25 Sep

CONSTRUIRE UNE MAISON

Tout récemment, j’ai rendu visite à des amis qui sont très occupés à rénover une maison dans un charmant village dans le Devon. J’admire leur vision, leurs idées, et surtout leur travail, toujours très dur, pour faire de cette maison la leur, pour toujours. Enlever un mur ici, en mettre un autre par là, décision après décision, c’est un travail de longue haleine.

Building a house.       Very recently, I paid a visit to friends who are very busy renovating a house in a charming village in Devon. I admire their vision, their ideas, and especially their efforts, always very arduous, in order to make this house theirs, forever. Take a wall down here, build a new one there, decision after decision, they are in it for the long haul.

Ce qui m’amène à penser à ce que je ferais, moi, si j’avais le choix. Le cottage qui abrite actuellement le QG d’ALK ne m’appartient pas, et je rêve de m’installer dans un petit chez-moi bien à moi. Et c’est pour ça que j’ai pensé à ces amis qui travaillent dur pour transformer une bonne maison en quelque chose qui est parfait pour eux. Pourrais-je faire pareil? Aurais-je la vision pour une telle transformation?

Which brings me to think about what I would do, if I had the choice. The cottage currenty home to ALK HQ does not belong to me, and I dream of moving to a little place of my own. And that’s why I thought of those friends working hard to turn a good house into something perfect for them. Could I do the same? Would I have the vision to effect such a transformation?

Je ne le pense pas. Mais ce qui est sûr, c’est que je sais exactement ce que je veux en matière de pièces à vivre, d’espace, et d’agencement. Alors j’ai le choix entre trois options: suivre mes amis et rénover, acheter de vieux murs et tout refaire à l’intérieur, ou construire tout tout neuf, du sol au plafond. Je ne sais pas ce que vous me conseilleriez de faire, mais je sais (je suis plein de certitudes aujourd’hui!) quelle option est ma préférée.

I don’t think so. But one thing is for sure, it’s that I know exactly what I want as far as living spaces, space in general and organisation are concerned. So I have three choices: follow my friends’ lead and renovate, buy old walls and gut the interior, or build from scratch, from floor to ceiling. I don’t know what you would advise me to do, but I know (I am full of certainties today!) which option is my favourite.

Pouvoir parler de mon projet à un architecte et construire exactement ce que je veux. Voir la maison de mes rêves prendre forme, avec un garde-manger assez grand pour pouvoir tout y ranger, des fenêtres au bon endroit pour apprécier la vue, des prises de courants accessibles partout où je sais en avoir besoin, bref, tout au bon endroit et exactement agencé pour satisfaire tous mes besoins.

To be able to talk to an architect and build exactly what I want. To see my dream house take shape, with a pantry large enough to put everything in, windows in the right place to be able to admire the view, electrical sockets accessible everywhere I know I will need them, in short, everything in the right place and organised exactly to satisfy all my needs.

Tout cela peux vous paraître un peu égoïste, mais je construis ici mon château en Espagne, une maison ou je deviendrai vieux, mon chez-moi, un espace où je peux être moi, fonctionner sans avoir à penser. Alors oui, excusez-moi si je pense un peu à moi. Car en fait, comme d’habitude, j’aimerais bien savoir ce que vous feriez dans ma position: rénovation, vieux murs ou nouvelle construction? Dites-moi tout.

All this can seem a little selfish, but what I am building here is my castle in the sky, a house where I will grow old, my place, a space where I can be me, function without having to think about it .So yes, please forgive me if I’m thinking of myself. Because, in fact and as always, I would love to know what you would do in my position: renovation, old walls or new build? Tell me everything.

16 Jan

I need your help!

Hello, dear friends and readers!

This week, I need your help. Some of you, who have been reading this blog for a while, will know that ALK is a little cottage industry, a one man band. ALK is me, to paraphrase Louis XIV. Don’t get me wrong, I love working for myself and be the master of my own destiny, although it can also be hard work to make people aware of what I offer.

First are the lessons and courses for adults, via Skype or in the kitchen here, at ALK HQ. A lot of my students really enjoy the ease and flexibility of the Skype lessons, conducted from the comfort of their own home, or even during their lunch breaks at work. Those who have baked in French during kitchen sessions have all said what a wonderful time they had working in small groups, and how easy they found learning French in such a relaxed atmosphere.

