les jours soient un mardi comme ça. 

All the usual suspects are there: crusty baguettes, soft madeleines, rutilant gariguettes strawberries, roast chicken and its bronzed potatoes, scented olives… For me, as for many of you, I know, it is all about the pleasure of simple things. About appreciating healthy and fresh produce with friends, without any hurry, on a beautiful day when nothing else matters. That’s a Tuesday after my own heart, so simple, so quiet, a Tuesday that puts balm on your soul. I would love for every day to be that Tuesday.

Comme je le dis plus haut, je sais que la plupart d’entre vous qui êtes en mesure de visiter la France aimez faire le marché. Que recherchez-vous en particulier ? Les produits locaux, les fromages, les paniers tressés, ou les céramiques du coin ? Moi, je regarde tout, et je ne quitte jamais un marché sans acheter quelque chose. Ne manquez pas de passer me voir sur Twitter, car j’aimerais bien voir vos photos. Surtout, n’oubliez pas d’ajouter #markethaul et #récolteaumarché à vos messages ! A bientôt !

As I said above, I know that most of you who are able to visit France like to go to the market. What do you look for in particular? Local produce, cheeses, woven baskets, or local ceramics? I admire everything, and I never leave a market without buying something. Please don’t forget to drop by via Twitter to see me, as I would love to see your photos. Above all, don’t forget to add #markethaul and #récolteaumarché to your messages! See you soon!

14 Jun

UN MAUVAIS COPAIN

Vous qui lisez ces lignes assez souvent saurez que je m’en sers pour confesser mes fautes, avouer mes faiblesses, et tout vous dire sur ce que je ne fais pas très bien. Je ne vais pas vous laisser tomber sur ce front aujourd’hui, puisque je dois vous dire que je suis un mauvais copain. Terrible en fait, complètement atroce. Le fait que mes amis ne me désertent pas aussi souvent que je le mériterais m’étonne tous les jours. Car voyez-vous, je ne suis pas le meilleur correspondant au monde, et je ne rentre pas très souvent en contact avec tous les êtres qui me sont chers. Et quand je dis “pas très souvent” …

A bad friend You who read these lines quite often will know that I use them to confess my faults, admit to my weaknesses, and tell you everything about what I don’t do too well. I am not going to let you down on that front today, as I have to tell you that I am a very bad friend. A terrible one, in fact, completely atrocious. The fact that my friends don’t desert me as often as I deserve it never ceases to astonish me. Because you see, I am not the best correspondent in the the world, and I don’t initiate contact very often with all these wonderful beings that are dear to me. And when I say “not very often”…

Et pourtant, j’ai de super copines et copains partout dans le monde. Des gens à qui je tiens très tendrement, certains que je connais depuis plus de trente ans. Du fait que j’ai déménagé plusieurs fois quand j’étais jeune, je n’ai pas d’amis d’enfance, de ces potes qui sont comme des frères et soeurs, presque des jumeaux, avec tant en commun qu’il n’est pas nécessaire d’en dire long pour communiquer une histoire longue de plusieurs années. Mais des amis de longue haleine, des copains qui ont été et seront longtemps à mes côtés quoi qu’il arrive, ça j’en ai, et je m’en veux de les délaisser.

And yet, I have super girl and boy friends everywhere in the world. People who matter dearly to me, some of whom I have known for over thirty years. As I moved houses several times when I was younger, I don’t have childhood friends, these mates who are like brothers and sisters, almost twins, with whom you have so much in common that you don’t have to say much to communicate a very long story. But I do have friends for the long haul, friends who have been and will be by my side for a long time whatever happens, and I feel bad when I neglect them.

De mes années à l’université ne me reste plus que Jérôme, avec qui je correspond surtout sur Facebook depuis qu’il a fait l’effort de me faire signe. Laure est l’amie de tous mes instants marquants de mes années écossaises, depuis notre rencontre en 1994, et j’espère vraiment lui rendre visite en Ecosse très bientôt. Toujours en Ecosse, mais un peu plus tard, j’ai rencontré des amis canadiens, avec qui je devrais communiquer beaucoup plus souvent, car ils m’ont été indispensables pendant cette année assez difficile, pendant que nous étudions tous pour notre diplôme de prof. 

