19 Dec

A guilty pleasure on TV

It’s confession time again, and this time, my thoughts have turned to the television. As I am typing this, an American cooking programme is showing on the Food Network and I am transfixed. The Pioneer Woman is on, and I simply have to watch her cook her way through a very American repertoire for her family, her friends and all the ranch workers. As she puts it, she lives in the middle of nowhere, on a huge cattle ranch, with her husband and four kids, and she cooks a lot.

Nothing is low fat or sugar free, and I am sure Mrs. Drummond will not mind me saying that it is not very sophisticated cuisine she is preparing day in, day out, but I simply admire her for the way she provides for her kin. She cooks with love and shops in bulk, goes for easy soups and amazing-looking burgers, uses a lot of infamous plastic cheese and goes Tex-Mex a lot. And yet I like her, because she does it all with great integrity and a lovely manner: she makes no excuses about cooking what her family likes to eat, and I love that. So here’s to you, Pioneer Woman!

The other American food programme that has me transfixed is called The Barefoot Contessa, which is the screen name of Ina Garten, a former White House employee. She also cooks American fare, and is equally fascinating. But here the comparison between the two ends, as the Contessa lives, cooks and entertains differently, in a famous posh part of the East coast of America, not in the wild wild West…

I have to admit I struggle a lot more watching Ina chortle her way through rather ghastly ‘themed’ shows, helping gormless young ladies prepare for dinner parties for their interior decorator friends, or serving hammer-shaped cookies to the builders throwing up a new barn on her extensive property. So I tend to switch the TV off, as even I have limits to how many food programmes I can stomach!

 

PETIT PLAISIR A LA TELE

C’est encore une fois l’heure des confessions, et cette fois, mes pensées se tournent vers la télévision. Alors même que j’écris, je regarde un programme de cuisine américaine sur la chaîne Food Network, et je suis fasciné. C’est The Pioneer Woman, et je dois simplement la regarder préparer des plats de son repertoire américain pour sa famille, ses amis et tous les employés du ranch. Comme elle le dit elle-même, elle habite au milieu de nulle part, dans un énorme ranch à bétail, avec son mari, ses quatre mômes, et elle fait beaucoup à manger.

Ça n’est pas de la cuisine légère ou sans sucre, et Mme Drummond ne m’en voudra pas si je dis que ça n’est pas très sophistiqué non plus, ce qu’elle fait tous les jours, mais je l’admire tout simplement pour la façon dont elle s’occupe de sa couvée. Elle fait la cuisine avec amour, les course en gros, choisit des soupes simples et des burgers ahurissants, utilise plein de fameux fromage-plastique et va du côté Tex-Mex assez souvent. Et pourtant, je l’aime bien, parce qu’elle le fait avec intégrité et agréablement: elle ne s’excuse pas du fait qu’elle cuisine ce que sa famille aime manger, et j’aime ça. Alors à la vôtre, Pioneer Woman!

L’autre programme américain qui me fascine s’appelle The Barefoot Contessa (la Comtesse aux Pieds Nus), le nom de plume d’Ina Garten, ancienne employée à la Maison Blanche. Elle aussi a un répertoire très américain, et est tout aussi fascinante. Mais là s’arrête la comparison, vu que la comtesse habite, cuisine et reçoit différemment, dans une région très chic de la côte est des Etats-Unis, pas au Far West…

Je dois admettre que j’ai du mal à regarder Ina ricaner pendant tout un programme, en aidant des gourdes préparer un repas pour leurs copines décoratrices d’intérieur, ou en donnant des biscuits en forme de marteau aux ouvriers qui lui construisent une nouvelle grange sur son énorme propriété. Alors j’ai tendance à éteindre la télé, car même mon estomac a des limites en matière de programmes de cuisine!

14 Dec

Of my absence

Dear friends and readers, no, you are not dreaming, I am back, and I am begging you to accept my deepest and most profound apologies for this serious delay in providing you with a new blog. I have what I think is an excellent excuse, however: I have been writing the second volume of tALK French, this time for Chatty People.

It was always my intention to publish this second volume in time for Christmas, and although I did take my time over it, here it is, ready for you and soon to be on sale here, alongside the first volume. On top of all the now usual elements, it contains listening tasks, complete with free downloads, soon available from this very website. This time, I chose to address such meaty topics as the passé composé and the conditional, so I hope it will help you go from Rusty to Chatty in no time!

