13 Nov

VOTRE POISON ?

Alors que j’écris ces lignes, à bord du Queen Victoria de la ligne Cunard pour une croisière intitulée Voyage du Vin, je voulais réfléchir un peu sur ma consommation d’alcool. Pas de révélations ici, chers amis et lecteurs, je ne me joindrai pas à la réunion des amis de Bill W, gentiment organisée tous les jours par la compagnie. Non, décidément, je ne bois pas beaucoup. 

Your poison?      As I am writing these lines, aboard Cunard’s Queen Victoria for a cruise christenend Voyage du Vin, I wanted to reflect a little bit on how much I drink. No revelations here, dear friends and readers, I will not join the friends of Bill W meetings, kindly organised every day by the company. No, all things considered, I don’t drink that much.

C’est surtout vrai chez moi, dans le confort de ma propre maison, comme on dit en anglais. Le fait que pendant la croisière, je bois du vin presque tous les soirs n’enlève rien au fait qu’en temps normal, ma consommation d’alcool est réduite à un occasionel verre de vin le week-end, avec parfois l’addition d’un gin et tonic léger le vendredi soir. Je n’ai pas pour habitude de boire beaucoup, et je ne vois pas pourquoi cette habitude devrait changer. 

It is certainly true at home, in the comfort of my own home, as we say in English. The fact that, during the cruise, I drink some wine almost every evening doesn’t change the fact that in normal times, my alcohol comsumption is reduced to an occasional glass of wine at the weekend, sometimes augmented with a weak gin and tonic on Friday nights. I am not in the habit of drinking a lot, and I cannot see why this habit would change.

Je pense pouvoir me décrire comme quelqu’un qui boit dans des situations sociales, et jamais avec excès. Je fais partie de ceux qui peuvent très bien se contenter d’un seul whisky ou d’une pinte quand il rejoint des amis au pub, surtout pour un repas. Et si je suis le chauffeur, je ne bois pas du tout, ce qui ne me dérange jamais. J’avoue ne pas comprendre ceux et celles qui apparemment doivent boire à excès afin de passer une bonne soirée.

I believe I can describe myself as a social drinker, and never with excess. I am one of those who can quite contendedly drink just one whisky or a pint of beer when they join their friends at the pub, especially if it’s for a meal. And if I am the designated driver, I don’t drink at all, which never bothers me. I confess not being able to understand those who apparently have to binge drink in order to have a good time.

Mes pensées, après avoir frôlé le whisky, m’ont ramené à mes années en Ecosse, où j’ai découvert ce liquide ambré, mais aussi la façon de l’apprécier sans en consommer des litres. Au risque de me répéter, je sais en boire un, ou même deux si la soirée est longue sans plonger dans l’excès. Histoire d’éducation sans doute. 

My thoughts, after turing to whisky, brought me back to my years in Scotland, where I discovered this amber liquid, but also how to appreciate it withou consuming galons of it. At the risk of repeating myself, I can drink one, or even two drams if the evening is a long one, without falling into excess. It’s all about education, I guess.

Alors, chers amis et lecteurs, je ne serai pas assez mal élevé pour vous demandez si vous penser trop boire, mais j’aimerais bien savoir quel est votre poison, votre boisson de choix, à la maison ou quand vous êtes de sortie. J’attends votre réponse avec impatience. 

So, dear friends and readers, I will never be rude enough to ask you whether your think you drink too much, but I would love to know what your poison is, your drink of choice, at home or when you’re out. I breathlessly wait for your answers.

20 Feb

Not enough time

I have a dilemma. Granted, not a grave one. It is not even an important one, but it is a dilemma all the same! You see, I love a good cruise now, and this for a variety of reasons. The most important being that I can totally relax and concentrate on having a good time, even on a huge ship with a lot of people around, which, trust me, is not difficult at all. So that clearly is not my dilemma!