From my university years, only Jérôme is left, with whom I correspond mainly on Facebook since he made the effort to say hello. Laure has been the ever present friend of my Scottish years, since our meeting in 1994, and I really hope being able to visit her in Scotland before long. In Scotland still, but a little bit later, I met my Canadian friends, with whom I should communicate more often, as they were vital to me during this difficult year, as we were all studying for our teaching diploma.

Comme vous le voyez, je n’exagérais pas quand je vous disais que je suis un mauvais copain. Je ne téléphone pas assez souvent, je n’envoie pas assez d’e-mails, et je lève encore moins ma plume pour envoyer de mes nouvelles par courrier, ce que j’adore pourtant faire ! Ce qui me sauve, c’est que ces amis sont du genre qui ne m’en veulent pas (trop) quand je leur fais signe. La conversation reprend exactement là où nous l’avions laissée, parfois un an ou deux, ou plus, après la précédente. Et c’est ça qui me sauve. Le fait que mes amis sont là pour moi quand, finalement, je les appelle et les contacte. Et je leur dis merci…

As you can see, I was not exagerating when I told you i was a bad friend. I don’t ring often enough, I don’t send many emails, and I lift my pen even less to send news by snail mail, which I rather love to do! What saves me is that my friends are the kind that are not (too) mad when I get on touch. The conversation starts exactly where we had left it, sometimes a year or two, or more, after the one before. That’s what saves me, friends who are here for me when I finally call and get in touch. And I thank them… 

Je ne sais pas si beaucoup d’entre vous, chers amis et lecteurs, sont comme moi, mais tout ce que je peux espérer, c’est que quand on deviendra copains sur Twitter ou Instagram, je serai un meilleur ami pour vous tous. J’adore répondre à tous vos messages, comme ceux que vous m’avez envoyés pendant mes vacances. A chaque fois que mon téléphone fait “Ping !”, je souris de voir une belle réponse à un de mes exercices, ou de lire vos gentils mots. Alors continuez à les envoyer, je jure que j’y répondrai. A bientôt !

I don’t know if many of you, dear friends and readers, are like me, but all I can hope for is that when we become friends on Twitter or Instagram, I become a better friend to you all. I love answering all your messages, like those you sent me during my holidays. Each time my phone pings, I smile when I see a great answer to one of my exercises, or when I read your kind words. So please keep them coming, I swear I will answer. See you soon! 

03 May

COLLABORATIONS

Si, comme pour vous toutes et tous, les confinements successifs ont été difficiles pour moi, je dois avouer que professionnellement, ils ont été plutôt productifs pour Arnaud’s Language Kitchen. Ils ont été la source de nouveaux contacts, et j’ai eu la chance de rencontrer de nouveaux étudiants, qui cherchaient à garder le lien ouvert vers tout ce qui est français, à défaut de pouvoir voyager. Pendant presque deux ans, les frontières étant soit complètement fermées ou plutôt imperméables, vous avez été nombreux à allumer vos ordinateurs et à vous tourner vers nous, les profs en ligne.

Collaborations If, as for you all, successive lockdowns were difficult for me, I must admit that professionally, they were rather productive for Arnaud’s Language Kitchen. They were the source of new contacts, and I was lucky enough to meet new students, who were looking to keep open their links towards everything French, not being able to travel. For nearly two years, borders being completely closed or almost impassable, quite a few of you turned your computers on and turned towards us, online teachers.

Je vous ai déjà parlé de Sarah Shaw et de son excellente école de français, Aspire Languages, mais je voudrais la remercier encore une fois très publiquement pour avoir pensé à moi. Quand d’autres auraient eu tendance à limiter les contacts vers l’extérieur, Sarah a fait tout l’inverse quand elle a eu à faire passer ses groupes en ligne. Pour épicer un peu les choses, elle a eu l’idée de faire appel à moi pour donner quelques cours de cuisine en ligne. Quel plaisir ce fut d’enseigner à ses élèves quelques unes de mes recettes préférées, comme le très breton far, ou l’excellent et très léger gâteau de Savoie. Alors encore une fois merci, Sarah.

I have already told you about Sarah Shaw and her excellent French school, Aspire Languages, but I would like to thank her very publicly for thinking of me. When others would have been likely to limit their contacts with the outside, Sarah went the other way when she had to go online with all her groups. To spice things up, she thought of calling on me to give a few online baking lessons. What a pleasure it was to teach her students some of my favourite recipes, such as the very Breton far, or the excellent and very light gâteau de Savoie. So, once again, thank you Sarah.

