03 Nov

LES CHAMPIGNONS

La saison des champignons sauvages bat son plein, et c’est une saison que j’adore, car elle me rappelle plein de bons souvenirs. Quand j’étais petit, j’allais souvent chercher des champignons avec mon pépé, et il connaissait pas mal de bons coins. En plus, il m’a beaucoup appris sur les champignons, suffisamment pour ne pas aller demander conseil au pharmacien, car je ne cueille jamais les champignons que je ne connais pas. Voici trois de mes préférés.

Mushrooms The season for wild mushrooms is in full swing, and it is a season I love, because it brings back a lot of good memories. When I was little, I often went to look for mushrooms with my grandad, and he knew quite a few nice places. On top of it, he taught me a lot about mushrooms, enough for not having to go and ask the pharmacist for advice, as I never pick the mushrooms I don’t recognise. Here are three of my favourites.

Les trompettes de la mort (Craterellus cornucopioides), quelquefois connues sous le nom de cornes d’abondance, sont de petits champignons en forme d’entonnoir, qui vont du fauve au noir profond. Comme beaucoup de champignons, elles deviennent fragiles si on ne les consomment pas bientôt après la cueillette, mais ça n’est jamais un problème pour moi. Apparemment, elles sont très riches en fer et en potassium, ce qui ne peut pas être une mauvaise chose. 

The death trumpets (Craterellus cornucopioides), sometimes known under the name of horns of plenty, are little mushrooms in the shape of funnels, which are brown to true black in colour. As a lot of mushrooms, they become fragile if they are not eaten very quickly after being picked, but that’s never a problem for me. Apparently, they are very rich in iron and in potassium, which cannot be a bad thing. 

Beaucoup moins connus, mais parmi mes favoris, les pieds bleus (Lepista nuda) sont très bons, même s’ils sont un peu sucrés. On conseille généralement de manger les spécimens jeunes, qui, malgré leur nom, sont plus violets que bleus. C’est l’exemple parfait du champignon qu’il faut mieux éviter si l’on n’est pas sûr d’être en présence de bons spécimens (s’ils sont gorgés d’eau, ou trop vieux, par exemple).

Much less well known, but amongst my favourites, the wood blewits (blue feet in French, or Lepista nuda) are very good, even if they are a little sweet. People are often advised to eat young ones, which, despite their name, are more purple than blue. It is the perfect example of a mushroom that is best avoided if you’re not sure to be in the presence of good ones (if they are saturated with water, or too old, for example). 

Pour mon troisième choix, je ne vais pas être très original en choisissant les girolles, souvent appelées chanterelles (Cantharellus cibarius). Vous les connaissez sûrement, on les rencontre très souvent sur nos assiettes. Elles n’aiment pas le gel, alors il faut essayer d’en trouver avant les grands froids ! Apparemment, on en récolte plus de mille tonnes par an en France, ce qui place ce champignon sur la liste des espèces en voie de régression, voire rare ou en danger. Alors, à consommer avec modération. 

For my third choice, I will not be very original in choosing girolles, often called chanterelles (Cantharellus cibarius). You will surely know them, you meet them very often on your plates. They don’t like getting cold, so you must try to find some before the freezing cold ! Apparently, more than a thousand tonnes are picked every year in France, which places this mushroom on the list of species disappearing, if not rare or endangered. So, to be eaten in moderation.

Je voudrais bien savoir quels champignons sont vos préférés, alors j’espère que vous me ferez le plaisir de laisser un commentaire ou de me faire signe sur les médias sociaux. Ce que je ne vous demanderai pas, c’est de me donner tous vos bons coins, parce que j’ai appris, en suivant les pas de mon grand-père, que ça ne se dit pas. Alors je vous laisse aller à la chasse aux champignons. A bientôt !

I would really like which mushrooms are your favourite, so I hope that you will do me the honour to leave a comment or to say hello on social media. What I will not ask you is to tell me all your good spots, because I learnt, following my grandfather’s footsteps, that you don’t disclose those. So I’m letting you off for a mushroom hunt. See you soon ! 

07 Mar

Keeping fit

The lovely weather is finally back, and with them comes the need to go out for some fresh air, to fill my lungs, to blow the cobwebs away, in short, to do something different. Don’t get me wrong, I love my work, and my lessons are always fun, but the problem lies with the fact that I work for myself from home, which means that sometimes I don’t go out much!

This is why I got the local OS map out and prepared a series of little walks that enable me to get my fill of fresh air every day. Whether the weather is fine, windy or whether the rain is lashing out, I don’t mind: I put my boots on, and off I go on to country lanes. These days, it’s a rather muddy affair for at least half of the time, but I make do!

The main aim is to get out, to get fresh ideas, so I leave home, and I follow the river past Temple Island, where I turn left to reach public lanes through fields, before meeting the river again near Hambleden lock, where I cross the Thames before arriving back home.

Most of the time, I don’t see many people, especially when the weather is poor, but quite often I see joggers and people out to walk their dog(s). And this is where life in the country makes sense: you say hello, you stop to pat the dog(s) and you’re on your way again. I think I greet more people I don’t know in a week in Henley than in a year in London… I really look forward to tomorrow, and another walk, to meet new people!

 

GARDER LA FORME

Les beaux jours reviennent enfin, et avec eux, me vient l’envie de sortir prendre l’air, m’aérer les poumons, me rafraîchir les idées, enfin bref, de faire quelque chose de différent. Ne vous méprenez pas, j’adore mon boulot, et mes leçons sont toujours fun, mais le problème avec le fait que je travaille à mon compte à partir de chez moi, c’est que quelquefois, je ne sors pas beaucoup!

C’est pourquoi j’ai sorti la carte de l’IGN, ou plutôt son équivalent local, et j’ai préparé une série de plusieurs petits tours à pied qui me permettent de faire le plein d’air frais tous les jours. Qu’il fasse beau, qu’il y ait du vent ou qu’il pleuve, je m’en fiche: je mets mes godillots, et me voilà sur les chemins de campagne. Ces temps-ci, c’est plutôt dans la boue pour au moins la moitié du chemin, mais on fait avec!

Le but premier et de sortir, de me changer les idées, alors je pars de chez moi, et je suis la rivière jusqu’à l’Île du Temple, où je tourne à gauche pour rejoindre des sentiers de randonnée à travers champs, avant de rejoindre la rivière près de l’écluse de Hambleden, où je traverse la Tamise avant de rentrer à la maison.

La plupart du temps, je ne vois pas grand monde, surtout quand il ne fait pas très beau, mais assez souvent, je croise des joggers et des gens qui promènent leur(s) chien(s). Et c’est là que la vie à la campagne est belle: on se dit bonjour, on s’arrête pour faire une caresse au(x) toutou(s) et on reprend son chemin. Je crois que je dis bonjour à plus de personnes que je ne connais pas en une semaine à Henley qu’en un an à Londres… J’ai déjà hâte d’être à demain pour aller marcher et faire de nouvelles connaissances!