You may also know that a third offering is planned, and I am happy to report that I have already started work on ever more complicated grammar lessons and exercises for you. After the Rusty Learners and Chatty People, I will be addressing the Confident Speakers in this third volume, with the same mix of grammar lessons, exercises, recipes, blogs, recommendations and games.

I hope that many of you will look at these two volumes and think that they are perfect for themselves, to start from scratch or reawaken their dormant knowledge of French, or, dare I mention it, as a Christmas present for a loved one wishing to do the same. In either case, feel free to have a look at the free samples and get in touch!

 

DE MON ABSENCE

Chers amis et lecteurs, non, vous ne rêvez pas, je suis de retour, et je vous prie de bien vouloir accepter mes excuses les plus profondes et les plus sincères pour ce sérieux délais avant de vous apporter un nouveau blog. J’ai cependant ce que je pense être une excuse en béton: je viens de finir un deuxième volume de tALK French, cette fois pour les Causeurs.

Ce fut toujours mon intention de publier ce second volume juste à temps pour Noël, et malgré le temps pris pour le faire, le voici, terminé pour vous et bientôt en vente ici, à côté du premier volume. En plus des éléments maintenant usuels, il contient des exercices d’écoute, de concert avec des dossiers à télécharger gratuitement à partir de ce même site, et qui seront disponibles très bientôt. Cette fois-ci, j’ai choisi d’adresser des sujets aussi importants que le passé composé et le conditionnel, alors j’espère vous faire passer de Rouillé à Causeur en un rien de temps!

Vous saurez peut-être également qu’un troisième volume est prévu, et je suis heureux d’être en mesure de confirmer que le travail à déjà commencé, avec des leçons de grammaire et des exercices plus compliqués. Après les Rouillés et les Causeurs, je vais parler aux Confiants dans ce troisième volume, avec les même mélange de leçons de grammaire, exercices, recettes, blogs, recommandations et jeux.

J’espère que beaucoup d’entre vous jetteront un coup d’oeil sur ces livres et penseront qu’ils sont partaits pour les aider à commencer au début ou à réveiller leurs connaissances en français ou, si je peux me le permettre, comme cadeau de Noël pour un proche qui désire en faire autant. Dans n’importe quel cas, passez voir les échantillons et faites-moi signe!

07 Nov

To students anywhere

In this blog, I would like to talk directly to you, lovely people. Not as some sort of oracle, you understand, but as a teacher trying to reach students. I hope therefore that none of you will find this post too forward. I have been told that a few of you (I’d like to think a LOT of you!) are reading my blog on a regular basis and, in some cases, have been reading my output since my first post. And that makes me very happy and proud!

I also like to think that some of you will say: ‘I wish my French was good enough that I could read the French version at the bottom without any help’. Others will be thinking: ‘I can’t read any of this! My French is so rusty, I’ll never manage!’ Maybe a few of you will notice the differences between the two versions of my posts and note the useful phrases they want to use next time they converse in French. Or even spot the odd mistakes and let me know about them!

Whichever group you belong to, whether you are chatty, rusty or confident, I would love to hear from you, as I would love for us to work together. If you studied a bit of French at school but can’t remember much, we can get back to the basics. If you enjoy chatting to the market stallholders on holidays in France, we can make sure you do so naturally and easily. And if you are looking for someone to take you through the intricacies of French grammar that have so far escaped you, I’m the one you need. We can do this in our London or Henley-on-Thames kitchens, face to face, with or without baking, or via Skype, from the comfort of your own home.

So to you, dear friends and readers, I offer a 15% discount on all courses. That’s 10 hours with me for under £300! All you need to do is email me the answers to the following questions:

a) What is he name of the French region in which I was born?

b) What herbal tea reminds me of my late grandmother?

c) What is the name of my totally gorgeous mascot?

I look forward to hearing from you!

info@arnaudslanguagekitchen.com

 

AUX ELEVES, OU QU”ILS SOIENT

Dans ce blog, je voudrais vous parler directement, chers amis. Non pas comme un oracle, vous comprenez bien, mais en tant que prof, essayant de contacter des élèves. J’espère donc qu’aucun d’entre vous ne trouvera ceci trop présomptueux. On m’a dit que quelques uns d’entre vous (j’aimerais dire BEAUCOUP d’entre vous!) lisent mon blog régulièrement, et, dans certains cas, le font depuis le premier jour. Et j’en suis très heureux et fier!

j’aime aussi à penser que certains d’entre vous diront: ‘Si seulement mon français était assez bon pour que je puisse lire la version française là, en bas, sans qu’on m’aide’. D’autres penseront: ‘Je n’y comprends rien! Mon français est trop rouillé, je n’y arriverai jamais!’ Peut-être certains noteront les différences entre les deux versions de mon blog et les expressions utiles dont ils peuvent se servie la prochaine fois qu’ils conversent en français. Ou bien même remarqueront-ils les quelques erreurs et me le feront-ils savoir!