Il n’y a pas si longtemps, je vous ai aussi dit à quel point j’ai été fier de découvrir que Debora Robertson, qui écrit une colonne hebdomadaire dans le Telegraph du samedi, était abonnée à mes comptes sur Twitter et Instagram. Je suis fier, parce que je suis si content de savoir que je contribue, si peu que ce soit, au parcours linguistique de quelqu’un qui a quitté Londres pour le soleil de Marseillan. Debora nous offre, tous les samedis, son point de vue sur un aspect de la culture française, qu’elle connait sur le bout des doigts, et d’avoir pu récemment l’aider a été un grand honneur.

Not so long ago, I also told you how proud I was to find out that Debora Robertson, who writes a weekly column in the Saturday Telegraph, was following me on Twitter and Instagram. I am proud, because I am happy to be able to contribute, however little, to the liguistic journey of someone who left London for sunny Marseillan. Debora offers us, every Saturday, her point of view on one aspect of French culture, which she knows like the back of her hand, and having been able to help her recently was a great honour.

Sarah nous offre également beaucoup de bonnes choses sur Twitter, avec de bons conseils et du vocabulaire utile tous les jours. Quant à Debora, elle nous régale tous les mardis avec ses récoltes faites sur le marché. J’adore voir tous ces produits frais étalés pour le régal de mes yeux affamés, et je dois avouer rêver de pouvoir collaborer avec Debora pour un podcast ou même un vlog, pour parler non seulement de toutes ces bonnes choses, mais aussi de toutes ses aventures dans le sud de la France. Alors, Debora, ça vous dit ?

Sarah also offers us good stuff on Twitter, with great advice and useful vocabulary every day. As for Debora, she regales us every Tuesday with her market hauls. I love seeing all that fresh produce spread out for my famished eyes, and I must admit dreaming about being able to collaborate with Debora for a podcast, or even a vlog, not only to talk about all these good things, but also of all her adventures in the South of France. So, Debora, what do you think ?

Chers amis et lecteurs, je vous demande toujours votre avis sur tout ce qui me trotte dans la tête, et je ne ferai pas exception à la règle cette semaine. J’aimerais beaucoup savoir si vous aussi vous aimeriez plus de collaborations entre Alphonse tALK et ses amis. Et bien sûr si vous aimeriez les lire, les écouter ou les regarder. Ou les trois à la fois ! Je suis sûr que vous passerez me dire tout ça sur Twitter ou Instagram. A bientôt !

So, dear friends and readers, I always ask your advice on everything that crosses my mind, and this week will be no exception. I would really like to know if you’d like to see more collaborations between Alphonse tALK and his friends. And of course if you would like to read them, listen to them, or watch them. Or even do all three at the same time! I am sure that you will drop by Twitter or Instagram to let me know. See you soon! 

12 Apr

DE NOUVEAUX AMIS

Salut tout le monde ! Vous qui lisez ces lignes régulièrement (coucou les abonnés !) saurez que j’essaie de maintenir une présence très professionnelle sur certaines plateformes sociales, et surtout sur Twitter. Je dis “professionnelle”, car je n’utilise les médias sociaux que pour ma compagnie, et pour rencontrer ceux et celles d’entre vous qui apprenez le français. Je laisse de côté les disputes et les insultes, la politique et les sujets qui fâchent : mon seul plaisir, c’est de communiquer avec vous, et de vous aider.

New friends Hello everyone! You who read these lines regularly (howdy subscribers!) will know that I try to maintain a very professional presence on some social platforms, especially on Twitter. I say “professional”, because I only use social media for my business, and to meet those of you who are learning French. I leave all disputes and insults on the side, as well as politics and topics that divide: my only true pleasure is to communicate with you, and to help you. 

Ayant récemment établi une nouvelle “communauté” sur Twitter (envoyez-moi un message si vous voulez en faire partie), j’essaie toujours de me rendre utile en offrant mes exercices et mes corrections à mes abonnés, que je considère plutôt comme une famille, avec un objectif en commun : communiquer en Français. Communiquer tout court est aussi ce que je recherche sur Twitter, et je le fais avec plaisir, alors n’hésitez pas à vous abonner à mon compte et à passer dire bonjour.

