15 May

At ALK HQ

I am not sure if you, dear friends and readers, are all aware that I am a heavy user of  social media, which I use to spread the word about ALK. You will find me mostly on Twitter, Instagram and Facebook (can I encourage, nay, convince you to follow the links, as likes and follows are greatly appreciated!?). I wanted to point this fact out to you today, as I am trying to find out what kind of content you, students of French, would like to see on said platforms, in order to make the service I offer an even better one.

One of the regular features of my Twitter feed is a daily multiple-choice quiz, which I publish most weekdays, at around 11am. I think this little exercise enables you to sharpen your grammar and vocabulary skills, through questions of varying degrees of difficulty. Back due to popular demand after a little hiatus, I also publish a Twictée every day, which will help you practise your listening skills: listen to the sound file, transcribe what you hear, and send me your answer, which will fit in a tweet, and I will have a look for you.

In my effort to help you all learn French, I also provide you with what I hope are attractive and helpful words and phrases of the day on Instagram, complete with explanations and pronunciation. A lot of people seem to appreciate them, so I hope to make you a convert. Also on Instagram, you will find regular updates and news on all things related to life in and around ALK HQ, and also to Monsieur tALK’s travels.

Finally, you can join me on Facebook, where you will find most of the above on the ALK page, but also an as yet small but growing band of Friends of Arnaud’s Language Kitchen. So if you can join me on any of these sites, I would be delighted to hear from you: you can tell me all about you, and how I can help you learn and practise French. Is that a deal?

AU QG D’ALK

Je ne sais pas si vous, chers amis et lecteurs, savez tous que je suis très souvent sur les médias sociaux, que j’utilise pour faire connaître ALK. Vous me trouverez surtout sur Twitter, Instagram et Facebook (puis-je vous encourager, non, vous convaincre de suivre les liens, car les coeurs et les abonnements sont vraiment appréciés!?). Je voulais vous le faire savoir aujourd’hui, car j’essaie de découvrir quel genre de contenu vous, étudiants en français, voudriez voir sur les-dites plateformes, afin d’améliorer encore plus le service que je vous offre.

Une des rubriques régulières sur mon compte Twitter est un petit quiz a choix multiples, que je publie presque tous les jours de la semaine, vers 11 heures. Je pense que ce petit exercice vous permet d’aiguiser votre grammaire et votre vocabulaire, à travers des questions de difficulté variée. De retour après une brève absence, et à la demande générale, je publie également une Twictée tous les jours, qui vous aide à pratiquer vos dons d’écoute: écoutez la dictée, écrivez ce que vous entendez, et envoyez-moi votre réponse, qui tient dans un tweet, et regarderai ça pour vous.

Pour rendre votre apprentissage du français plus efficace, je vous propose aussi ce que j’espère être des mots et expressions du jour utiles et jolis sur Instagram, avec des explications et leur prononciation. Pas mal de gens ont l’air de les apprécier, alors j’espère vous y convertir. Egalement sur Instagram, vous trouverez des nouvelles et des annonces sur tout ce qui se rapporte à la vie à et autour du QG d’ALK, ainsi que sur les voyages de monsieur tALK.

Enfin, vous pouvez vous joindre à moi sur Facebook, où vous trouverez presque tout ça sur la page ALK, mais aussi un groupe aujourd’hui petit mais grandissant, les Friends of Arnaud’s Language Kitchen. Alors si vous pouvez vous joindre à moi sur ces sites, je serai ravi de recevoir de vos nouvelles: vous pourrez tout me dire sur vous, et comment je peux vous assister à apprendre et pratiquer le français. On fait comme ça?

08 May

A name

I quite like my very French name, even if there has been many a day I wished I could leave it behind. It has already been the case, and on many occasions, as my surname was a silly cause of bullying at school. Barge, you see, is a slang word for ‘crazy’, and that made me an easy target. To add insult to injury, so to speak, I remember a stupid, thankfully short-lived TV series about a very caricatural French family called ‘La Famille Bargeot’, which my tormentors threw at me any occasion they had.

To make up for the evidence that my surname has caused me problems, and still does, I can rely on the fact that I have always liked my first name, a typical French name despite its German origins, as I understand it. The family story goes that my mother wanted to name me Renaud, only to be vetoed by my paternal grandfather, thinking that she might as well go all the way and call me ‘Citroën’!