Then, there is the now completed tALK French trilogy of books, of which I am very proud. I am currently planning a series of short resources to help you get to grips with the baffling complexities of French grammar and help you improve your vocabulary. If you have any ideas and recommendations, I will be happy to hear them.

As my marketing budget is totally non-existent, I rely on social media to attract attention to what I offer. And this is where I need your help and why I look forward to connecting with you on Twitter, Facebook, and Instagram, where every message, every thumb up, every mention count. So could I please ask you to help me spread the word about ALK around you? I know it’s cheeky, but I also know how great you all are, and that you will rise to the challenge!

 

J’AI BESOIN DE VOUS!

Salut, chers amis et lecteurs!

Cette semaine, j’ai besoin de votre aide. Certains d’entre vous, qui lisent ce blog depuis un bon bout de temps, sauront qu’ALK est une industrie artisanale, que je suis un homme orchestre. ALK, c’est moi, pour paraphraser Louis XIV. Ne vous méprenez pas, j’adore travailler à mon compte et avoir pris ma destinée en main, bien que ce soit parfois difficile de faire savoir aux gens ce que j’ai à offrir.

Tout d’abord, il y a les leçons et les stages pour adultes, sur Skype ou en cuisine, ici, au QG d’ALK. Beaucoup de mes étudiants apprécient la facilité et la flexibilité des leçons par Skype, dirigées depuis le confort de leur chez-eux, ou même pendant leur pause déjeuner au travail. Ceux qui ont fait de la pâtisserie en français pendant une session en cuisine ont tous dit qu’ils se sont bien amusés avec leur petit groupe, et à quel point ils ont trouvé facile d’apprendre le français dans un environnement si décontacté.

Et puis il y a mes trois livres tALK French, dont je suis super fier. Je suis en train de mettre en place une série d’exercices courts pour vous aider à venir à bout des complexités grammaticales ou à augmenter votre vocabulaire. Si vous avez des idées ou des recommandations, je serai content de les recevoir.

Vu que mon budget pub est totalement nonexistant, je me sers des médias sociaux pour attirer attention sur ce que j’ai à offrir. Et c’est là où j’ai besoin de votre aide et pourquoi j’ai hâte d’être en contact avec vous sur Twitter, Facebook et Instagram, où chaque message, chaque coup de pouce et chaque mention comptent. Alors s’il vous plaît, puis-je vous demander de m’aider à faire connaître ALK autour de vous? Je sais que c’est un tantinet vilain, mais je sais que vous êtes tous super sympa, et que vous n’hésiterez pas à le faire!

20 Jun

Let’s chat

Well, that lesson was a great one. We talked, and chatted, and babbled. Then we talked some more. I know L., whom you will remember from the previous post, was happy with that! This particular lesson, however, got me thinking about the various occasions French learners have to actually converse in French on a regular basis. While some will be lucky to know a native speaker, thus having regular practice opportunities, this will not be the case for everyone.

Many learners will not have any occasions to practise the art of conversation in a foreign language, and I have to admit that it is a bit of a problem. There are of course people who offer just that, either freely or for a fee. I imagine that it is a huge market, into which I have barely dipped my toes.

I am a one man band, and although I pride myself on the tailor-made nature of everything I present to my students, I cannot afford to offer my services as a conversationalist for free. True, I am more than happy to help people on social media, through my words and phrases of the day on Instagram, for example. I also love to connect with new people on Twitter, and help them there, answering their questions and correcting their mistakes, after they have given me permission to do so, of course!

What I would really love to do is meet local people, who are looking to improve their French, and get them all together to form a conversation class. Now, that would be quite fun, don’t you think? Especially if we could find a great location to meet up, have afternoon tea, or lunch, or dinner, or just drinks. If only there was a cool pub nearby who could host such a group. Oh, wait …

 

ON CAUSE?

Bon, ben, ça a été une bonne leçon. On a parlé, on a bavardé, et on a causé. Et puis on a encore parlé. Je sais que L., que vous avez rencontrée dans le dernier blog, en était bien contente! Cette leçon en particulier, cependant, m’a fait penser aux diverses occasions qu’ont ceux qui apprennent le français de converser de façon régulière. Alors que certains auront la chance de connaître un(e) Français(e) pur(e) beurre, leur donnant la possibilité de parler français régulièrement, ça ne sera pas le cas pour tout le monde.

