Celebrating Christmas

This year, as every year, I have celebrated Christmas à la française. After nearly twenty years spent in the UK, I still cannot bring myself to have the big meal on Christmas day, so the main event takes place on the evening of the 24th. Don’t get me wrong, we eat a lot too, some say too much, and the drinks flow freely, so the spirit of the affair is exactly the same, but it all takes place just a few hours ahead of the British schedule.

The food is slightly different too, especially in my family, where tradition is not a word we take that seriously. There were some simple canapés to start with, alongside everyone’s favourite tipple, from a Kir Royal to a gin & tonic. Then, at the risk of being contentious, we continued with some foie gras. I appreciate that this will not be to anyone’s taste, but we only have it once a year…

And there was no turkey, or even a goose, for us this year, but a rather succulent shoulder of lamb, anointed with a Persian rub, and served with the usual accoutrements, including Brussels sprouts with pancetta and chestnuts, a firm favourite in this household. After a rather extensive cheese board, we eschewed tradition one more time, ditching the very British Christmas pudding AND the quintessentially French Yule log in favour of a chocolate marquise, served with home made crème anglaise.

So, although I don’t know what next year will bring to the menu, I already know that the main event will still take place on Christmas Eve. But you never know, there might be a bird on the table this time!

 

ON FÊTE NOËL

Cette année, comme tous les ans, j’ai fêté Noël à la française. Après presque vingt ans passés en Grande-Bretagne, je ne peux toujours pas me voir dévorer ce repas le jour de Noël, alors l’évènement principal a lieu dans la soirée du 24. Ne vous méprenez pas, on mange toujours beaucoup, certains disent trop, et l’alcool coule à flots, alors l’esprit de la fête est respecté, mais tout se passe juste quelques heures en avance des célébrations britanniques.

Le menu est aussi légèrement différent, surtout dans ma famille, où tradition n’est pas un mot que l’on prend très au sérieux. Il y a eu quelques canapés pour commencer, avec les boissons préférées de chacun, du Kir royal au gin & tonic. Puis, au risque d’être querelleur, ce fut le tour du foie gras. Je sais bien que ça ne sera pas du goût de tous, mais nous n’en mangeons qu’une fois par an…

Et il n’y eu pas de dinde ni même d’oie pour nous cette année, mais un gigot d’agneau plutôt succulent, oint d’une marinade perse, et servi avec tous les accompagnements, y compris les choux de Bruxelles avec pancetta et marrons, quelque chose que l’on aime bien chez nous. Après un bon plateau de fromage, nous avons derechef abandonné la tradition, cette fois en échappant au très britannique Christmas pudding ET à la beaucoup trop française bûche de Noël, préférant une marquise au chocolat, servie avec une crème anglaise faite maison.

Alors, bien que je ne sache pas encore ce que Noël prochain apportera au menu, je sais déjà que le repas principal se fera la veille de Noël. Mais on ne sait jamais, il y aura peut-être un oiseau sur la table cette fois!