But I hear you ask, dear friends and readers, what prompted this sudden and introspective foray into my name. Here is the short version of what was going on in my head as I wrote these lines: I am the middle brother of three, and I don’t have children; my older brother has two lovely daughters, and at the time I was thinking of all this, my younger brother was awaiting the arrival of his first child. So you see, the family name was coming to an end on this particular branch.

But the arrival, on May 1st, of baby Maxime has changed all that. This tiny, perfect little thing already carries a great weight on his shoulders: whether I like it or not, our family name will live on for at least another generation, and I can only hope it will be a good thing.

So whatever your name says about you, and whether you like it or not, it is yours, half given to you by your parents, half inherited from your forebears. Unless, of course, you choose to use a different one, or change it completely. So tell me, people, what is your name, and what does it mean to you?

UN NOM

J’aime assez mon nom bien français, même s’il y a eu bien des jours où j’aurais aimé le laisser derrière moi. Ça a déjà été le cas, et pas qu’une fois, vu que mon nom de famille a été une cause de harcèlement à l’école. Barge, voyez-vous, c’est de l’argot pour ‘fou’, et ça a fait de moi une proie facile. Pour tourner le couteau dans la plaie, si je puis dire, je me souviens d’une stupide mais heureusement éphémère série télé autour d’une famille française bien caricaturale, ‘La famille Bargeot’, que mes bourreaux ne manquaient jamais d’utiliser comme arme de choix.

Pour faire contrepoids à l’evidence que mon nom de famille m’a causé des problèmes, et le fait encore, je peux me fier au fait que j’ai toujours aimé mon prénom, typiquement français malgré ses origines allemandes, si je me souviens bien. L’histoire dans la famille veut que ma mère voulait m’appeler Renaud, mais a reçu le veto de mon grand-père paternel, qui pensait qu’elle devrait pousser le vice encore plus loin, et me nommer ‘Citroën’!

Mais je vous entends demander, chers amis et lecteurs, ce qui m’a poussé à ce soudain élan introspectif au sujet de mon nom. Voici la version courte de ce qui se passait dans ma tête alors que j’écrivais ces lignes: je suis le deuxième de trois frères, et je n’ai pas d’enfants; mon frère aîné a deux charmantes filles, et au moment où je pensais à tout cela, mon frère cadet attendait l’arrivée de son premier. Alors vous voyez, le nom de famille devait s’éteindre sur cette branche de la famille.

Mais l’arrivée, le premier mai, de bébé Maxime a tout changé. Ce tout p’tit bout parfait porte déjà gros sur ses épaules: que je le veuille ou non, notre nom de famille survivra pour au moins une autre génération, et je ne peux qu’espérer que ça sera une bonne chose.

Alors, peu importe ce que votre nom révèle, et que vous l’aimiez ou pas, il est à vous, à moitié donné par vos parents, à moitié hérité de vos ancêtres. A moins, bien sûr, que vous n’en choisissiez un autre, ou le changiez complètement. Alors dites-moi, tous, comment vous vous appelez, et ce que ça veut dire pour vous.

01 May

My errant students

Dear friends and readers, I am certain that most of you will know by now that my students are very precious to me. After all, we meet when they are in need of a French tutor,  and they trust me to help them improve their French. Then, they become more than just students. Most of them have become friends.

The other day, I was thinking of possible topics for further blog posts, and as always inspiration was deserting me a little. Luckily, J came to the rescue, suggesting that I write about my ‘errant students’, of which she claimed to be one. But I think this story needs a little bit more context: J had just asked me to reschedule our weekly lesson, as some last minute inconvenience had unexpectedly happened to prevent us meeting at the normal time. This was of course not a problem for me, especially as this particularly nice lady is a VERY good student and client of mine.

This made me think: when you book a course on Skype or in the kitchen with me, you buy my time and my expertise, as a native speaker and as a trained teacher. The flexible approach I offer suits a lot of people, as it means that you can fit your 10 hours of face-to-face time with me around your professional or family life, or both. I take care of the rest: the preparation, the creation of the resources, everything!

So whether you want to practise speaking, or go back to the roots and get some structure to your written French, get in touch, and we can get a tailor-made programme together, just for you. All you need to bring to the table is a good dose of enthusiasm and commitment. So think about it, and let’s chat very soon.