Having recently established a new “community” on Twitter (send me a message if you want to be part of it), I always try to make myself useful by offering my exercises and corrections to my subscribers, whom I rather consider as a family, with one objective in common: to communicate in French. To communicate full stop is also what I am looking for on Twitter, and I do it with great pleasure, so never hesitate to follow me and drop by to say hi.

Il m’arrive même de créer des liens avec des personnes que je n’ai jamais rencontrées “en vrai”. Prenez par exemple Felicity Cloake, avec qui j’étais entré en contact après avoir beaucoup apprécié Un autre croissant pour la route, qui raconte son tour de France à vélo, et nous donne de bonnes recettes, et ses remarques sur les croissants dégustés en route. J’adore suivre ses aventures, et elle fait de même pour les miennes, ce qui est très flatteur. En plus, j’adore entendre toutes les histoires de son petit chien, Wilf.

It even sometimes happens that I create links with people that I have never met “for real”. Take for example Felicity Cloake, whom I contacted after reading and loving One More Croissant for the Road, which tells us all about her tour de France on a bike, and gives us great recipes, and her remarks on croissants appreciated en route. I love following her adventures, and she does the same for me, which is very flattering. On top of that, I love hearing all the stories about her little dog, Wilf.

Quand je suis tombé pour la première fois sur la colonne de Debora RobertsonÉchange français, dans le Telegraph du samedi, j’ai très rapidement pris la décision de m’abonner à sa page sur Instagram et à son profile sur Twitter. Debora et son mari ont abandonné Londres pour s’installer à Marseillan, près de Sète, dans le sud de la France. Imaginez comme j’ai été surpris (et à quel point j’ai été flatté) de découvrir qu’elle était déjà abonnée à mon propre compte ! Depuis, elle m’a fait l’honneur de me poser quelques questions sur “la bise” et de se servir de mes réponses dans son article, dans lequel elle m’a mentionné deux fois !

When I first discovered Debora Robertson‘s column, French Exchange, in the Saturday Telegraph, I very quickly took the decision to follow her on Instagram, and on Twitter. Debora and her husband abandonned London to settle in Marseillan, near Sète, in the South of France. Imagine how surprised I was (and how flattered) when I discovered that she was already subscribing to my own account! Since then, she did me the honour to ask me a few questions on “la bise”, and to use my answers in her article, in which she mentioned me twice!

Je ne vous cacherai pas qu’être en contact avec ces deux journalistes me donne des idées, que j’aimerais voir se réaliser. J’adorerais par exemple collaborer avec Debora, et exploiter ses récoltes au marché pour une leçon en français le mardi. Je pense toujours et tous les jours à d’autres projets, mais j’aimerais bien savoir ce que vous, chers amis et lecteurs, voudriez me voir produire sur Twitter ou Instagram. Je suis sûr que vous aussi vous êtes pleins de bonnes idées, alors je vous dis: à bientôt ! 

I will not hide that being in touch with these two journalists is giving me ideas, that I would love to see come true. I would love, for example, to collaborate with Debora, and exploit her market hauls for a French lesson on Tuesdays. I am always and every day thinking about other projects, but I would love to know what you, dear friends and readers, would like to see me produce on Twitter or Instagram. I am sure that you too are full of good ideas, so I will say: see you soon! 

13 Oct

UN PRIX DE CONSOLATION

Au moment où j’écris ces lignes, je suis confortablement installé dans un superbe hôtel près de Bath, où les employés me chouchoutent pendant que mon mari est occupé à mener des entretiens d’embauche. Même si ma situation actuelle est des plus enviables (je ne vous raconte pas comment le brownie est délicieux), elle n’est qu’un arrêt précurseur à un séjour chez des amis qui habitent dans le Devon, et qui est le véritable sujet de cet article.

A consolation prize At the time of writing these lines, I am comfortably ensconced in a superb hotel near Bath, where the staff are taking care of me while my husband is busy conducting job interviews. Even if my current situation is most enviable (I won’t tell you how delicious the brownies are), it is but a precursor to a stay at some friends’ who live in Devon, and which is the true subject of this article.

Vous saurez peut-être que j’ai dû annuler deux passages en France cette année, pour cause de virus, mais surtout d’isolement obligatoire à mon retour, qui m’aurait empêché de travailler comme il faut. Alors le prix de consolation en question est une invitation à passer quelques jours dans une superbe région, en compagnie des amis que nous aurions accompagnés lors de notre second passage en France. 