The second most important reason is that a cruise enables me to discover a few new places without having to pack, fly, unpack, do the touristy things, re-pack, fly, … You get my drift. On this cruise, leaving from and returning to Southampton, it was an easy embarkation, after which I unpacked and let my hotel and restaurant do the travelling for me. Rotterdam, Bergen, Geiranger, Akureyri, Isjafjordur, Reykjavik, Torshvan, Kirkwall, I saw them all without having to worry about getting there, or finding my hotel.

This is where the dilemma is: there is never enough time to do everything there is to do in any of these destinations, and hard decisions have to be made. Luck plays a part in this process: I have been lucky with most of my choices this time round, but it is not always the case. Take our stop in Reykjavik as an example: the tour I had opted for in the morning turned out to be a total waste of time due to a poor guide, leaving me just a few hours to cram the best of the Icelandic capital city in.

Which means that even if I managed to see a lot of it (it’s not that big a city), it left me wanting more. Imagine the same situation in other major cities like Amsterdam, Rome, Barcelona, Lisbon or Athens. Do you think you could choose what to do in order to occupy just a few precious hours?

The silver lining here is that despite not having enough time to do everything, a short stop in these cities does give you a good feeling of whether or not you’d like to come back for longer. So far, this has proved the case for Oslo, Florence and Amsterdam, and I think that I have just added Reykjavik to the list: the museums are fascinating, and I felt very comfortable discovering all its delights, both within the city boundaries and further afield, so I am looking forward to more of them!

 

PAS ASSEZ DE TEMPS

J’ai un dilemme. Je vous l’accorde, ça n’est pas très grave, ou même important, mais c’est un dilemme quand même! Vous voyez, j’aime bien une bonne croisière maintenant, et ce pour plusieurs raisons. La plus importante étant que je peux me détendre complètement et me concentrer sur l’idée de passer du bon temps, même sur un énorme paquebot avec plein de gens, ce qui, croyez-moi,  n’est pas difficile du tout. Alors ça n’est visiblement pas là où le bât blesse!

La deuxième raison la plus importante est qu’une croisière me permet de découvrir quelques nouveaux endroits sans avoir à faire mes valises, prendre l’avion, défaire mes valises, faire le touriste, refaire mes valises, prendre l’avion, … Vous voyez ce que je veux dire. Sur cette croisière, à partir de et revenant à Southampton, embarquer fut facile, et je me suis installé et j’ai laissé mon hôtel et restaurant faire tous les déplacements. Rotterdam, Bergen, Geiranger, Akureyri, Isjafjordur, Reykjavik, Torshvan, Kirkwall, je les ai toutes vues, ces villes, sans avoir à me soucier d’y aller par moi-même ou d’avoir à trouver mon hôtel.

C’est là qu’est le dilemme: je n’ai jamais assez de temps pour faire tout ce qu’il y a à faire à ces destinations, et je dois prendre quelques décisions difficiles. La chance y joue un rôle: j’ai eu de la chance avec la plupart de mes choix cette fois-ci, mais ça n’est pas toujours le cas. Prenez notre arrêt à Reykjavik en exemple: la visite que j’avais choisie le matin s’est révélée être une totale perte de temps à cause d’un mauvais guide, ne me laissant que quelques heures pour bourrer le reste de la capitale islandaise dans ma besace.

Ce qui fait que même si j’ai réussi à en voir pas mal (ça n’est pas une très grande ville), ça m’a laissé un goût de trop peu, comme on dit chez moi. Pensez à la même situation dans d’autres grandes villes comme Amsterdam, Rome, Barcelone, Lisbonne ou Athènes. Seriez-vous capable de choisir de quoi occuper quelques précieuses heures seulement?

Le bon côté de la chose est que même si je n’ai pas le temps de tout faire, un court arrêt dans ces villes vous donne l’occasion de juger si vous aimeriez y revenir pour plus longtemps. Jusqu’à présent, ça a été le cas pour Oslo, Florence et Amsterdam, et je pense que je viens d’ajouter Reykjavik à la liste: ses musées sont fascinants, et je me suis senti très confortable en découvrant tous ses délices, intra muros et un peu plus en dehors, alors j’ai hâte d’en découvrir d’autres!