 

MES ÉTUDIANTS ERRANTS

Chers amis et lecteurs, je suis certain que la plupart d’entre vous sauront désormais que mes étudiants me sont très précieux. Après tout, on se rencontre quand ils sont à la recherche d’un tuteur de français, et ils me font confiance pour les aider à améliorer leur français. Et ensuite, ils deviennent plus que de simples étudiants. La plupart d’entre eux sont devenus des amis.

L’autre jour, je réfléchissais à de possibles sujets pour ces articles, et comme à chaque fois, l’inspiration m’avait quelque peu abandoné. Heureusement, J est venue à ma rescousse, en suggérant un article sur ‘mes étudiants errants’, dont elle disait faire partie. Mais je pense que cette histoire a besoin d’une petit peu plus de contexte: J m’avait tout juste demandé de reporter notre leçon de la semaine, vu qu’une complication inattendue nous empêchait de nous retrouver à l’heure normale. Ça n’était bien sûr pas un problème pour moi, surtout que cette dame particulièrement sympa est une TRÈS bonne étudiante et cliente.

Et ça m’a fait pensé à ça: quand vous commencez une série de leçons sur Skype ou en cuisine avec moi, vous achetez mon temps et mon expertise en tant que Français pur beurre et prof certifié. L’approche très souple que je propose semble convenir à beaucoup, car vous pouvez profiter de vos 10 heures de contact avec moi autour de votre vie professionelle ou votre vie de famille, ou les deux. Je m’occupe de tout le reste: la préparation des cours, la création des ressources, vraiment tout!

Alors que vous vouliez pratiquer votre conversation, ou retourner à la source et donner à votre français écrit un peu de structure, faites-moi signe, et nous pourrons créer un programme sur-mesure ensemble, juste pour vous. Tout ce que avez à apporter, c’est une bonne dose d’enthousiasme et d’engagement. Alors pensez-y, et on discute très bientôt.

24 Apr

It had been a long time

Not very long ago, I had arranged to meet friends I had not seen in a while, and we settled for Sunday lunch. And to make life easier for all, we agreed to meet up halfway between our respective locations, which happened to be Winchester.

Some of you may know that many moons ago, I was very happy to call this wonderful city home. I was teaching in Basingstoke at the time, but lived in a charming little house on Mile End Road. Nothing grand, but nicely situated for a good walk to the local pub and the city centre, though the cathedral close.

Lunch was a jolly affair, and my friends and I reminisced for a few hours over a good meal and a bottle of wine. Then, after we said good bye, I took the time to walk back into town, to see what had changed. I had spent three happy years in Winchester, and many good memories came flooding back.

Although I was sad to see so many shops closed on a portion of the high street, I was also glad to see that a vast majority of the city had not changed and was very busy, even on a Sunday afternoon. Clearly, I was not the only person enjoying the cathedral, Wolvesey Castle, the city Mill, or taking a stroll along the river Itchen. I even passed the house where Jane Austen died. Many of you will know she lived in Hampshire for the best part of her life, and is buried in the cathedral.

It did feel good to be back in Winchester, if only for a few hours. I must make sure that I return again soon, to appreciate its many treasures. Which makes me think: what about you, dear friends and readers? Which village, town or city brings back happy memories? Make sure to let me know with a comment!

ÇA FAISAIT LONGTEMPS

Il n’y a pas si longtemps, j’avais organisé une petite réunion entre amis que je n’avais pas vus depuis un petit bout, et on avait choisi un déjeuner dominical. Et pour nous rentre la vie facile à tous, on s’était mis d’accord pour se retrouver à mi-chemin entre nos différentes localisations, qui s’est retrouvé être Winchester.

Certains d’entre vous sauront peut-être qu’il y a bien des lunes de cela, j’avais le plaisir d’appeler cette charmante cité mon chez-moi. J’enseignais à Basingstoke à l’époque, mais habitais dans une charmante petite maison sur Mile End Road. Rien de bien grandiose, mais bien située pour aller à pied au pub local et au centre ville, en passant par la cathédrale.

Le déjeuner s’est super bien passé, et mes amis et moi avons causé plusieurs heures en appréciant un bon repas et une bonne bouteille de vin. Et puis, après les au revoir, j’ai pris le temps de faire un tour en ville, pour voir ce qui avait changé. J’avais passé trois heureuses années à Winchester, et de bons souvenirs me sont revenus en tête.