You will surely know that I had to cancel two trips to France this year, because of the virus, but mostly because of the compulsory isolation upon my return, which would have prevented me from working properly. So the consolation prize mentioned is an invitation to spend a few days in a superb area, in the company of the friends we should have accompanied during our second trip to France. 

S & G, pour leur donner l’anonymat, sont des amis de longue date, généreux au plus haut point, et hôtes extraordinaires. G est féru des vins de Bourgogne, raison pour laquelle nous allions nous retrouver à Pommard, alors je sais que sa cave se retrouvera dépourvue de quelques bouteilles après notre passage. Quant à S, elle a déjà fait l’objet d’un de mes articles, car elle est impeccable cuisinière et produit des repas délicieux sans avoir l’air de faire le moindre effort. 

S & G, to keep their privacy, are old friends, generous to the extreme, and extraordinary hosts. G is a connaisseur of Burgundy wine, the reason for which we were meeting them in Pommard, so I know that his cellar will be freed from a few bottles after our passage. As far as S is concerned, she’s already been the subject of one of my posts, as she is an exemplary cook and produces delicious meals seemingly without any effort.

Alors même si je suis pour le moment seul avec mes pensées – mon mari se fait attendre – je sais que dans deux ou trois heures, je serai en bonne compagnie. Pour moi, deux ou trois jours passés ainsi sont aussi bons qu’un week-end dans un hôtel de luxe, parce que rien ne vaut les vieux amis avec qui on peut passer du bon temps. Pour compléter le tout, quelques bonnes balades, des câlins avec Buster le chien et Cléopâtre le chat, un bon bouquin et des tonnes de fous rires.

So even if I am for the moment alone with my thoughts – my husband is making himself scarce – I know that in a couple of hours, I will be in good company. For me, two or three days spent like this are just as good as a weekend in a luxury hotel, because nothing replaces old friends with whom you can have a laugh. To complete the picture, a few walks, cuddles with Buster the dog and Cleopatra the cat, a good book and tons of laughs.

Maintenant que je vous ai révélé tous mes plans, j’ai hâte de reprendre la route et d’être arrivé chez S & G, une tasse de thé à la main, adossé au poêle. J’ai hâte de lire, de faire les mots croisés devant un bon café le matin, d’aider S avec le repas du soir. La vie, quoi, mais dans un cadre différent, ce qui pour moi en ce moment vaut tout l’or du monde. Ah ! Mon mari a fini. Je vous laisse, et vous dit : à bientôt ! 

Now that I have exposed my plans to you, I look forward to getting back on the road and to arriving at S & G’s, a cup of tea in hand and my back to the AGA. I look forward to reading, to doing the crossword with a coffee in the morning , to helping S with the evening meal. Life, in short, but in a different setting, which is for me worth all the gold in the world. Ah ! My husband is done. I must leave you, and say to you: see you soon ! 

28 Nov

UN NOM DE CHIEN

Non, non, le titre de cet article n’est pas une insulte, je vous le jure! A peine un jeu de mot sur l’expression française qui décrit une météo peu clémente comme un temps de chien. Mais c’est bien de nos amis à quatre pattes dont je veux vous parler aujourd’hui. Car voyez-vous, une de mes élèves m’a envoyé une photo de la petite chienne qu’elle vient d’adopter, et elle cherche un nom. 

A dog’s name      No, no, I swear to you that the title of this article is not an insult! Barely a play on words on the French expression describing inclement weather as ‘a weather for a dog’. But it is of our four-legged friends that I want to talk to you today. Because you see, one of my students has sent me a picture of the little bitch that she has just adopted, and she is looking for a name.

Comme tous les chiots, elle est adorable, avec ses beaux yeux gris-bleu. Je dis ‘chiots’ au masculin, car la grammaire française veut presque tous les noms génériques des bébés animaux masculins. Mais cette petite femelle est bel et bien féminine, et s’appelle pour l’instant Daphnée. Pour l’instant, car on me demande de proposer un autre nom.

As with all puppies, she is adorable, with her blue-green eyes. The word ‘puppies’ is masculine in French, as grammar wants almost all baby animals’ names to be masculine. But this little female is definitely feminine, and answers for the moment to the name of Daphne. For the moment, as I have been asked to offer an alternative name.