Peu importe à quel groupe vous appartenez, que vous soyez rouillé, causant ou confiant, j’aimerais bien faire votre connaissance, car j’aimerais tellement travailler avec vous. Si vous avez appris un peu de français à l’école mais avez tout oublié, on peut recommencer au début. Si vous aimez causer aux marchands sur les marchés français, on peut faire en sorte que vous le fassiez naturellement et facilement. Et si vous cherchez quelqu’un pour vous conduire à travers les complexités de la langue française qui vous ont toujours échappé, je suis celui dont vous avez besoin. Nous pouvons nous rencontrer dans la cuisine, à Londres ou à Henley-on-Thames, en tête-à tête, en faisant un gâteau ou pas, ou à travers Skype, à partir de votre petit chez-vous.

Alors, rien qu’à vous, chers amis et lecteurs, j’offre 15% de remise sur toutes mes leçons. Dix heures de cours pour moins de £300! Tout ce que vous avez à faire, c’est de m’envoyer un email avec les réponses aux questions suivantes:

a) Quel est le nom de la région d’où je viens?

b) Quelle tisane me rappelle ma grand-mère?

c) Quel est le nom de ma tout à fait charmante mascotte?

J’ai hâte de recevoir vos réponses!

info@arnaudslanguagekitchen.com

09 Oct

Monsieur tALK goes walkabout

The #LimeOnaBike’s fans will be aware that he recently took a little trip on board the gorgeous ship Queen Elizabeth, part of the Cunard fleet. And I am happy to report that he had a grand old time of it. Of course, the sheer luxury of such a cruise ship did help enormously, but what Monsieur tALK liked most were the excursions I had organised for him.

First came our stop in Vigo, from where we took the bus out to Santiago de Compostela for a lovely visit to the old quarter, the cathedral, and all the other attractions. He marveled at the similarities between the street music he heard there and traditional Scottish music, which he adores, and I explained to him that this is due to the presence of the same strand of culture all along the Celtic Fringe, a notion he liked very much.

Then it was onwards to Portugal, with stops in Lisbon and Porto, to which he was looking forward, due to his fondness for pasteis de nata, the world-famous Portuguese custard tarts. I had to stop him after he ate 4 of them in one sitting, reminding him that all cute that he is, he is the ‘face’ of ALK and had to remain presentable!!

Both stops were blessed with handsome weather and we had a great time walking around both cities, taking in the sights and the culture. When I say ‘walking’, I mean ‘being carried’, as Monsieur tALK’s little legs would have fallen off, should I had asked him to walk everywhere. He was of course charm personified everywhere he went and he met many new admirers and friends…

The last stop of the cruise was in the port of Cherbourg, on the Cotentin peninsula, from where we went to visit Sainte-Mère-Eglise and its Airborne Museum, a windy and history-laden Utah Beach and the Azeville battery, where we learnt, among a hundred other interesting facts, that the German concrete blockhouses were once painted to help them blend in the Normand countryside.

When finally it was time to go home, the Lime was happy to sit on the ton of luggage he had managed to take with him, and be driven home. But worry not, he is already contemplating his next cruise…

 

 

MONSIEUR tALK PART EN BALADE

Les fans du #CitronVertàVélo sauront qu’il a récemment fait un petit voyage à bord du superbe Queen Elizabeth, qui fait partie de la flotte de la compagnie Cunard. Et je suis ravi de rapporter qu’il s’y est bien amusé. Bien sûr, le pure luxe d’un tel vaisseau de croisière aide énormément, mais ce que Monsieur tALK a apprécié le plus, ce sont les excursions que j’avais organisées pour lui.

La première fut à Vigo, d’où nous avons pris le bus pour Saint-Jacques-de-Compostelle et une belle visite dans le vieux quartier, à la cathédrale et à toutes les autres attractions. Il s’est étonné de la ressemblance entre la musique de rue qu’il a entendue et la musique écossaise traditionnelle, qu’il adore, et je lui ai expliqué que cela venait de la présence de branches cousines de la culture celte tout au long du littoral, ce qui lui a beaucoup plu.