Malgré ma tristesse devant quelques magasins clos dans la grande rue, j’ai été bien content de voir que la grande majorité de la cité n’avait pas changé et était bondée, même un dimanche après-midi. Visiblement, je n’étais pas le seul à profiter de la cathédrale, du Château Wolvesey, du Moulin, ou à me balader le long de la rivière Itchen. Je suis même passé devant la maison où Jane Austen est morte. Vous saurez tous qu’elle vécut dans le Hampshire presque toute sa vie, et qu’elle est enterrée dans la cathédrale.

Ça m’a fait du bien d’être de retour à Winchester, même pour quelques heures seulement. Je dois faire en sorte d’y revenir très bientôt, pour en apprécier tous les trésors. Ce qui m’amène à penser: et vous, chers amis et lecteurs? Quel village, quelle ville ou cité vous a laissé de bon souvenirs? Laissez-moi un commentaire et dites-moi tout!

03 Apr

That’s a lot of water!

Eleven feet and four inches, or three meters forty-five. That’s how high the Thames was on April 2nd, at 4pm, the exact moment I am typing these lines. And why, I hear you ask, dear friends and readers, should I share this information with you? Because the river has just started ‘eating’ my back garden!

Normally peacefully sitting at or under the 8 feet mark, this is getting a little bit out of hand and I have to say that I would not want to see it go any higher overnight, thank you very much! The few streams I can monitor during my daily walk, and which usually look very benign and peaceful, are swollen and have started flooding the fields. Should it continue to rain upstream and in the immediate vicinity in the coming week, I am afraid we are going to have a problem here on our hands, at ALK HQ.

That said, the property is well built, has been protected against flood water (up to a certain point) during its recent refurbishment, and is quite a long way from the river, so I am not overly worried. In the two winters I have spent in the charming village of Mill End, with the usually placid River Thames at the bottom of my garden, I have not even thought about having to hoist my furniture upstairs or evacuate the house.

Let’s just hope that I will not have to do either now, especially as technically speaking, it is not winter anymore! I know that you, regular reader and newcomer alike, will wish me well in the coming days. You will be able to follow the progress of this little saga (very minute so far!) on your favourite social platform, whether it be Twitter, Facebook or Instagram, as I will no doubt post updates, hopefully for the better. And quite obviously, I look forward to seeing you there!

QUE D’EAU, QUE D’EAU!

Onze pieds et quatre pouces. Ou trois mètres quarante-cinq. C’est la hauteur de la Tamise le 2 avril, à 4 heures de l’après-midi, le moment exact ou je tape ces quelques lignes. Et pourquoi, vous entends-je demander, chers amis et lecteurs, devrais-je vous faire part de cette information? Parce que la rivière a tout juste commencé à ‘manger’ mon jardin!

Normalement et calmement mesurant autour de 2m45, la situation déraille un peu, et je dois dire que je ne veux pas voir la rivière monter encore plus pendant la nuit, merci beaucoup! Les quelques ruisseaux que je peux surveiller pendant ma promenade quotidienne, et qui ont normalement l’air bénins et paisibles, sont enflés et ont commencé à inonder les champs. Si la pluie continue en amont et dans les environs immédiats dans la semaine qui vient, j’ai bien peur qu’on ait un petit problème ici, au QG d’ALK.

Cela dit, la propriété est bien construite, a été protégée contre les inondations (jusqu’à un certain point) durant sa rénovation récente, et est assez loin de la rivière, alors je ne suis pas trop inquiet. Pendant mes deux hivers passés dans le charmant village de Mill End, avec la normalement placide Tamise au bout du jardin, je n’ai même pas eu à penser à hausser mes meubles au premier étage ou a évacuer la maison.

Il ne nous reste qu’à espérer que je n’aurai à faire ni l’un ni l’autre maintenant, surtout que techniquement, nous ne sommes plus en hiver! Je sais que vous, lecteurs assidus et nouveaux visiteurs, me souhaiteront bonne chance dans les prochains jours. Vous pourrez suivre le progrès de cette petite saga (totalement minuscule pour l’instant!) sur votre plateforme sociale préférée, que ce soit Twitter, Facebook ou Instagram, vu que je vous tiendrai sûrement au courant, avec un peu de chance pour le mieux. Et bien sûr, j’ai hâte de vous y rencontrer!