Ce qui me pose un léger dilemme, car je désire moi-même un chien. Mais vu que je suis plutôt loin du moment où les petits petons de mon ami canidé viendront résonner sur mon carrelage, je me sens un peu coupable de garder les noms auxquels j’avais pensé pour moi-même. De plus, je pense que mon compagnon sera mâle, alors je pense pouvoir sans aucun problème me désinvestir des prénom féminins qui me trottent dans la tête. 

Which leaves me in a bit of a quandary, as I also want a dog. But as I am rather far at present from the moment when the little paws of my canine friend will sound on my tiled floor, I feel a little bit guilty to keep for myself the names which I had found. On top of that, I think that my companion will be male, so I believe I am able to give up without worrying too much the feminine names going through my head.

Onyx, un superbe boxer à la santé malheureusement fragile, a veillé sur mon petit frère et moi pendant six ans, et je crois que j’aurais du mal à en voir une deuxième incarnation. Cachou, le petit lhasa apso noir de ma maman nous a aussi quitté, mais son nom lui allait très bien: les cachous sont de petits bonbons noirs à la réglisse. Enfin, le seul chien qui vient en ce moment régulièrement chez moi quand ses humains viennent pour leurs leçons est un bel exemple de labrador qui s’appelle Oz. 

Onyx, a superb but tragically fragile boxer, looked after my little brother and me for six years, and I think I would struggle to see a second incarnation of the name. Cachou, the little black lhasa apso belonging to my mother has also left us, but his name suited him well: ‘cachous’ are little black liquorice sweets. Finally, the only dog currently coming into my home when his humans come for their lessons is a beautiful labrador specimen called Oz.

Mais revenons-en à ce qui nous préoccupe là maintenant tout de suite: Daphnée restera-t-elle Daphnée? Ou allez-vous, chers amis et lecteurs, lui trouver un autre prénom? La seule règle, dans cette petite compétition où il n’y a aucun prix à gagner, c’est de s’assurer que ledit nom peut être utilisé en toutes circonstances, et dans le grand monde. Alors à vos claviers, j’attends vos recommandations! 

But let’s come back to what preoccupies us right here and now: will Daphne remain Daphne? Or will you, dear friends and readers find another name for her? The only rule, in this little competition with no prizes, is to make sure that said name can be used in all circumstances, and in polite company. To your keyboards, I await your recommendations!

01 Oct

UN WEEK-END DANS LE DEVON

C’est toujours un plaisir que de retourner dans l’ouest du pays, et dans le Devon en particulier. Je n’ai bien sûr rien contre le Somerset ou la Cornouaille, et j’y ai passé plusieurs séjours très heureux, mais il y a un petit quelque chose qui m’attire particulièrement dans le Devon. Ça doit être la terre rouge, la verdure, les collines et les toutes petites routes très étroites! 

A weekend in Devon It is always with great pleasure that I go back to the west of the country, especially to Devon. I have of course nothing against Somerset or Cornwall, and I have spent many a very happy holiday there, but there is a little something that attracts me particularly to Devon. It must be the red earth, the greenery, the hills and all the very narrow lanes! 

Cette atmosphère bien spéciale est rendue encore plus spectaculaire par ce rare sentiment d’être loin de tout, surtout en ces temps incertains, où tout semble s’allier pour vous gâcher la vie. Je dois avouer que quand je suis dans ce petit coin de paradis, j’oublie les choses qui ne me concernent en rien. Ce qui me laisse du temps pour me concentrer sur celles qui me font plaisir et me rendent heureux. 

This rather special atmosphere becomes even more spectacular with this feeling of being far from everything, especially in these uncertain times, when everything seems to conspire to ruin your life. I must admit that when I am in this little corner of paradise, I forget these things that don’t matter to me at all. Which leaves me time to concentrate on those that do and make me happy.

Ce qui est d’autant plus facile puisque que nous saisissons toujours l’occasion de rendre visite à la famille de mon mari, qui réside dans le charmant petit village de Cockwood, pas très loin d’Exeter. Avec une vue imprenable sur l’estuaire de la rivière Exe, le petit déjeuner (et tous les autres repas pris en famille, d’ailleurs) sont un véritable baume au coeur. Même si la verdure et la Tamise au QG d’ALK sont très plaisantes, c’est toujours un plaisir de regarder les marées changer le paysage plusieurs fois par jour. 