Puis ce fut au tour du Portugal, avec des arrêts à Lisbonne et Porto, qu’il attendait avec impatience, dû à son goût prononcé pour les pasteis de nata, les petits flans portugais connus dans le monde entier. J’ai dû lui demander d’arrêter d’en manger après 4 en un seul coup, en lui rappelant que tout superbe qu’il est, il est la ‘figure de proue’ d’ALK et se devait de rester présentable!!

Ces deux arrêts furent bénis de beau temps, et on a beaucoup aimé marcher autour de ces villes, en absorbant les vues et la culture. Quand je dis ‘marcher’, je veux dire ‘être porté’, car les petites jambes de Monsieur tALK n’auraient pas pu le porter si je lui avais demandé d’aller partout à pied. Il fut bien sûr le charme incarné partout où il est allé et il a rencontré pas mal d’admirateurs et de nouveaux amis…

La dernière escale était dans le port de Cherbourg, sur la péninsule du Cotentin, d’où nous avons pu visiter Sainte-Mère-Eglise et son Airborne Museum, Utah Beach, venteuse et chargée d’histoire, et la batterie d’Azeville, où nous avons appris, parmi une centaines de nouveaux faits intéressants, que les blockhaus en béton allemands étaient peints pour les aider à se fondre dans le paysage normand.

Et quand il a finalement été temps de rentrer au bercail, le Citron Vert a été bien content de rester assis sur la tonne de bagages qu’il avait réussi à emporter, et d’être reconduit à la maison. Mais ne vous en faites pas pour lui, il contemple déjà sa prochaine croisière.

01 Sep

Grow your own

Regular readers will know that I have quite recently moved to a charming cottage on the edge of Henley-on-Thames, which technically qualifies as ‘The Countryside’. This is of course a massive improvement on the London scene, and the summer has proved a very happy period indeed.

Having inherited a garden with the cottage, my thoughts immediately turned to a cottage garden, full of flowers, and with a vegetable patch, where I could grow my own. First came the arduous task of digging up a nice border, removing several tons of stones (slight exaggeration) and planting some gorgeous flowers, which have done very well. The only issue with all this activity was the timing of it: it was all a bit too late in the season to plant and grow vegetables for the summer.

This is where my new neighbours, whom I’ll call Beatrice and Roland (I know, random or what!?), come in. They have a well-established garden, and being generous souls, have shared with me its bounty: courgettes, raspberries, French beans, lavender plants for my borders and even a jar of delicious blackcurrant jam (already consumed to the last drop). Their fresh produce were immediately put to good use in my kitchen, and I thank them profusely for allowing me to pick my own while they were on holiday. Far from being jealous of their plot, I am truly grateful to have masters I can turn to, to guide me in the task ahead: grow my own!

Which brings me to the though that started this blog: which ones of you, dear friends and readers, grow your own? Flowers, fruit or vegetables, I would love to see the results of your efforts, so do not hesitate to get in touch and send in photos!

 

FAITES-LES POUSSER

Mes lecteurs assidus sauront qu’il n’y a pas si longtemps, j’ai emménagé dans un charmant petit cottage aux abords de Henley-on-Thames, que, techniquement parlant, on peut appeler ‘la Campagne’. Ceci est bien sûr une amélioration par rapport à Londres, et cet été s’est montré très clément.

Ayant hérité d’un jardin attaché au cottage, mes pensées se sont immédiatement tournées vers un jardin traditionnel, plein de fleurs, et avec un potager, où je pourrais faire pousser mes légumes. En premier lieu, il me fallu créer un parterre, en enlevant plusieurs tonnes de cailloux (en exagérant à peine) et en plantant de jolies fleurs, qui se sont bien épanouies. Le seul problème, c’est que toute cette activité est venue trop tard en saison pour planter des légumes à temps pour une récolte estivale.

Et c’est là qu’interviennent mes nouveaux voisins, que je baptiserai Béatrice et Roland (je sais, plutôt cool, non?). Ils ont un jardin bien établi, et, en âmes généreuses qu’ils sont, ils en ont partagé les fruits: courgettes, framboises, haricots verts, plants de lavande pour mon parterre et même un pot de délicieuse confiture de cassis (malheureusement déja vide). Leurs produits frais ont été immédiatement utilisés dans ma cuisine, et je les remercie profondément de m’avoir autorisé à cueillir tout ce que je voulais pendant leurs vacances. Loin d’être jaloux de leur potager, je suis reconnaissant d’avoir ces experts vers qui me tourner, pour me guider dans ma tâche: faire pousser mes propres légumes!