27 Mar

A club within the club

Dear friends and readers, once again I need you. Have I already told you that I have recently joined Phyllis Court, a fantastic members club here, in Henley-On-Thames? Eagle-eyed readers will remember my little jaunt there, during the Royal Regatta, as a guest of friends who were already members. Well, this year, I will be able to have guests of my own, and I’ll make sure to tell you all about it.

Being part of the club is great, because not only do you have access to the facilities, restaurants, bar and garden by the River Thames, but you will also, from later on this year, be able to swim and exercise in a brand new fitness centre, and I, for one, am looking forward to it.

Active members of Phyllis Court are also generous people, as they head many clubs within the club, that offer a varied programme of activities to all members. For a nominal yearly fee, you can join others for a game of croquet or Scrabble, to discuss photography or family history, to appreciate fine dining or fine ales, or to take up tennis or rowing.

What is missing from the list is a French club, don’t you think? And the interesting thing is that a few of the clubs representatives at a recent meet and greet event suggested that it was time for one to be started. This is why I have decided to ask around and see if anybody would be interested in joining a French Club at Phyllis Court. My proposal is going live in the club electronic newsletter this week, so I will keep you posted. In the meantime, can I ask you to keep your fingers crossed for me, please?!

UN CLUB DANS LE CLUB

Chers amis et lecteurs, j’ai encore une fois besoin de vous. Vous ai-je déjà dit que j’avais récemment rejoint les rangs de Phyllis Court, un fantastique club privé ici, à Henley-On-Thames? Mes lecteurs assidus se souviendront de ma petite visite, pendant la Régatte Royale, en tant qu’invité d’amis qui étaient déjà membres. Et bien cette année, je serai capable d’inviter mes propres amis, et je ne manquerai pas de vous en reparler.

Faire partie du club est super, non seulement parce que vous avez accès à toutes les installations, aux restaurants, au bar et au jardin au bord de la Tamise, mais vous pourrez également, plus tard dans l’année, nager et faire de l’exercice dans un tout nouveau centre sportif, et moi tout seul, j’ai hâte d’y être.

Les membres actifs de Phyllis Court sont aussi très généreux, vu qu’ils organisent plein de clubs au sein du club, qui offrent un grand choix d’activités à tous les membres. Pour un petit frais annuel, vous pouvez vous joindre à d’autres pour une partie de croquet ou de Scrabble, pour discuter de photographie ou de généalogie, pour apprécier un bon dîner ou une bonne bière, ou pour apprendre à jouer au tennis ou faire de l’aviron.

Ce qui manque à la liste est un club de français, vous ne trouvez pas? Et l’intéressant, c’est que quelques uns des représentants m’ont proposé, lors d’un récent évènement d’accueil, qu’il était temps qu’on en fonde un. C’est pourquoi j’ai décidé de demander autour de moi pour voir si quelqu’un voudrait bien faire partie d’un Club Français à Phyllis Court. Ma proposition sera diffusée dans la lettre d’information électronique cette semaine, alors je vous tiendrai au courant. Pendant ce temps-là, puis-je vous demander de garder les doigts croisés, s’il vous plaît?!

20 Mar

Kisses from Prague

How lucky is that Lime?! As you probably know, Monsieur tALK loves to travel and go places, and this time he spent a long weekend in the capital of the Czech Republic, and he had a grand old time, let me tell you.

He arrived late afternoon on Thursday, had a little stroll through the streets around his hotel, then retired for an early night. Then, on the Friday he saw most of the main sights, and he loved them all. We walked across the Charles Bridge on the way to the castle and the Saint Vitus cathedral, where the lime told me that the castle complex is the largest in the world! He particularly liked the Golden Lane, with its row of little houses and shops, because he said they were on his scale!

We also admired the Powder Tower, Wenceslas Square (sadly, the National Museum was shut for renovations), the Old Town Square, the Tyn Church and the modern Dancing House. Prague is a charming city, crammed full of amazing buidlings reflecting all sorts of architectural periods. There are so many restaurants, bars, theatres, galleries and other places of entertainment and of interest that Monsieur tALK and I couldn’t possibly visit them all in the space of a weekend.

This, coupled with the fact that we had such a good time, means that I do not doubt for a minute that we will be back in Prague. Preferably in the summer, so that we can enjoy a few more glasses of the delicious cold beer they produce in this wonderful city.