Beaucoup d’étudiants n’auront aucune occasion de pratiquer l’art de la conversation dans une langue étrangère, et je dois bien admettre que c’est un problème. Il y a bien sûr des gens qui proposent ce service, gratuitement ou contre paiement. J’imagine que c’est un énorme marché, dans lequel je n’ai fait que tremper le gros orteil.

Je suis un homme-orchestre, et bien que je me flatte de la nature personnalisée de tout ce que je présente à mes élèves, je ne peux pas me permettre de donner mes talents sans rien en échange. Il est néanmoins vrai que j’adore aider les gens sur les médias sociaux, à travers mes mots et expressions du jour sur Instagram, par exemple. J’adore aussi rentrer en contact avec de nouveaux amis sur Twitter, et les y aider en répondant à leurs questions et en corrigeant leurs erreurs, après qu’ils m’en aient donné la permission, bien sûr!

Ce que j’adorerais vraiment faire, c’est rencontrer un groupe de gens locaux, qui cherchent à améliorer leur français, et de les réunir pour former un groupe de conversation. Ça ne serait pas cool, ça? Surtout si nous avions un super endroit pour nous retrouver, prendre le thé, ou déjeuner, ou dîner, ou simplement boire un verre. Si seulement il y avait un pub sympa dans les parages, qui pourrait héberger un tel groupe. Oh, mais en fait …

13 Jun

I like to help

My students are all very different, and more importantly, all have very different backgrounds and a different sort of motivation pushing them to learn or practise French. The only thing they have in common is that they have chosen me to help them with this particular task.

Some of them want to get the basics right, others wish to concentrate on forming tenses and getting to grips with complicated grammar points, while a few of my students simply want to gain confidence and chat.

Whatever the reasons for which they contact me, I thank them profusely. First of all, of course, because they allow me to teach, to work, to have a purpose, and to earn a living. Second, their motivation is a joy to behold and a wonderful tool that allows them to make progress. It is also highly contagious.

And this is where L comes in. I first ‘met’ L. on Twitter, after she posted a question regarding her Open University course. She was very clear: whilst her reading and writing skills greatly improved under OU study, she felt the need to take her listening and speaking skills in her own hands, as must do all foreign language learners.

Of course, music, TV programmes and films are great to improve comprehension, and these days they are all easily available. The difficulty sometimes lies in finding the right person to talk with. L’s point was that she was looking for a native speaker to help her gain confidence in her already impressive skills (my assessment and opinion!).

Which is where I come in: her assessment of the situation is that I am particularly well placed to help her. As a native speaker and a qualified teacher, I bring my expertise, clarity and rigour to the table, to be mixed with her motivation and enthusiasm. Our first lesson is Friday. I will let you know how it went soon!

 

J’AIME AIDER

 

Mes élèves sont tous très différents, et, de façon plus importante, diffèrent tous en matière de motivation et de contexte, qui les poussent à apprendre ou pratiquer le français. La seule chose qu’ils ont en commun est qu’ils m’ont choisi pour les aider dans cette tâche particulière. Certains veulent couvrir les bases, d’autres souhaitent se concentrer sur la formation des temps et maîtriser des points de grammaire compliqués, alors que quelques uns de mes élèves veulent simplement causer en prenant confiance.

Quelles que soient les raisons qui les poussent à me contacter, je les en remercie du fond du coeur. En tout premier lieu, bien sûr, car ils me laissent enseigner, travailler, me donnent un but et de quoi vivre. Ensuite, leur motivation est une joie, et un superbe outil qui leur permet de faire des progrès. C’est aussi super contagieux.

Et c’est là qu’entre en scène L. J’ai ‘rencontré’ L pour la première fois sur Twitter, suivant une question au sujet d’une de ses classes à l’Open University. Elle fut d’emblée très claire: pendant que la lecture et l’écriture deviennent plus faciles en étudiant avec l’OU, elle sentait le besoin de s’occuper elle-même des exercises d’écoute et de conversation, comme doivent le faire tous ceux qui apprennent une langue étrangère.