Ce qui me ramène à l’idée de départ pour ce blog: lesquels d’entre vous, chers amis et lecteurs, font pousser vos propres produits? Fleurs, fruits ou légumes, j’aimerais bien voir le résultat de vos efforts, alors n’hésitez pas à me faire signe et à m’envoyer des photos!

26 Jul

Back to school!

It’s this time of year again! Or rather, it isn’t!! And that is what I find so annoying!!! Please excuse all the exclamation marks, but this truly is one of my bugbears. What am I talking about? All the promotion, on TV and in supermarkets, for ‘back to school’ stuff.

Schools are barely out, kids, and, more importantly, their teachers, have barely left the classroom that they are bombarded with messages selling them all they need to go back to school.

And the thing is, it is the exact same thing in France! When I was still teaching, I used to leave for sunnier climes as soon as school finished, only to be confronted by school bags, clothes and all the paraphernalia in supermarkets, and even on markets!

Now, don’t get me wrong, I like stationery as much as anyone else (and probably a lot more than an awful lot of you, dear friends and readers!), so despite my grumpiness, I stock up whenever I see something that I need, or more likely, that takes my fancy!

But it is the principle that truly riles me up. It is the same as Christmas being advertised from October onwards, really. Totally unnecessary, if you ask me.

That said, I know exactly what will happen as soon as I set foot in a French supermarket this summer. So with that, I’m off stationery shopping! I have to fill up for my brand new home office…

 

C’EST LA RENTRÉE!

C’est la bonne époque de l’année, une fois de plus! Ou plutôt non, ça ne l’est pas!! Et c’est ce qui m’ennuie le plus!!! Veuillez excuser tous les points d’exclamation, mais c’est vraiment une de mes bêtes noires. De quoi est-ce que je parle? De la promotion, à la télé et dans les supermarchés, pour tous les trucs ‘c’est la rentrée’. L’école vient à peine de finir, les mômes, et, encore plus important, leurs profs, sont à peine sortis de leur salle de classe qu’ils sont déjà bombardés par des messages leur vendant tout ce dont ils ont besoin pour leur retour à l’école.

Et le pire, c’est que c’est exactement pareil en France! Quand j’étais encore prof en collège-lycée, j’avais l’habitude de partir immédiatement pour des cieux plus bleus dès la fin des classes, pour me trouver nez à nez avec les cartables, les fringues et tout le tintouin dans les supermarchés, voire même les marchés!

Ne vous méprenez pas, j’aime la papeterie autant que n’importe qui d’autre (et probablement beaucoup plus que la plupart d’entre vous, amis et lecteurs!), alors malgré mon caractère soupe-au-lait, je fais des stocks dès que je vois quelque chose dont j’ai besoin, ou qui me plaît, si je veux être tout à fait honnête! Mais c’est le principe qui me fait rager. C’est la même chose quand on parle de Noël à partir d’octobre, en fait. Totalement pas nécessaire, si vous voulez mon avis.

Cela dit, je sais très bien ce qui va arriver dès que je mettrai les pieds dans un supermarché français cet été. Alors avec ça, je pars à la chasse à la papeterie! J’ai tout un bureau à remplir maintenant que je suis installé à la maison…

21 Jul

A sea of green

Monsieur tALK has finally done it. Regular readers will know that a few months back, he was talking about being tired of London, and the greyness of it all. This was especially true considering how bad the weather was at the time.

Well the weather has improved tremendously (I am writing this on the hottest day of the year so far!), and I am sitting on the terrace of Arnaud’s Language Kottage, as it is now known. Situated between Henley-on-Thames and Marlow, this charming property is now home to the #LimeonaBike, and a welcome respite from urban greyness. And this despite the incessant June rain earlier!

But the sun is now shining, it is warm, and the horses in the neighbouring field are keeping me company, alongside the red kites, swallows, robins, blackbirds, jackdaws and even a couple of noisy parakeets. The company is indeed lovely, but what makes this move so good is that wherever I look, I see green.

Granted, this will not be the case in the middle of bleak midwinter, when the trees and bushes will be bare, but the lovely walks, gently rolling countryside, welcoming pubs and people will make up for that. I have already spoken to more strangers in the month and a bit I have been here than in over a year in London.