Which is even easier to do as we always grab the opportunity to pay a visit to my husband’s family, who resides in the charming little village of Cockwood, not too far from Exeter. With an impregnable view over the river Exe estuary, breakfast (and all other family meals, actually) are truly soothing. Even if the greenery and the Thames at ALK HQ are very pleasing, it’s always a true pleasure to watch the tides change the scenery several times a day. 

Cette fois-ci, Harry (mon presque neveu) m’avait convaincu de chausser des bottes en caoutchouc pour une promenade sur la plage, à travers la boue et en direction de l’épave située en face de la maison. Même si nous ne l’avons pas atteinte, j’ai beaucoup ri quand, l’eau devenue soudainement trop profonde a envahi les bottes de mon compagnon. 

This time, Harry (my nearly nephew) had convinced me to don Wellingtons for a walk on the beach, through the mud and towards the wreck situated opposite the house. Even if we didn’t reach it, I laughed a lot when the water, suddenly too deep, invaded my friend’s boots.

Ce désagrément fut bien vite oublié avec un déjeuner et une pinte de bière au pub, et la cueillette de mûres bien mûres dans la haie pendant la promenade de l’après-midi. Des plaisirs simples et bienvenus, loin des complexités de la vie moderne, de la politique, des histoires sordides. Vous comprendrez alors pourquoi une invitation à passer par le Devon est toujours gracieusement acceptée.

This mishap was quickly forgotten with lunch and a pint of beer at the pub, and the gathering of ripe blackberries in the hedge during our afternoon walk. Simple and welcome pleasures, far from the complexities of modern life, of politics, of sordid stories. You will therefore understand why an invitation to drop by Devon is always gracefully accepted. 

25 Sep

CONSTRUIRE UNE MAISON

Tout récemment, j’ai rendu visite à des amis qui sont très occupés à rénover une maison dans un charmant village dans le Devon. J’admire leur vision, leurs idées, et surtout leur travail, toujours très dur, pour faire de cette maison la leur, pour toujours. Enlever un mur ici, en mettre un autre par là, décision après décision, c’est un travail de longue haleine.

Building a house.       Very recently, I paid a visit to friends who are very busy renovating a house in a charming village in Devon. I admire their vision, their ideas, and especially their efforts, always very arduous, in order to make this house theirs, forever. Take a wall down here, build a new one there, decision after decision, they are in it for the long haul.

Ce qui m’amène à penser à ce que je ferais, moi, si j’avais le choix. Le cottage qui abrite actuellement le QG d’ALK ne m’appartient pas, et je rêve de m’installer dans un petit chez-moi bien à moi. Et c’est pour ça que j’ai pensé à ces amis qui travaillent dur pour transformer une bonne maison en quelque chose qui est parfait pour eux. Pourrais-je faire pareil? Aurais-je la vision pour une telle transformation?

Which brings me to think about what I would do, if I had the choice. The cottage currenty home to ALK HQ does not belong to me, and I dream of moving to a little place of my own. And that’s why I thought of those friends working hard to turn a good house into something perfect for them. Could I do the same? Would I have the vision to effect such a transformation?

Je ne le pense pas. Mais ce qui est sûr, c’est que je sais exactement ce que je veux en matière de pièces à vivre, d’espace, et d’agencement. Alors j’ai le choix entre trois options: suivre mes amis et rénover, acheter de vieux murs et tout refaire à l’intérieur, ou construire tout tout neuf, du sol au plafond. Je ne sais pas ce que vous me conseilleriez de faire, mais je sais (je suis plein de certitudes aujourd’hui!) quelle option est ma préférée.

I don’t think so. But one thing is for sure, it’s that I know exactly what I want as far as living spaces, space in general and organisation are concerned. So I have three choices: follow my friends’ lead and renovate, buy old walls and gut the interior, or build from scratch, from floor to ceiling. I don’t know what you would advise me to do, but I know (I am full of certainties today!) which option is my favourite.

Pouvoir parler de mon projet à un architecte et construire exactement ce que je veux. Voir la maison de mes rêves prendre forme, avec un garde-manger assez grand pour pouvoir tout y ranger, des fenêtres au bon endroit pour apprécier la vue, des prises de courants accessibles partout où je sais en avoir besoin, bref, tout au bon endroit et exactement agencé pour satisfaire tous mes besoins.