Bien sûr, la music, les programmes télé et les films sont super pour améliorer sa compréhension, et ces jours-ci sont assez faciles à trouver. La difficulté vient quelquefois de trouver la bonne personne à qui parler. Ce que L voulait dire était qu’elle cherchait un français pur beurre pour l’aider à prendre confiance en ses dons déjà impressionnants (mon jugement et mon opinion!).

Et c’est là que j’arrive: de la façon dont elle voit la situation, je suis particulièrement bien placé pour l’aider. En tant que Français de naissance et prof assermenté, j’apporte compétence, clarté et rigueur, prêtes à se mêler à sa motivation et à son enthousiasme. Notre première leçon est vendredi. Je vous dirai bientôt comment ça c’est passé!

02 Jun

Chatter Bags are go!

You, assiduous friends and readers, will no doubt remember the recent post I wrote about the excellent #SmartNetworking group of people I join a couple of times a week on Twitter. Well, this week, I would like to tell you about one of those lovely people in particular. Or rather, two of them: Mark and Thomas, aka Chatter Bags.

One sunny Friday afternoon, I met up with Mark in Shoreditch, not far from Chatter Bags HQ, for a light lunch and some networking at the excellent Vintage Bean Café. I must not forget to add that we were joined by the formidable Delia, part of my #mfltwitterati family. And we chatted for a couple of hours, about the simple and yet excellent concept that the boys are developing.

The idea is to encourage people to look away from their electronic devices (a kind of digital detox program if you will), in order to converse in a foreign language, or several. And the prop, if you can call it that, is a gorgeous little tote bag, all green and locally produced, which features many languages, next to boxes you can tick to show your potential interlocutors through which language(s) they may address you. A tick next to a language is the international sign for ‘Go ahead, we can have a proper natter’, whereas a dash indicates that you’re still in training. Simple, non?

The enthusiasm and know-how demonstrated by Mark were so infectious that you cannot help but wish him and Thomas all the luck in the world for their entreprise, because I truly believe that the aim of their campaign is a noble one. Wherever you are, look around you, open your ears and see who you can chat to in order to practise the language(s) you speak or are learning to master. Opportunities to speak to strangers are too few and far in between in today’s world, so I think that these amazing Chatter Bags are very precious, in that they help you break the ice. After all, as someone once wrote, they are no strangers, just friends you haven’t met yet…

 

CHATTER BAGS, GO!

Vous, lecteurs assidus et amis, vous souviendrez sans doute d’un récent blog au sujet de l’excellent #SmartNetworking, le petit groupe sur Twitter auquel je me joins deux fois par semaine. Et bien cette semaine, j’aimerais vous parler d’un membre du groupe en particulier. Ou plutôt de deux d’entre eux: Mark et Thomas, plus connus sous le nom de Chatter Bags.

Un vendredi après-midi ensoleillé, j’ai rencontré Mark à Shoreditch, pas très loin du QG de Chatter Bags, pour un déjeuner léger et un peu de networking, à l’excellent Vintage Bean Café. Je ne dois pas oublier d’ajouter que la formidable Delia, membre de ma famille #mfltwitterati, s’était jointe à nous. Et nous avons papoté pendant deux heures, surtout au sujet du simple mais néanmoins excellent concept que les garçons sont en train de développer.

L’idée est d’encourager les gens à lever le nez de leurs gadgets électroniques (un programme de désintoxication digitale en quelque sorte), afin de converser dans une langue étrangère, ou plusieurs. Et l’accessoire, si on peut l’appeler ainsi, et un joli petit fourre-tout, totalement éco et produit localement, sur lequel on trouve des langues et des petites boîtes à cocher pour montrer à vos interlocuteurs potentiels quel(les) langue(s) ils peuvent utiliser. Une boîte cochée est le signe international pour ‘Allez-y, on peut causer’, alors qu’un trait veut dire que vous êtes toujours à l’école. Simple, isn’t it?

L’enthousiasme et le savoir-faire démontrés par Mark étaient si infectieux qu’on ne peut que lui souhaiter, ainsi qu’à Thomas, toute la chance du monde pour leur entreprise, car je pense vraiment que le but de leur campagne est noble. Où que vous soyez, regardez autour de vous, ouvrez vos oreilles et voyez à qui vous pouvez parler pour pratiquer la langue que vous parlez ou apprenez. Les occasions de parler à des étrangers se présentent rarement dans le monde d’aujourd’hui, alors je pense que ces Chatter Bags sont très précieux, en ce qu’ils vous aident à briser la glace. Après tout, comme quelqu’un l’a dit un jour, il n’y a pas d’étrangers, juste des amis qu’on ne connaît pas encore.