And you know what? It feels good.

So, friends and readers, if you are ever in the area, do get in touch on Twitter, Facebook or Instagram and come say hello!

 

UNE MER DE VERT

Ça y est, Monsieur tALK a enfin réussi. Mes lecteurs assidus sauront qu’il y a quelques mois, je parlais de ma fatigue envers Londres, et de sa grisaille. Ce qui était particulièrement vrai quand on considère la qualité lamentable de la météo à l’époque.

Et bien, le temps s’est super bien amélioré (j’écris ce blog pendant la journée la plus chaude de l’année en date!), et je suis sur la terrasse d’Arnaud’s Language Kottage, nouveau nom de la propriété. Située entre Henley-on-Thames et Marlow, cette charmante maison est désormais la demeure du #LimeonaBike, ou #CitronVertàVélo, et est un havre de paix, loin de la grisaille urbaine. Et ce malgré la pluie incessante en juin!

Mais le soleil brille désormais, il fait chaud, et les chevaux dans le champ voisin me tiennent compagnie, aidés par les milans, les hirondelles, rouges-gorges, merles, choucas et même par un couple de perruches bien bruyantes. La compagnie est bien sûr charmante, mais ce qui rend le déménagement si réussi, c’est que partout où je pose mon regard, je ne vois que du vert.

Je vous l’accorde, ça ne sera pas le cas en plein coeur de l’hiver, quand les arbres et autres buissons seront nus, mais les belles promenades, la campagne ondulante, les pubs et les gens accueillants compenseront. J’ai déjà parlé à plus d’inconnus dans le dernier mois et quelque que pendant plus d’un an à Londres.

Et vous savez quoi? Ça fait du bien.

Alors amis, et lecteurs, si jamais vous vous trouvez dans le coin, faites-moi signe sur Twitter, Facebook ou Instagram et venez me dire bonjour!

23 Jun

The hill

Sancerre. If, like me, you like French wine, you will know the name. I love that particular wine, because I have yet to find a producer I don’t like, and even more so since I have family connections to and ‘history’ with the place. Because, you see, my older brother and his family live not too far from the famous hill, and because of all the trekking I did there while doing my national service…

Although the name of the village on top of the hill is the one on the bottles, a few other villages are included in the production of some great Sauvignon Blanc wines, with some Pinot Noir thrown in. For that reason, I have to admit I prefer the unfussy wines produced on the hill, and the whites in particular, to the smokier Pouilly produced on the other side of the river.

In my family, we like to pair those floral and fragrant wines with dishes and delicacies that some of you will not expect, such a foie gras and seafood. That said, I will always choose a nicely chilled bottle of the stuff over any Chardonnay, wherever they come from. I will even push the vice as far as keeping to the white variety when coming to the cheese course, especially if it contains some delicious crottins de Chavignol, those amazing little goat’s cheeses produced at the foot of the same hill.

I know some of those ‘wine villages’ can be surprisingly small, and some of them frankly not that interesting to visit, but next time you’re in the Loire valley, why not climb that hill and see for yourself how nice it is?

 

LA COLLINE

Sancerre. Si, comme moi, vous aimez les vins français, vous connaissez le nom. J’adore ce vin en particulier, parce que n’ai pas encore trouvé un producteur que je n’aime pas, et encore plus puisque j’ai aussi des connections avec la colline de par ma famille et mon ‘histoire’. Parce que voyez-vous, mon grand frère et sa petite famille n’habitent pas trop loin de la fameuse colline, et j’y ai effectué pas mal de marches lors de mon service national…

Bien que ce soit le nom du village en haut de la colline qui figure sur les bouteilles, quelques autres villages se joignent à la production de bons sauvignon blanc, avec parfois un peu de pinot noir ajouté. Pour cette raison, je dois vous avouer que je préfère ces vins pas trop compliqués aux vins de Pouilly, plus ‘fumés’, qui sont produits de l’autre côté de la rivière.

Dans ma famille, on aime jumeler ces vins floraux et parfumés à des mets délicats auxquels vous ne vous attendez peut-être pas, comme le foie gras ou les fruits de mer. Cela dit, j’en boirai plus volontiers une bonne bouteille fraîche plutôt que d’ouvrir un chardonnay, d’où qu’il vienne. Je pousserai même le vice jusqu’à continuer de boire du blanc avec le fromage, surtout si le plateau comporte quelques délicieux crottins de Chavignol, ces surprenants fromages de chèvre produits au pied de la même colline.