To be able to talk to an architect and build exactly what I want. To see my dream house take shape, with a pantry large enough to put everything in, windows in the right place to be able to admire the view, electrical sockets accessible everywhere I know I will need them, in short, everything in the right place and organised exactly to satisfy all my needs.

Tout cela peux vous paraître un peu égoïste, mais je construis ici mon château en Espagne, une maison ou je deviendrai vieux, mon chez-moi, un espace où je peux être moi, fonctionner sans avoir à penser. Alors oui, excusez-moi si je pense un peu à moi. Car en fait, comme d’habitude, j’aimerais bien savoir ce que vous feriez dans ma position: rénovation, vieux murs ou nouvelle construction? Dites-moi tout.

All this can seem a little selfish, but what I am building here is my castle in the sky, a house where I will grow old, my place, a space where I can be me, function without having to think about it .So yes, please forgive me if I’m thinking of myself. Because, in fact and as always, I would love to know what you would do in my position: renovation, old walls or new build? Tell me everything.

16 Jan

I need your help!

Hello, dear friends and readers!

This week, I need your help. Some of you, who have been reading this blog for a while, will know that ALK is a little cottage industry, a one man band. ALK is me, to paraphrase Louis XIV. Don’t get me wrong, I love working for myself and be the master of my own destiny, although it can also be hard work to make people aware of what I offer.

First are the lessons and courses for adults, via Skype or in the kitchen here, at ALK HQ. A lot of my students really enjoy the ease and flexibility of the Skype lessons, conducted from the comfort of their own home, or even during their lunch breaks at work. Those who have baked in French during kitchen sessions have all said what a wonderful time they had working in small groups, and how easy they found learning French in such a relaxed atmosphere.

Then, there is the now completed tALK French trilogy of books, of which I am very proud. I am currently planning a series of short resources to help you get to grips with the baffling complexities of French grammar and help you improve your vocabulary. If you have any ideas and recommendations, I will be happy to hear them.

As my marketing budget is totally non-existent, I rely on social media to attract attention to what I offer. And this is where I need your help and why I look forward to connecting with you on Twitter, Facebook, and Instagram, where every message, every thumb up, every mention count. So could I please ask you to help me spread the word about ALK around you? I know it’s cheeky, but I also know how great you all are, and that you will rise to the challenge!

 

J’AI BESOIN DE VOUS!

Salut, chers amis et lecteurs!

Cette semaine, j’ai besoin de votre aide. Certains d’entre vous, qui lisent ce blog depuis un bon bout de temps, sauront qu’ALK est une industrie artisanale, que je suis un homme orchestre. ALK, c’est moi, pour paraphraser Louis XIV. Ne vous méprenez pas, j’adore travailler à mon compte et avoir pris ma destinée en main, bien que ce soit parfois difficile de faire savoir aux gens ce que j’ai à offrir.

Tout d’abord, il y a les leçons et les stages pour adultes, sur Skype ou en cuisine, ici, au QG d’ALK. Beaucoup de mes étudiants apprécient la facilité et la flexibilité des leçons par Skype, dirigées depuis le confort de leur chez-eux, ou même pendant leur pause déjeuner au travail. Ceux qui ont fait de la pâtisserie en français pendant une session en cuisine ont tous dit qu’ils se sont bien amusés avec leur petit groupe, et à quel point ils ont trouvé facile d’apprendre le français dans un environnement si décontacté.

Et puis il y a mes trois livres tALK French, dont je suis super fier. Je suis en train de mettre en place une série d’exercices courts pour vous aider à venir à bout des complexités grammaticales ou à augmenter votre vocabulaire. Si vous avez des idées ou des recommandations, je serai content de les recevoir.

Vu que mon budget pub est totalement nonexistant, je me sers des médias sociaux pour attirer attention sur ce que j’ai à offrir. Et c’est là où j’ai besoin de votre aide et pourquoi j’ai hâte d’être en contact avec vous sur Twitter, Facebook et Instagram, où chaque message, chaque coup de pouce et chaque mention comptent. Alors s’il vous plaît, puis-je vous demander de m’aider à faire connaître ALK autour de vous? Je sais que c’est un tantinet vilain, mais je sais que vous êtes tous super sympa, et que vous n’hésiterez pas à le faire!