Dreaded grammar

Most of my students start their lessons with me with a modicum of vocabulary, a smattering of grammar and a heavy dose of motivation and enthusiasm. I would say that this is a very nice recipe for success, provided that they are not scared to learn more of the dreaded French grammar…

I grant you, it is not the most difficult in the world, but it does have its complexities and sticky rules that manage to catch the French themselves. I do believe, however, that with a little application, it can be conquered. As far as I am concerned, there is still a couple of rules that still trip me up if I don’t stop and think about what I am writing.

One of those is of course the agreement of the past participle in the passé composé when used in more complex situations. I’m sure that chatty people or confident speakers will know how to make the past participle agree with a direct object or object pronoun placed before the auxiliary avoir. Rusty people, get in touch on social media, I can help you if that’s still beyond you. But how many of you are familiar with what happens with the same past participle when used with an infinitive?

Yes. Me neither. As I said, I have to stop and think, and more often than not, check the rule again in one of my books… Is it ‘Les chanteuses que j’ai entendues chanter’ or ‘Les chanteuses que j’ai entendu chanter’? I’ll give you a clue: it all depends on what the real ‘subject’ of the infinitive is, and whether it directly applies to it. Are you confused yet? I told you this one was complex.

So, dear friends and readers, what grammar rule have you always found difficult to understand or apply? I would love to know, and would love even more to be able to help, so get in touch!

 

CETTE SACREE GRAMMAIRE

La plupart de mes étudiants commencent leurs leçons avec moi avec un mininum de vocabulaire, une poignée de grammaire et une bonne dose de motivation et d’enthousiasme. Je dirais que c’est une bonne recette pour le succès, pourvu qu’ils n’aient pas peur d’apprendre un peu plus de cette sacrée grammaire française…

Je vous l’accorde, ça n’est pas la plus difficile au monde, mais elle a ses complexités et ses règles agaçantes qui réussissent à faire chuter les Français eux-mêmes. Je crois, cependant, qu’avec un peu de soin, on peut la conquérir. En ce qui me concerne, il y a en toujours une ou deux qui me font toujours des entourloupes si je ne prends pas le temps de réfléchir à ce que j’écris.

Une d’entre elles est l’accord du participe passé quand le passé composé est utilisé dans des situations plus complexes. Je suis sûr que les Causeurs et les Confiants parmi vous sauront faire le participe passé s’accorder avec un objet direct ou un pronom objet placé avant l’auxiliaire avoir. Les Rouillés, faites-moi signe sur les médias sociaux, je peux vous aider si ça vous échappe toujours. Mais combien d’entre vous sont familiers avec ce qui se passe quand le même participe passé est utilisé avec un infinitif?

Oui. Moi non plus. Comme je l’ai dit, je dois faire une pause et réfléchir, et, très souvent, consulter un des mes livres pour revoir la règle… Est-ce que c’est ‘Les chanteuses que j’ai entendues chanter’ ou ‘Les chanteuses que j’ai entendu chanter’? Je vous donne un indice: tout dépend du ‘sujet’ réel de l’infinitif, et de savoir s’il s’y applique directement. Confus? Je vous l’avais dit, celle-là est complexe.

Alors, chers amis et lecteurs, quelle règle de grammaire avez-vous toujours trouvée difficile à comprendre ou à appliquer? J’aimerais bien savoir, et aimerais encore plus être en mesure de vous aider, alors faites-moi signe!