18 Apr

Down memory lane

For Marcel Proust, the smell of a madeleine did it. One sniff, and he was way down Memory Lane. Smells do the same thing to me, of course, but with me, it’s also about taste. And this week, I received something in the post that took me a long way down that very same lane…

After connecting on Twitter, the super nice people at thetreatboxcompany.co.uk sent me a little box of delights, and once I had stopped smiling and admiring the box itself, I finally opened it. And there I was, 8 years old again, with everything I needed to make me feel happy on a grey London day: sweets, chocolate, stickers, a colouring book and the pencils to go with it, and TWO of those little polystyrene planes I spent hours playing with on holidays.

You know the scene in Amélie, where the guy starts blubbering when he finds his treasure box again? Well, I was like that, but with smiles instead of tears. These treats really transported me back to many a happy day spent playing, laughing and meeting new friends in the south of France, where we used to go on holidays.

All that power to make you happy and transport you back in time is contained in one of those little boxes and arrives with the mail. How cool is that? So whether you know (or are!) a little princess, a football-mad little one, or a pirate in the making, go and have a look at The Treat Box Company website, you’re bound to find something that will please the little ones and the (much) older ones alike. Because, deep down, we’re all kids…

 

L’ALLÉE DES SOUVENIRS

Pour Marcel Proust, l’odeur d’une madeleine suffisait. Un coup de nez, et il descendait l’Allée des Souvenirs. Bien sûr, les odeurs me font la même chose, mais pour moi, c’est aussi une affaire de goût. Et cette semaine, j’ai reçu un petit quelque chose par la poste qui m’a déposé dans cette même allée…

Après être entrées en contact sur Twitter, les super gentilles personnes derrière thetreatboxcompany.co.uk m’ont envoyé une petite boîte pleine de friandises, et une fois que j’avais fini de l’admirer et de sourire comme un bêta, je l’ai ouverte. Et je me suis revu, comme à huit ans, avec tout ce dont j’avais besoin pour me rendre heureux pendant une journée londonienne bien tristounette: des bonbons, du chocolat, des autocollants, des coloriages et les crayons qui vont avec, et DEUX de ces petits avions en polystyrène avec lesquels je jouais pendant des heures en vacances.

Vous vous rappelez de la scène dans Amélie, où le gars pleure à chaudes larmes quand il retrouve sa boîte à trésors? Ben c’était moi, mais avec un gros sourire au lieu des larmes. Ces friandises m’ont vraiment aidé à retrouver ces jours heureux passés à jouer, à rire et à me faire de nouveaux copains dans le sud de la France, où nous passions nos vacances.

Et tout ce pouvoir capable de vous rendre heureux et de vous faire remonter le temps est contenu dans une petite boîte et arrive chez vous par la poste. C’est pas cool, ça? Alors, si vous connaissez (ou êtes!) une petite princesse, un fou du foot ou un apprenti pirate, allez faire un tour sur le site de The Treat Box Company, vous êtes sûrs d’y trouver quelque chose qui plaira aussi bien aux tout petits qu’aux (beaucoup) plus grands. Parce que, au fond, on est tous des gamins…

18 Nov

A day at the office

Many of you, dear friends and readers, will be aware of my predilection for procrastination. Although not claiming the crown, I can safely say that I am at least one of the princes of that particular kingdom. With students, both in the kitchen and on Skype, come preparation work and marking, as it is all part of the full tutor support I offer to my clients. There is also preparation to be done for the France Show 2016, new resources for the Skype courses, and volumes 2 and 3 of the ALK course book are not going to write themselves…

All this to say I have plenty to do. Sadly, most of this does not get done if I stay at ALK HQ, also known as home, as I always manage to find something to do: cleaning, hoovering, what about a cake?, window cleaning, dishwasher emptying, you name it, I’ll prioritise it over ALK work.

So to remedy this situation, I have found the perfect solution: do not work from home. But where to go? Your local branch of any ‘friendly’ coffee shop chain? The park? The library?