There’s also another thing I will make sure to go back to Prague for: a couple of wonderful trdelniks! Just follow the link, they’re that good! To cut a long story and a lovely stay too short, the pleasures of Prague proved to be worth a second visit, so if you, dear friends and readers, have any tips for Monsieur tALK and me, please let me have them.

BISOUS DE PRAGUE

Ce citron vert a de la chance, non?! Comme vous le savez sûrement, Monsieur tALK aime voyager et voir de nouveaux pays, et cette fois il a passé un long week-end dans la capitale de la République Tchèque, et il s’est super bien amusé, je peux vous le dire.

Il est arrivé jeudi en fin d’après-midi, il s’est promené dans les rues autour de son hôtel, avant d’aller se coucher de bonne heure. Et puis, le vendredi, il a vu la plupart des attractions, et il les a toutes aimées. On a traversé le Pont Charles à pied, en route pour le château et la cathédrale Saint Guy, où le citron vert m’a appris que le complexe autour du château est le plus grand au monde! Il a particulièrement apprécié la Ruelle d’Or, avec son alignement de petites maisons et de boutiques, car il dit qu’elles sont à sa taille!

On a aussi admiré la Tour Poudrière, la Place Venceslas (malheureusement, le Musée National était fermé pour rénovations), la Place de la Vieille Ville, l’église Notre-Dame du Tyn et la moderne Maison Dansante. Prague est une ville charmante, pleine à craquer de bâtiments qui reflètent toutes sortes de périodes architecturales. Il y a tellement de restaurants, bars, théâtres, galeries et autres endroits où on s’amuse ou on apprend que Monsieur tALK et moi n’avons pas pu tous les visiter en un week-end.

Tout ça, plus le fait qu’on s’est amusé comme des petits fous, veut dire que ça ne fait aucun doute que nous reviendrons à Prague. De préférence en été, pour qu’on puisse déguster quelques verres supplémentaires de la délicieuse bière, servie bien froide, produite dans cette merveilleuse cité.

Il y a une autre chose pour laquelle je ferai en sorte de revenir à Prague: deux ou trois délicieux trdelniks! Suivez le lien, ils sont vraiment bons! Pour faire court, niveau histoire et séjour, les plaisirs de Prague ont prouvé qu’elle vaut une deuxième visite, alors si vous, chers amis et lecteurs, avez quelques astuces pour Monsieur tALK et moi, donnez-les moi, s’il vous plaît.

13 Mar

A French island

Imagine the scene: palm trees swaying in the warm breeze, turquoise sea, white sandy beaches, and a splendid luxury villa (I wouldn’t want you to be slumming it, you know!). And you are there, too, with a few of your friends, because I wouldn’t want you stranded alone on a desert island, even an idyllic French one!

But this is were the luxury ends as, following a famous format, I am going to ask you to choose only a few things I will allow you to take. The only difference between my desert island and any other is that I am introducing a French twist to the proceedings.

The first two items you are allowed to take are a novel and a film in French. Choose well, as they will be the only entertainment available to you on the island for a little while! Well, not quite, as I will also provide you with ways to listen to your favourite album from your favourite French speaking artist. Because we all need a little bit of French music in our lives, don’t we? I wonder: which one will you choose?

Entertainment aside, we also need to take into account sustaining the body rather than the soul, so I will be allowing you a drink and a dish that are considered to be typically French, so you can dine in style anytime you want (even though dinner could become a little bit ‘samey’). Now, this one is very difficult for me, there are so many dishes to choose from!

I am already preparing my list (a novel, a film, an album, a drink and a dish), so I hope you will do the same and let me know what you will take with you for your sojourn on your French island. I look forward to hearing from you, so don’t hesitate to leave your choices in the comments section!

 

UNE ÎLE FRANÇAISE

Imaginez la scène: des palmiers se balançant doucement sous un vent chaud, une mer turquoise, des plages de sable blanc, et une splendide villa de luxe (je ne voudrais pas vous voir dans une cabane, après tout!). Et vous y voilà, avec quelques amis, car je ne voudrais pas non plus vous voir abandonné(e) tout(e) seul(e) sur une île déserte, même si c’est une île française idyllique!

Mais c’est là que cesse le luxe car, suivant un format connu, je vais vous demander de choisir seulement quelques objets que je vous laisserai emporter. La seule différence entre mon île déserte et une quelconque autre, c’est que j’ai introduit une certaine saveur française dans le procédé.