Je sais que certains de ces ‘villages-vignobles’ peuvent être, de façon quelque peu surprenante, assez petits, et certains d’entre eux franchement pas très intéressants à visiter, mais la prochaine fois que vous vous trouvez dans la vallée de la Loire, pourquoi ne pas monter cette colline et vous faire une idée pour vous-même?

02 Jun

Chatter Bags are go!

You, assiduous friends and readers, will no doubt remember the recent post I wrote about the excellent #SmartNetworking group of people I join a couple of times a week on Twitter. Well, this week, I would like to tell you about one of those lovely people in particular. Or rather, two of them: Mark and Thomas, aka Chatter Bags.

One sunny Friday afternoon, I met up with Mark in Shoreditch, not far from Chatter Bags HQ, for a light lunch and some networking at the excellent Vintage Bean Café. I must not forget to add that we were joined by the formidable Delia, part of my #mfltwitterati family. And we chatted for a couple of hours, about the simple and yet excellent concept that the boys are developing.

The idea is to encourage people to look away from their electronic devices (a kind of digital detox program if you will), in order to converse in a foreign language, or several. And the prop, if you can call it that, is a gorgeous little tote bag, all green and locally produced, which features many languages, next to boxes you can tick to show your potential interlocutors through which language(s) they may address you. A tick next to a language is the international sign for ‘Go ahead, we can have a proper natter’, whereas a dash indicates that you’re still in training. Simple, non?

The enthusiasm and know-how demonstrated by Mark were so infectious that you cannot help but wish him and Thomas all the luck in the world for their entreprise, because I truly believe that the aim of their campaign is a noble one. Wherever you are, look around you, open your ears and see who you can chat to in order to practise the language(s) you speak or are learning to master. Opportunities to speak to strangers are too few and far in between in today’s world, so I think that these amazing Chatter Bags are very precious, in that they help you break the ice. After all, as someone once wrote, they are no strangers, just friends you haven’t met yet…

 

CHATTER BAGS, GO!

Vous, lecteurs assidus et amis, vous souviendrez sans doute d’un récent blog au sujet de l’excellent #SmartNetworking, le petit groupe sur Twitter auquel je me joins deux fois par semaine. Et bien cette semaine, j’aimerais vous parler d’un membre du groupe en particulier. Ou plutôt de deux d’entre eux: Mark et Thomas, plus connus sous le nom de Chatter Bags.

Un vendredi après-midi ensoleillé, j’ai rencontré Mark à Shoreditch, pas très loin du QG de Chatter Bags, pour un déjeuner léger et un peu de networking, à l’excellent Vintage Bean Café. Je ne dois pas oublier d’ajouter que la formidable Delia, membre de ma famille #mfltwitterati, s’était jointe à nous. Et nous avons papoté pendant deux heures, surtout au sujet du simple mais néanmoins excellent concept que les garçons sont en train de développer.

L’idée est d’encourager les gens à lever le nez de leurs gadgets électroniques (un programme de désintoxication digitale en quelque sorte), afin de converser dans une langue étrangère, ou plusieurs. Et l’accessoire, si on peut l’appeler ainsi, et un joli petit fourre-tout, totalement éco et produit localement, sur lequel on trouve des langues et des petites boîtes à cocher pour montrer à vos interlocuteurs potentiels quel(les) langue(s) ils peuvent utiliser. Une boîte cochée est le signe international pour ‘Allez-y, on peut causer’, alors qu’un trait veut dire que vous êtes toujours à l’école. Simple, isn’t it?

L’enthousiasme et le savoir-faire démontrés par Mark étaient si infectieux qu’on ne peut que lui souhaiter, ainsi qu’à Thomas, toute la chance du monde pour leur entreprise, car je pense vraiment que le but de leur campagne est noble. Où que vous soyez, regardez autour de vous, ouvrez vos oreilles et voyez à qui vous pouvez parler pour pratiquer la langue que vous parlez ou apprenez. Les occasions de parler à des étrangers se présentent rarement dans le monde d’aujourd’hui, alors je pense que ces Chatter Bags sont très précieux, en ce qu’ils vous aident à briser la glace. Après tout, comme quelqu’un l’a dit un jour, il n’y a pas d’étrangers, juste des amis qu’on ne connaît pas encore.