Well, I consider myself lucky, because I have managed to find THE perfect place to work. Not far from ALK HQ is Sawyer & Gray, an independent coffee shop and eatery where I can do my 9 to 5, thanks to Darren and Marco, the owners. You see, they let me colonise one of the two ‘caves’ available, and without television or washing machine, the distractions are down to a minimum. So I work. Lots. Most of the Rusty volume was written there.

Steph keeps the hot drinks coming (I recommend the London Fog, but all the coffees are excellent), and the food, whether it be for breakfast, brunch or lunch, never fails to satisfy, so don’t hesitate and go for it, it’s all good! Today, I am having the special vegetable lasagna with walnut pesto.

Equally importantly, it is the friendly and efficient staff, the quirkiness of the décor, and the warm welcome that keep me coming back. How could I not, when I have found more than an office: a home from home. I consider working at Sawyer & Gray a privilege, and this for the price of a few coffees and excellent plates of home cooked food. So if you’re ever in the area, make sure you drop by to say hi to the team, take the weight off your feet and have a coffee and a piece of cake. Oh, and if you come downstairs and see Monsieur tALK in cave one, do say hello too!

http://www.sawyerandgray.co.uk 

UNE JOURNEE AU BUREAU

Certains d’entre vous, chers amis et lecteurs, sauront ma prédilection pour la procrastination. Bien que je ne revendique pas la couronne, je peux dire sans prendre de risque que je suis au moins un des princes de ce particulier royaume. Avec les étudiants, dans ma cuisine et via Skype, viennent préparation et corrections, qui font partie du service auquel mes clients ont droit. Je dois aussi me préparer pour le France Show 2016, créer de nouveaux exercices pour les leçons sur Skype, et les volumes 2 et 3 du cahier de cours ALK ne vont pas s’écrire tout seuls…

Tout ça pour dire que j’ai beaucoup à faire. Malheureusement, presque rien ne se fait si je reste au QG d’ALK, vu que je trouve toujours d’autres choses à faire: ménage, aspirateur, et si on faisait un gâteau?, carreaux, lave-vaisselle à vider, vous y pensez, je le ferai en priorité, avant de faire mon boulot pour ALK.

Alors pour remédier à cette situation, j’ai trouvé la solution idéale: ne pas travailler chez moi. Mais où aller? Votre branche locale d’une quelconque chaîne de cafés? Le parc? La bibliothèque? Je crois que j’ai de la chance, parce que j’ai réussi à trouver l’endroit IDEAL pour travailler. Pas très loin de QG d’ALK se trouve Sawyer & Gray, un café et restaurant indépendant où je peux passer ma journée de travail, grâce à Darren et Marco, les propriétaires. Parce que voyez-vous, ils me laissent coloniser une de leurs deux ‘cavernes’, et sans télé ou machine à laver, je n’ai presque plus aucune excuse. Alors je travaille. Beaucoup. Le plus gros du volume Rusty a vu le jour ici.

Steph me sert des boissons chaudes (je vous conseille le Brouillard Londonien, mais tous les cafés sont délicieux) et la nourriture, qu’elle soit pour le petit-déjeuner, brunch ou déjeuner, ne manque jamais de me satisfaire, alors n’hésitez pas à commander, tout est bon! Aujourd’hui, c’est lasagne de légumes avec pesto de noix.

Tout aussi important, c’est l’équipe amicale et attentive, le décor marrant et la chaleur de l’accueil qui me font revenir. Comment ne pourrais-je pas le faire, maintenant que j’ai trouvé plus qu’un bureau: un autre chez-moi. Je considère travailler à Sawyer & Gray comme un privilège, et tout ça pour le prix de quelques cafés et d’excellentes assiettes de cuisine maison. Alors si jamais vous vous trouvez dans le coin, ne manquez pas de passer dire bonjour à l’équipe, et à vous asseoir pour un café et une part de gâteau. Oh, et vous descendez les escaliers et remarquez Monsieur tALK dans la caverne numéro 1, venez aussi dire bonjour!

http://www.sawyerandgray.co.uk

18 Oct

Monsieur tALK goes to the Show

It’s big, it’s fun, it happens once a year: the Language Show Live came to London this weekend, and Monsieur tALK would not have missed it for the whole world! This year, the lime on a bike has made so many new Twitter friends who are into languages (sometimes known as #mfltwitterati) that he decided to go and see some of them at the show.