Les deux premiers objets que je vous permets d’apporter sont un roman et un film en français. Choisissez bien car ils seront les seules disctractions disponibles sur votre île pendant un petit moment! Enfin, presque, car je vous fournirai également de quoi écouter votre album préféré de votre artiste français(e) préféré(e). Car on a tous besoin d’un peu de musique française dans notre vie, n’est-ce pas? Je me demande lequel vous choisirez.

A part les divertissements, on a aussi besoin de prendre en compte comment s’occuper de son corps autant que de son esprit, alors je vous permets une boisson et un plat qui sont considérés comme étant typiquement français, de façon à ce que vous pouviez dîner aux petits oignons à chaque fois que vous le voulez (même si ce même dîner pourrait devenir un peu répétitif). Cette catégorie est si difficile pour moi, car il y a tant de plats parmi lesquels choisir!

Je suis déjà en train de préparer ma liste (un roman, un film, un album, une boisson et un plat), alors j’espère que vous ferez de même et me ferez savoir ce que vous emporterez pour votre séjour sur votre île française. J’ai hâte de recevoir de vos nouvelles, alors n’hésitez pas à laisser vos choix en commentaire!

27 Feb

What makes you smile?

I woke up with a big smile on my face yesterday morning. I know, it is not something I should base an entire post on, but that smile was so firmly in place that I am going to do just that nonetheless. As to the reason for the smile, it is a rather simple one: it was Monday morning and I had just realised I had another good working week ahead of me.

Obviously, it is not your usual reaction to a Monday morning, but since I am lucky enough not to have to get up at dawn to commute into the urban grey, my day starts with waking up naturally between six and seven, and never to the unholy sound of an alarm clock. After a leisurely breakfast, I go upstairs to my study on the landing, overlooking the garden, at which I can gaze through the window as I work.

These days, I am blessed with a great group of students, who give me one or two lessons every day of the week, and thinking of them and my time on Skype or in the kitchen with them makes me smile. As does sitting down at my desk and preparing my lessons or writing these lines for you, dear friends and readers. So that’s a lot of smiles!

And I genuinely feel blessed that I am able to wake up smiling most mornings. Rare are the days when I don’t, and you can guarantee that these include some form of filing or paperwork. Now, that’s really nothing to smile about.

So I was wondering: what makes you smile? What creates that warm and fuzzy feeling you can’t help but love. Go on, tell me all.

 

QU’EST-CE QUI VOUS FAIT SOURIRE?

Hier matin, je me suis réveillé avec un franc sourire sur mes lèvres. Je sais, ça n’est pas quelque chose sur quoi baser tout un article, mais ce sourire était si fermement en place que je vais néanmoins le faire. Quant à la raison pour ce sourire, elle est plutôt simple: c’était un lundi matin, et j’avais soudain réalisé qu’une bonne semaine de travail s’étendait devant moi.

Bien évidemment, ça n’est pas la plus naturelle des réactions face à un lundi matin, mais puisque j’ai la chance de ne pas avoir à me lever aux aurores pour rejoindre le gris urbain, ma journée commence en me réveillant naturellement entre six et sept heures, et jamais au son haï d’un réveil. Après un petit-déjeuner tranquille, je monte dans mon bureau sur le palier à l’étage, qui surplombe le jardin, que je peux regarder par la fenêtre pendant que je travaille.

Ces jours-ci, j’ai la chance d’avoir un super groupe d’étudiants, qui me donne une ou deux leçons chaque jour de la semaine, et en pensant à eux et aux heures passées avec eux sur Skype ou en cuisine me donne le sourire. Comme le fait être assis à mon bureau à préparer mes leçons ou à écrire ces lignes pour vous, chers amis et lecteurs. En voilà, des sourires!

Et je me sais vraiment béni d’être capable de me réveiller le sourire aux lèvres la plupart du temps. Rares sont les jours où ça n’est pas le cas, et je peux vous guarantir qu’ils ont tous en commun du rangement et de la paperasse. Alors là, ça ne me fait pas sourire.

Alors je me demande: qu’est-ce qui vous fait sourire? Qu’est-ce qui crée ce chaud et doux sentiment que vous ne pouvez pas vous empêcher d’aimer. Allez, dites-moi tout.