Sadly, he didn’t get to meet them all, and can only apologise for it, but he met two of them in particular, which he was very pleased about. And he also met some other people who came to chat to him, intrigued to see a lime in an emerald beret and carrying baguettes walking the aisles of the show!

The first peeps Monsieur tALK got to meet were the good FlashSticks® people. If you have not come across them yet, you’ll be able to read my review of the cool concept and app VERY soon! Monsieur tALK met the young and enthusiastic team, and especially Francesco and Lauren. It is so good to finally put faces to names after communicating for so long on social media. It is equally fabulous to see so much energy in this young team, all wanting to share their love for languages with as vast an audience as possible.

Having barely walked away from the FlashSticks stand, Monsieur tALK heard his name being called out by someone he recognised immediately: the delightfully animated Nathalie Paris, who drives a massive mobile library around the north of England, bringing the joys of French to hundreds of school children through reading, story telling and a lot of fun…

There were so many other people to meet and talk to that I cannot do them all justice through this short blog, so suffice is to say that Monsieur tALK was very happy to see them all. You can follow the links within this blog to the various platforms where you can find the lime’s friends, so please drop in to say hello!

 

MONSIEUR tALK VA AU SALON

C’est énorme, fun, et se passe une fois par an: le Language Show Live était à Londres ce weekend, et Monsieur tALK ne l’aurait manqué pour rien au monde! Cette année, le citron vert à vélo s’est fait tellement de nouveaux amis sur Twitter qui s’intéressent aux langues (plus connus sous le nom de #mfltwitterati) qu’il avait décidé d’aller faire un tour au salon pour en rencontrer quelques uns.

Malheureusement, il n’a pas pu tous les voir, et s’en excuse, mais il en a rencontré deux en particulier, ce qui lui a fait très plaisir. Et il a aussi fait la connaissance d’autres personnes, qui sont venues lui causer, vu qu’elles étaient intriguées de voir un citron vert en béret avec des baguettes sous le bras se déplacer dans les allées du salon!

Les premiers à passer sur le radar de Monsieur tALK furent les bonnes gens de FlashSticks®. Si vous n’en avez jamais entendu parler, vous pourrez lire ma revue de leur concept et de leur app super cool TRÈS bientôt! Monsieur tALK a dit bonjour à la jeune et enthousiaste équipe, et surtout à Francesco et Lauren. C’est vraiment sympa de finalement associer des visages à leur nom, après tant de communication sur les médias sociaux. C’est tout aussi fabuleux d’être témoin de tant d’énergie parmi cette jeune équipe, tous ne voulant que partager leur amour pour les langues avec une audience aussi vaste que possible.

Ayant à peine quitté ce stand, Monsieur tALK a entendu son nom crié par quelqu’un qu’il a immédiatement reconnu: la superbement animée Nathalie Paris, qui est normalement au volant d’une immense bibliothèque ambulante dans le nord de l’Angleterre, apportant les joies de la langue française à des centaines d’élèves à travers la lecture, les histoires et beaucoup de jeux…

Il y avait tant de personnes à rencontrer et à qui parler que je ne peux pas tous leur rendre justice dans ce blog trop court, mais il est suffisant de dire que Monsieur tALK était très content de tous les voir. Vous pouvez suivre les liens dans ce blog, qui vous mèneront aux diverses plateformes des amis du citron vert, alors s’il vous plait, passez leur dire bonjour!

09 Sep

The story of Arnaud

Dear friends and readers,

What a treat!! I have the privilege of featuring as a guest in our friend Leila’s blog. Known on the Web as A Polyglot Mum, she is a language lover extraordinaire and a student of French and Spanish, on top of being a mum of 2!

You can read it all here.

Please, visit A Polyglot Mum’s Twitter and Facebook page and give them a follow and a like.

Happy reading!

 

Chers amis et lecteurs,

Quelle chance!! J’ai le privilège d’être l’invité d’honneur sur le blog de notre amie Leila. Connue sous le nom de A Polyglot Mum, elle adore les langues et apprend le français et l’espagnol, en plus d’être la maman de 2 bambins!

Vous pouvez lire le blog ici.

Et s’il vous plait, rendez visite à la page de A Polyglot mum sur Twitter et Facebook, et suivez-la donnez-lui un ‘Like’.

Bonne lecture!